Forum RPG basé sur la série des livres de Anne Robillard
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre, Dans la Chevrolet Impala 1968, L’appartement de Jale (PV. Mael et Jale)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amael
Administratrice-Fondatrice-Agent
avatar

Nombre de messages : 284
Age : 36
Localisation : Dans mon nouvel appart! :D
Date d'inscription : 12/10/2008

Feuille de personnage
Âge:: 25 ans
Conjoint: :'( :'(
Profession: Conservatrice au musée

MessageSujet: Rencontre, Dans la Chevrolet Impala 1968, L’appartement de Jale (PV. Mael et Jale)   Lun 2 Mai 2011 - 2:36

Rencontre (Amael et Jale)

Amael était de retour à l'entraînement après l'accident du restaurant. Elle avait du rester tranquille quelques jours, qui selon elle aurait du être quelques heures (ça aurait été amplement) mais elle avait quand même écouté le médecin. Elle savait que sortir vivante d'une double explosion et d'un plafond qui tombe tenait pratiquement du miracle. Elle n'avait gardé qu'une cicatrice au front, qui disparaîtrait sans doute avec le temps.

Donc, elle était face à son punching bag, en train de frapper dedans de toutes ses forces, pensant à plein de choses. Elle devait sortir le trop plein de ressentiments, de violence et d'émotions qu'elle refoulait. Ses poings étaient bandés et quelques mèches de cheveux lui collaient au front du à la chaleur. Elle portait toujours sa camisole d'homme blanche, trop grande pour elle, à qui elle avait fait un nœud dans le dos pour la resserrer sur son ventre et ses shorts noirs, atteignant presque ses bottes blanches de boxe.

Elle attaquait le sac, jusqu'à avoir mal aux jointures. Elle n'entendit pas les pas dans la salle d'entraînement, son nouveau ipod sur les oreilles. Et oui, du à l'explosion qui avait bousillé son premier ipod ainsi que sa veste de cuir, l'ANGE lui avait fourni un nouvel appareil. Elle l'aperçut seulement lorsqu'il se retrouva dans son champ de vision, la faisant s'arrêter de frapper et essuyer son front.

- Bonjour? dit-elle, hésitant entre la question et la salutation.

* D'où il sort celui-là? Il me rappelle le bouncer du bar quand j'étais mineure...celui qui me sortait à chaque fois...*

Jale avait tenu à visiter la salle d'entraînement, c'était un endroit où il passerait sûrement beaucoup de temps. Il entra comme en propriétaire des lieux pas vraiment impressionné par personne. Une petite femme s'acharnait sur un punching bag. Il la détailla des pieds à la tête sans se gêner...il était fin connaisseur. Il banda ses mains et s'approcha de la jeune femme pour lui tenir son bag quand elle lui parla...Elle le saluait. Jale lui fit un sourire caustique.

- Ça irait sûrement mieux sans tes écouteurs. Il releva un sourcil moqueur.

- Aller, continue à battre ce sac, je vais le tenir pour toi ensuite quand tu en auras assez, je t'inviterai à dîner. Un autre grand sourire machiavélique.
Amael tira sur un écouteur pour entendre ce que Jale lui disait. Elle releva un sourcil devant le discours de l'homme.

- Si tu le tiens assez solidement et que tu tiens le coup, j'accepterai peut-être ce souper.

Elle le regarda de haut en bas, puis hocha la tête. Elle recommença subitement à frapper le punching bag. Son but maintenant, était de faire reculer l'homme ou du moins, lui faire avouer qu'elle n'était pas une lavette. La sueur lui coulait le long du visage et finalement, elle décida de terminer par un coup de pied. Elle se ressuya le front et demanda à son partenaire:

- Alors, ce souper? Je préfère te prévenir, les restos ont tendance à exploser en ma présence, surtout les japonais. Alors, le japonais, très peu pour moi ce soir.

Elle toucha sa cicatrice puis commença à détacher ses poings. Aussi bien y aller directement, elle n'était pas très forte avec la subtilité.

- So, tu m'emmènes où? Une fois que je serai douchée et changée bien sûr!

Elle jeta ses bandes sur son épaule et croisa les bras, attendant une réponse.

Jale sourit devant les coups répétés de la jeune femme, c'est qu'elle avait du punch. Elle devait être torride au lit pensa-t-il! Malgré les efforts de Mael par contre, Jale n’eut pas de misère à retenir le bag il y était trop habitué! Quand elle parla du resto japonais qui avait explosé son regard s'illumina sarcastiquement.

- Alors c'est toi qui a été prise dans l'explosion...tu sais ma belle, ce n'est pas ça qui me fera rebrousser chemin! Clin d'œil, il la détailla toute en sueur...oui elle avait du chien cette fille, c'était agréable à regarder un bout de femme comme ça! Il s'approcha d'elle, lui prit la taille et la tira vers l'extérieur de la salle d'entraînement.

- Tu peux aller te laver ça sentira meilleur mais tu es mignonne quand même avec cette sueur. Sourire moqueur...Je vais t'emmener dans un endroit où il n'y a pas de fours au gaz...moins de risque que l'on explose ça te va?

Amael décida de jouer le jeu. Elle était célibataire après tout et la mode semblait être à courir deux lapins à la fois... Elle passa son bras sous celui de l'homme et laissa sa main pendre près des fesses bien faites de cet inconnu.

- Je vais me laver mais mes vêtements c'est des jeans et un t-shirt, ça va faire? Et, ne pense surtout pas que je vais mettre une robe et des talons... ce n’est pas assez rapide et pas adéquat pour botter des fesses!

Ils sortirent de la salle d'entraînement et se dirigèrent vers les vestiaires.

- Tu m'attends ici? Ou tu préfères aller t'asseoir quelque part? Je t'inviterais bien à entrer mais je ne serai certainement pas la seule fille ici et je tiens à garder ma job! Alors, choisit un resto, sans fours au gaz, je ne serai pas très longue.

Elle entra dans le vestiaire en souriant. Elle ne savait pas son nom, ni sa vie, mais une histoire d'un soir ne fait jamais de tort...elle verrait pour le reste après. Commençons par manger, on verra ensuite! Elle entra dans la douche et fit couler l'eau sur elle. Elle se lava, puis retourna s'habiller. Elle portait un chandail blanc collé sur elle, aux manches très courtes et un jeans bleu. Elle portait toujours ses vieux docs Martens donc une partie des semelles était fondue. Elle n'arrivait pas à s'en séparer. Ils avaient acquis un genre de valeur sentimentale. Elle appliqua son crayon noir sous les yeux, passa rapidement sous le séchoir à cheveux et se vérifia dans le miroir. Elle attrapa sa nouvelle veste de cuir et sortit rejoindre Jale.

- Alors? On va où Roméo?

Jale sourit face à l'attitude de cette fille, il ne s'ennuierait donc pas sur cette base. Il s'attendait à rencontrer des vieilles filles frigides, agréable surprise!

- Je t’attends ici beauté, pour le resto rien de plus simple! Clin d'œil moqueur d'un gars sûr de lui. Ce sera un steak house, des grilles pas de fours! T'en dit quoi... mais va donc te doucher tu me le diras après. Il s'appuya sur le mur de tout son corps d'athlète. Et ferma les paupières.

- Oh! Et chérie, t’en fait pas pour les fringues, habituellement on ne les porte pas trop longtemps...juste pas de trucs à jarretelles s'il te plait c'est trop long à enlever et je risquerais de les abîmer ! Sourire en coin sur son visage d'adonis.

Mael battit des records de vitesse, Jale était toujours accoté sur son mur les yeux fermés quand il entendit sa voix, il rouvrit ses paupières.

- Tu es belle et maintenant tu sens bon. Je vais sûrement passer une belle soirée... je te l'ai dit on va dans un steak house... ça me prend de la viande et des protéines si je veux performer. Sourire moqueur mais ô combien sexy.

Il reprit la femme par la taille allant même vérifier le galbe d'une de ses fesses au passage et prit le chemin de la sortie....
Amael sentit la main de Jale sur une de ses fesses. Elle ouvrit la bouche et la referma...à quoi bon?

- D'accord, va pour le steak.

S'il voulait jouer au provocateur, il avait frappé un mur. Elle mit carrément sa main sur la fesse de l'homme, coinçant son pouce à la poche arrière du jeans et le suivit. Des jarretelles... il l'avait regardée avant? Est-ce qu'elle était le genre à porter des jarretelles? D'ailleurs, elle n'était pas très fière de ses sous-vêtements actuels, des genres de boxers courts noirs pour femme appelés culotte à la garçonne...laid comme nom. S'il s'attendait à du sexy, il allait être déçu. Ce matin en s'habillant elle avait opté pour le confort et non pour le sexy.

- Ne prends rien pour acquis! Les performances ne vont pas au steak mais à l'excitation! Tu aurais beau manger un bœuf entier, si la personne face à toi ne t'excite pas, ne rêve pas! Et pour les jarretelles, pas de problème, elles ne tiennent pas en place avec ma culotte de chasteté! Tu devras travailler et te montrer convaincant pendant le souper beauté!
Jale rit de plus belle, elle devait être une teigne au lit....mais bon, il voulait aussi apprendre à la connaître elle semblait intéressante en dehors du lit...déjà un bon point pour elle. Du défi enfin, si elle le mettait au défi il ne pouvait résister! Il lui offrit un sourire ravageur plein de promesses.

- Ne t’en fait pas, je travaille bien avant, pendant et après, lui dit-il avec un clin d'œil.

- Mais le steak sera quand même bien utile chérie, enfin pour mater une teigne comme toi j'aurai besoin de toute mon énergie ! Sourire en coin moqueur

- Comment trouves-tu mes fesses? Elles te plaisent? Regard provocateur...bien sûr qu’elles devaient lui plaire, on aurait dit les fesses d'une statue de marbre.

- Pour tes dessous ne t’en fait pas ce ne sont pas eux que je veux voir...comme je t'ai dis...pour le temps que tu les porteras... Il se pencha sur elle et embrassa le sommet de son crâne resserrant son étreinte autour de sa taille

- Moi? Une teigne? Merci du compliment!

À la mention de ses fesses, elle plia ses doigts, laissant ses ongles gratter le jeans.

- Pas mal les fesses. J'en ai vu des mieux...

Elle sourit en coin. Elle n'allait tout de même pas avouer qu'elle matait les fesses de quelqu'un d'autre! Lorsqu'il l'embrassa sur la tête, Amael plissa du nez.

- Ne t’attache pas trop vite Roméo. Je dirais que tu places la barre un peu haut... j'aurai peut-être envie de faire l'étoile après tout ou, je serai tellement épuisée de mon entraînement que je tomberai endormie en mettant la tête sur l'oreiller. Elle sourit en coin, moqueuse. Je te l'ai dit, tu passeras le test au souper. Et s'il te plait, on s'assoit près d'une fenêtre, loin des cuisines.

Il la ramena contre lui. Elle passa sa main sur le bras de l'homme avant d'arrêter son mouvement à jouer avec ses doigts.

- Alors, ils t'ont casé où comme métier?

Elle ne connaissait pas son nom, s'en foutait elle adorait le mystère mais elle voulait savoir quand même à qui elle avait affaire. Elle se rendait compte que sa mère la traiterait de fille facile et elle sourit à cette pensée. * Je suis une grande fille maman!*

- Ce n'est en rien un geste d'attache beauté. Y'a vraiment aucune fille à laquelle je me suis attaché. Il la regardait sarcastiquement.

- Tu aimes faire l'étoile? Moi qui te croyais plus active que ça à la façon dont tu as traité ce pauvre bag au gym. Son visage devint sérieux pour la première fois.

- Si jamais ma conduite t'importune tu me fais signe ok? Je suis pas du style à poursuivre une femme de mes assiduités si ça ne lui plait pas ou si elle ne veut rien savoir. Malgré le fait qu'il aimait les femmes, Jale les respectait, jamais il n’avait jamais insisté auprès d'une femme. Il voulait le faire comprendre à celle qu'il tenait par la taille. C'était un amoureux des femmes point!

- J'ai été posté à l'ambassade des États-Unis, c'est mon boulot! Et toi? Tu fais quoi de tes journées? Clin d'œil sarcastique à nouveau.

- Tu l'aimes comment ton steak? Et où veux-tu que je t'emmène après? S'il te plait, ne dis pas danser...je vais me sauver en courant.

- Moi? Faire l'étoile? C'était du sarcasme Roméo.

Elle rigola, caressant la main de l'homme du bout des doigts.

- Ne t'inquiète pas, je n'ai pas la langue dans ma poche. Si tu me déranges, je te mettrai au courant. Jusqu'à maintenant, tu me faisais assez rire. Elle sourit en coin. N'aie pas peur, je ne te traiterai pas comme le pauvre punching bag.

Il montrait un côté de lui un peu plus sérieux... Amael ne détesta pas mais elle trouva quand même drôle le changement d'attitude. *Il joue un rôle... je l'ai percé à jour!*

- Je suis police montée sur le mont royal. Sinon, le reste de mes journées, je m'amuse à faire exploser des trucs... restaurant, wagonnette... des trucs comme ça. J'aime l'action, j'aime quand ça brasse, j'aime me faire secouer! J'aime beaucoup les émotions fortes. Elle lui fit un clin d'œil. C'est triste, j'aurais aimé voir ces fesses remuer sur une piste de danse. Ça aurait pu être intéressant...Sinon, où veux-tu aller? Je suis partante pour pratiquement tout.

Il rit franchement à la remarque de son cul se balançant sur une piste de danse. Il ne s'imaginait tellement pas!

- Si tu aimes tant te remuer sur une piste de danse, je peux t'y conduire et te mater d'une table! Mais tu serais déçue de ma danse...tu sais le genre carotte râpée constipée qui a pas de synchronisation ni de rythme ? Si tu es capable de t'imaginer cela avec mon image alors voilà tu sais ce à quoi je ressemble. Il ajouta avec un clin d'œil. Quoi que mes fesses en resteraient toujours aussi belles.

- D'après ton tempérament j'avais bien deviné que tu ne serais pas du style à faire l'étoile. Y'a rien de plus débandant pour un gars qu'une fille qui participe pas et qui fait l'étoile. T'inquiète je n’ai pas la langue dans ma poche moi aussi, seulement je ne suis pas un profiteur. Je ne prends que ce que l'on me donne en toute connaissance de cause. Tu es avisée ça me suffit. Regard ténébreux un peu sarcastique.

- Ne flatouille pas trop ma main s'il te plaît...des plans que l'on ne se rende jamais au resto et j'ai vraiment faim...alors retiens-toi beauté. Il sourit à la mention qu'elle faisait exploser des trucs le restant de ses journées.

- J'ai encore jamais eu la chance d'exploser dans quelque chose ça arrivera sûrement un de ces jours. Le boulot y oblige, non? Je gage que l’on n’est pas dans la gang tant que l’on n’a pas perdu au moins 6 litres de sang, explosé une fois et avoir été empoisonné 3 fois... Je me trompe? Il lui sourit mesquinement la rapprochant un peu plus de lui pour sentir son bassin quand ils marchaient.

- Dit-moi tu t'y connais en voiture? Car figure-toi que tu auras la chance de monter dans la mienne... Sourire moqueur mais yeux fiers...
Amael fit glisser ses doigts entre ceux de l'homme et les ressortit. Elle n'arrêta pas son manège.

- D'accord, on fera une autre activité que de danser. Je ne veux pas danser seule, d'un coup que je remarquerais un homme ayant de belles fesses et dansant comme un dieu.

Elle fit descendre ses doigts le long de ceux de l'homme.

- J'ai explosé 2 fois, reçu une boule de feu, brûlé dans le cou, fendu le crâne... on s'y habitue faut croire... et je ne travaille pas depuis longtemps à l'ANGE.

Quand il la rapprocha de lui, elle se dit qu'il devait sentir des os plus que les courbes auxquelles il devait s'attendre.

- Désolé pour les voitures, je suis consommatrice de transport en commun. J'ai possédé une seule voiture, une Honda Civic rouge. Allons manger et nous pourrons voir les options qui s'ouvrent à nous pour le reste de la soirée.

Elle n'avait pas parlé de la nuit, préférant apprendre à connaître Roméo d'abord. Elle chercha du regard une voiture extraordinaire. Elle devait admettre que dans son genre Jale était mignon mais quand même assez loin de son idéal masculin...mais laissons la chance au coureur.

- Tu habites dans le coin des appartements des autres agents?

- Oui j'habite dans le coin des blocs des agents. Jale traîna Mael jusqu'à une belle voiture noire, soit une Chevrolet impala 1968. Il lui ouvrit la porte et attendit qu'elle prenne place avant de fermer la dite porte. Il s'installa ensuite au volant.

- Je devrais sortir ma moto d'ici peu de temps... ma voiture est voyante malheureusement. D'où je viens aux B-C, elle fitait dans le décor...Mais elle a une valeur sentimentale...je ne peux pas m'en séparer. Il lui dit tout cela avec un sourire enfantin.

Il fit démarrer la voiture, le moteur tournait comme un charme... on pouvait sentir la puissance de la voiture. Il s'engagea dans le souterrain qui les fit sortir de la base.

- Tu aimes me taquiner hein? Tu te fais provocante tout d'un coup? Il référait aux doigts de Mael qui courraient entre les siens.

Une fois installée dans la voiture, Amael rigola de la réplique de Jale.

- Je ne suis pas provocante Roméo, je suis moi.

Elle se pencha au dessus du bras de vitesse et s'approcha de son oreille.

- Tu te dépêches? Je suis affamée! Elle lui mordit doucement le lobe d'oreille et retourna s'asseoir à son siège.

Elle regarda droit devant, étant peu impressionnée par la voiture. Pour elle, en autant que ça avait quatre roues et pouvait mener d'un point A à un point B, elle était satisfaite.

- Je ne t'ai pas croisé dans le coin des appartements... On ne doit pas être sur les mêmes heures...

Elle regarda dehors par la fenêtre de côté, se souvenant un accident où sa tête avait fracassé une vitre...décidément, elle avait la tête dure...


Dans la Chevrolet Impala 1968 (Amael et Jale)

- Et bien moi je te trouve provocante tout d'un coup, dit l'adonis avec un frisson de plaisir quand elle lui mordilla le lobe d'oreille.

- Doucement chérie, tu vas me déconcentrer, je t'ai pourtant dit que cette voiture prénommée Cindy a une valeur sentimentale pour moi. Je ne voudrais pas avoir à la débosseler parce qu'une charmante demoiselle me saute dessus parce qu'elle a faim. Sourire en coin goguenard.

Il conduisait très bien, un peu vaniteux dans sa manière de tenir son volant. Il appuya sur un bouton et une musique joua dans l'habitacle. C'était du bon vieux AC/DC. Il faisait beau, il roulait dans sa voiture avec une belle femme à ses côtés, il allait bouffer un bon steak et on verrait pour la suite.

* Je crois que je vais la laisser en plan...question de la faire damner. Ça serait bien...on verra.*

- Alors t'écoutes quoi comme musique? Moi je suis stické sur le vieux métal! Tu veux t'asseoir sur la terrasse? Ça me donnera l'occasion de te comparer aux autres femmes qui passeront dans la rue, elles commencent à sortir leur arsenal d'été et je ne veux pas manquer ça! Il lui sourit sarcastiquement et retourna à sa route.

Amael sourit. Elle s'amusait bien avec Jale mais le cœur n'y était pas. Elle songeait à partir en vacances, s'éloigner un peu de Montréal quelques jours. Pas qu'il n'était pas beau, ou pas gentil, ça n'avait rien à voir avec lui mais elle ne pouvait tout simplement pas laisser ses pensées sur lui.

- Tu veux mater d'autres filles pendant que tu es avec moi? On voit tout de suite la galanterie! Et si tu en vois une plus mignonne, ou une mieux roulée ou plus excitante si tu veux, tu me laisseras là devant mon assiette et partira avec? Allo politesse!

Elle n'avait pas aimé la réplique et si elle avait su ses pensées de la laisser en plan, elle l'aurait certainement buté. D'accord, ses pensées à elle n’étaient pas mieux, elle ne pensait pas à lui, quoiqu'il fût très mignon et devait être pas trop mal au lit.

- Si tu veux faire ça, dit-le moi tout de suite et ramène-moi chez moi. Je n'ai pas l'intention de jouer la dinde de service ou le bouche-trou.

- Crois-tu sincèrement que je puisse regarder d'autres fillettes insignifiantes qui se promènent le string dans la poulie quand j'ai une femme mystérieuse et provocante avec moi? Si oui et bien tu n'es vraiment pas consciente de ta beauté. Il lui servit un clin d'œil un peu moqueur.

- Hey! Ma grande? Qu'est-ce que tu as, on dirait que tu viens de partir dans un monde que toi seule connais et qui n’est pas cool, donne-m'en l'adresse que je puisse au moins y aller pour que tu te foutes de ma gueule. Tu retrouveras peut-être alors un de tes si jolis sourires. Je sais que l'on ne se connaît même pas mais si tu veux parler tu peux, je suis parfois assez grande gueule voyante mais je n’aime pas voir une si jolie créature se rembrunir. Il était sérieux, une once d'inquiétude passa dans son regard, il ne voulait vraiment pas la laisser avec ses mauvaises pensées comme ça, il espérait ne pas avoir dit trop de conneries.

Mael lui sourit.

- Ça va. Tu sais que j'ai déjà eu un accident de voiture? J'étais assise côté passager comme maintenant et ma tête a fracassé la fenêtre. C'est à ça que je pensais, ne t'en fait pas, lui mentit-elle. Il y a aussi que je m'ennuie de mon fleuve, je vais peut-être aller y faire un tour bientôt.

Elle lui sourit en coin à sa réplique.

- C'est que je ne suis pas une fillette insignifiante moi, j'ai passé l'âge du string et du petit triangle qui apparaît. Pour aguicher les hommes, j'aime encore mieux ne pas trop en découvrir... Le laisser mariner dans son jus un peu... Celle qui dévoile ses charmes immédiatement a bien peu de chances de terminer la soirée en bonne compagnie.

Elle posa sa main sur la main de l'homme qui reposait sur le bras de vitesse et fit glisser ses doigts le long de ceux de l'homme.

Voyant encore un peu de nostalgie flotter dans le regard de l'agente à ses côtés, Jale se creusa les méninges afin de lui faire plaisir...quand elle prononça le mot fleuve son visage s'illumina d'un grand sourire niais. Il fit un clin d'œil à Mael et tourna brusquement dans une autre rue...vers la direction opposée.

- Ma beauté, je viens d'avoir une idée géniale...quoique venant de moi ça ne me surprenne pas. Il lui fit un clin d'œil moqueur.

- Puisque tu t'ennuies de ton fleuve...j'ai décidé de mettre une croix sur mon gros steak saignant juste pour toi. Je t'emmène manger dans un resto de fruits de mer qui a une vue sur le fleuve. Je sais, ça sera sûrement moins beau que par chez toi mais c'est tout ce que je peux t'offrir dans l'immédiat! Il était vraiment content de son idée et espérait qu'elle apprécierait l'effort qu'il faisait en cet instant...disons qu'il n'était pas trop poisson.

- Je sais très bien que tu es une femme et non pas une fillette, une vulgaire fillette ne me déconcentrerait pas simplement en me jouant après les doigts...t’as fini ou tu veux vraiment faire un accident. C'est soit t'arrêtes ou soit j'arrête sur le bord de la route et retrouve un peu mes esprits... Il lui sourit sarcastiquement.

Un large sourire illumina le visage d'Amael. Des fruits de mer et le fleuve, que pouvait-elle demander de plus.

- Tu fais ma journée Roméo! Mais si tu voulais réellement un steak, y'avait pas de trouble non plus. Mais je suis tellement contente de voir le fleuve et de manger des fruits de mer.

Elle enleva ses doigts de ceux de Jale, et se pencha pour lui étamper un baiser sur la joue. Puis, elle se rassit tranquille, le sourire flottant sur ses lèvres. Elle rigola en silence en pensant qu'il n'y avait rien de moins excitant pour un premier rendez-vous que d'essayer d'ouvrir un homard ou un crabe. D'habitude, elle en mettait partout, autant sur la table que sur son voisin. Rien de très sexy.

- Tu aimes les fruits de mer? Le homard, le crabe, les crevettes, les bourgots, du turbo? Full de bon Oméga-3 qui donne de l'énergie. C'est bien meilleur qu'un steak.

Si elle avait pu sautiller sur son siège elle l'aurait fait.

- Mais, on reste loin des cuisines je t'en supplie.

- HAHAHA, tu es marrante quand tu t'y mets, mais je suis assez content de voir un sourire sur tes magnifiques lèvres. Non sérieux ce qui me convient c'est une jolie petite femme bien heureuse qui me tienne compagnie pour la soirée, mon steak peut attendre. Il lui fit un clin d'œil mi-moqueur, mi-charmeur.

Jale fut un peu surpris du baiser de la jeune agente mais ne s'en plaignit nullement, il étendit son bras par dessus l'unique siège de la voiture et prit les épaules de Mael afin de la ramener un peu vers lui.

- Des comme ça j'en prendrais bien d'autre, lui souffla-t-il dans les cheveux quittant un peu la route des yeux. Il y revint cependant assez vite.

* Pour les fruits de mer alors là! Si je me étais attendu à bouffer de ces trucs...qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour faire plaisir à une femme et ensuite elles nous traitent de machos qui ne pensent pas à elles. Pffffff et quoi encore!*

- Je vais être très honnête avec toi beauté, je ne suis pas un fin connaisseur en fruits de mer. J’aime bien les fish'nchip. Ça compte? C'est quoi ça du bourmachin choses. Dit-moi pas que c'est un écoeuranterie du genre escargot! Il fit une petite grimace, genre un revenez-y pas...

- Pour les cuisines on en sera loin ma belle ne t’en fais pas, je vais nous demander une table direct à côté de l'eau pour que tu t'y sentes un peu comme chez toi. Ça te va? Magnifique sourire charmeur de la part de notre adonis.

Amael sourit. Habituellement, beaucoup de gens étaient réticents à vouloir manger des trucs qui sortaient de la mer. Elle pouvait comprendre qu'un homard vu de près n'avait rien d'attirant et que des bourgots avaient l'air à des bouts de caoutchouc mais dieu que c'était bon.

- Tu pourras manger tes fish'n'chips si ça te plait mais rien de mieux que du crabe ou du homard. Mais je ne te forcerai pas.

Il était vraiment beau et Mael commençait à perdre ses défenses. Elle ne s'attendait vraiment pas à ce qu'il soit aussi attentionné. Lorsqu'ils arrivèrent en vue du restaurant, elle sourit à la vue du fleuve. Pas aussi majestueux que plus haut au Québec mais quand même, c'était le fleuve. Lorsqu'ils descendirent de voiture, elle s'empara de la main de l'homme.

- Alors, t'as une idée de ce que tu mangeras? Je te préviens, des fruits de mer ce n'est pas donné alors je vais payer mon repas, je ne voudrais pas te ruiner à notre premier rendez-vous.

Elle lui rendit son clin d'œil moqueur.

_________________


Ceux qui vivent dans la crainte, meurent victimes de leurs propres terreurs. -R.M.


Dernière édition par Amael le Lun 2 Mai 2011 - 3:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amael
Administratrice-Fondatrice-Agent
avatar

Nombre de messages : 284
Age : 36
Localisation : Dans mon nouvel appart! :D
Date d'inscription : 12/10/2008

Feuille de personnage
Âge:: 25 ans
Conjoint: :'( :'(
Profession: Conservatrice au musée

MessageSujet: Re: Rencontre, Dans la Chevrolet Impala 1968, L’appartement de Jale (PV. Mael et Jale)   Lun 2 Mai 2011 - 2:37

- Est-ce que tu crois sincèrement que je vais te laisser payer ton repas? Pour qui tu me prends chérie? La galanterie existe toujours tu sais! Je vais te le prouver ma beauté céleste. Il avait un air faussement offensé, il tira sur son bras pour se saisir de sa taille.

- C’n’est pas que ta main ne me convienne pas mais je préfère t'avoir toute collée sur moi, tu sens bon un coup propre. Il lui fit un sourire moqueur

- Je ne mangerai pas de fish'n chips, je vais encore une fois te faire plaisir, voyons je ne me peux plus moi là! Profites-en ça passe pas souvent. Tu choisiras pour moi, comme ça tu pourras être sadique juste un peu hein? Et me faire goûter plein de choses...je suis décidemment trop gentil. Ça doit être à cause de toi. Il lui fit un clin d'œil charmeur.

- Durant le souper tu me parleras de toi, j'ai bien beau te trouver super sexy, charmante et intelligente n'empêche que j'aimerais avoir un nom à mettre sur ton visage quand je rêverai à toi. Il était charmeur à souhait avec une légère trace de moquerie...mais bien légère.

Ils entrèrent dans le restaurant, Jale ne la lâcha toujours pas, il n'était pas du tout gêné de la tenir ainsi collée sur lui-même. Ils approchèrent du placeur et Jale lui demanda sa table avec sa plus belle vue sur le fleuve, pour ce petit service, Jale lui tendit un billet que ne put voir Mael. Très rapidement le serveur vint les chercher et les apporta sur une petite galerie où ne se trouvait qu'une seule petite table de deux personnes. Et la vue...la vue était magnifique. L'odeur qui flottait dans l'air annonçait déjà la qualité de la nourriture dont ils s'empiffreraient avec allégresse. Rendu à la table, Jale recula la chaise de Mael pour lui permettre de s’asseoir et la repoussa quand elle s'assied ; il contourna ensuite la table pour s'asseoir également. Il fit un grand sourire franc à la jeune femme assise devant lui.

- Alors tu veux quoi avec ton repas, du rouge ou du blanc? À moins que tu ne préfères un autre alcool pour accompagner les fruits de mer...ce soir c'est toi l'experte alors fais-moi découvrir ton chez-toi culinairement. Sans oublier de me parler de ta charmante personne.

Mael n'était plus qu'un immense sourire. Elle remercia Jale.

- Du vin rouge s'il vous plaît. C'est meilleur avec les fruits de mer, quoique le rosée est des fois excellent.

Elle jeta un coup d'œil à la vue. Elle ferma les yeux et tenta de détecter l'odeur de la mer mais elle ne parvint qu'à sentir les cuisines et Montréal. Elle tenta d'écouter les vagues mais elles n'étaient pas très fortes. Elle écouta Jale parler, gardant les yeux fermés. Un sourire flottait toujours sur ses lèvres. Lorsque le serveur vint les voir Mael commanda.

- Nous prendrons chacun une entrée d'escargot à l'ail gratiné ainsi que des bourgots marinés, pas ordinaire. Ensuite, l'assiette de homard accompagnée de crevettes sautées et de pétoncles sur du riz, n'oubliez pas le beurre à l'ail. Je vous demanderais d'enlever les huîtres de mon assiette svp. Elle chuchota à Jale: ça ressemble à de la morve mais il parait que c'est très aphrodisiaque...mais tellement dégueu! Elle reporta son attention sur le serveur. Si monsieur en veut, vous pouvez lui en mettre. Et, finalement, pourrions-nous avoir une assiette supplémentaire pour pouvoir jeter les coquilles des homards svp. Et des serviettes de table de plus, je sens qu'on en aura besoin. Merci.

Elle attendit qu'il parte. Puis elle porte son attention sur Jale.

- Tu auras besoin de serviettes de table parce que je suis certaine que tu t'arroseras de jus de homard et que tes mains deviendront vite collantes et dégoûtantes.

Pendant qu'ils attendaient, elle parla d'elle à Jale.

- Je m'appelle Amael, mais mes amis m'appellent Mael. Comme tu dois t'en douter, je viens du bord du fleuve, d'où la passion des fruits de mer et du fleuve. Mais je suis arrivée au Québec vers 6 ans, je suis Irlandaise d'origine. Mes parents sont encore sur la Côte-Nord. Je suis historienne avec une mineure en géologie pour pouvoir m'orienter vers l'archéologie. Questions? À toi maintenant.

Elle ne pouvait pas tomber dans les domaines privés immédiatement.

Jale écouta Mael commander sans être trop certain que son estomac passerait le test à chacun des plats commandés. Quand elle lui parla de la morve marine soit des huîtres, il fit un grand signe de tête en voulant signifier au serveur...'' non moi non plus s'il vous plait...veuillez m'épargner un peu! '' Il retourna ensuite toute son attention vers la belle jeune femme assise en face de lui. Il apprit ainsi après environ une heure qu'elle se nommait Amael ou Mael tout dépendant.

* Elle s'ennuie de son chez-elle...en tout cas je crois...et elle passe vite en ostie sur sa vie mais je ne vais pas la brusquer...si elle veut me parler elle le fera d'elle-même. *

Tout le court moment qu'Amael parla d'elle il l'écouta avec attention et curiosité. Elle voulait qu'il parle de lui...

* Putain, pas rien de reluisant dans mon passé...mais bon pour lui faire plaisir...*

- Tout d'abord, je crois bien avoir besoin de serviettes de plus, j'en mets toujours partout ça doit être mon chromosome en moins. Il se paya sa propre tête...chose rare.

- Pour moi et bien j'ai rien de bien heureux à dire...mon père était un alcoolique fini qui a passé son temps à battre ma mère devant moi. Elle, pendant ce temps, travaillait à deux ou trois endroits pour pouvoir me nourrir. J'ai grandi dans un quartier pauvre des B-C. J'ai traîné dans les rues en volant par ici et par là...j'ai appris plein de mauvais trucs bref. Jusqu'au jour où un vieil homme en qui je serai toujours reconnaissant m’a montré tout sur la mécanique, je suis même venu à modifier les engins. J'en suis venu à faire des mauvais coups pour pouvoir permettre à des jeunes et à mère de vivre convenablement... Ce n’est pas du rose comme tu vois, je n’ai pas fait de brillantes études comme toi mais grâce à moi y’a quelques jeunes des quartiers pauvres qui ont pu y aller. Il souriait un peu nostalgique vis-à-vis son passé.

- Alors c'est quoi ça du bourgot? Tu veux être sadique avec moi hein c'est ça? Il retrouva son sourire sarcastique.

- Si tu as des détails que tu veux savoir sur moi ne te gêne pas, je vais y répondre en toute honnêteté.

Amael l'écouta parler de son enfance...il ne l'avait pas eu facile. Elle l'admira tout d'un coup pour ça et se sentit un peu minable de se plaindre sur sa vie passée.

- Mon enfance a quand même été plus rose que la tienne. Tu as été très courageux je trouve. Ça pas du être facile mais t'as quand même réussi à t'en sortir. Je crois que moi, je me serais roulée en petite boule dans un coin. J'ai grandi dans mon village où j'ai appris le français vu que je parlais le gaélique d'Irlande et l'anglais et pas le français. Quand t'es enfant, tu veux apprendre. J'ai eu un frère quand j'avais 8 ans, petit blond. Je n’ai pas vraiment une histoire passionnante... Tu sais, celle de la fille qui réussissait bien à l'école, et plus ou moins bien dans ses relations sociales à cause de ses études et de son caractère...Tu as des frères et sœurs?

Elle s'appuya sur sa main et le regarda.

- Je ne disais pas cela pour me venter d'avoir fait des études, c'est juste que ça fait partie intégrante de ma vie mes études. C'est pour ça que je suis ici.

Elle rigola à la réplique du bourgot.

- Je ne suis pas sadique. Les bourgots c'est les petites bêtes qui habitent des coquillages en spirales. Des buccins. C'est caoutchouteux un peu mais c'est bon. Ma mère trouvait que ça ne goûtait rien mais elle n'y connaît rien! Si tu n'aimes pas je les prendrai, j'adore. Mais tu n'as pas pris d'huîtres, ça ne te tentait pas? Ahah! La grand-mère de mon ami en faisait, et ça ressemblait à de la morve et en plus ça goûte salé... Ma bouche s'était rouverte toute seule et j'avais couru à la poubelle... je déteste!

Puis Mael pensa à un détail important.

- Je veux bien continuer de t'appeler Roméo, mais si tu avais un vrai nom, ça me faciliterait les choses... Tu as un prénom?

- Je n'ai pas dit ça pour m'apitoyer sur mon sort...je suis quand même beau gosse, j'ai une belle voiture, je dîne avec une belle femme, je peux considérer que j'ai bien réussi en effet. J'allais oublier, j'ai un nom d’enfer, moi c'est Jale Kensington beauté céleste. Il lui fit un sourire en coin.

- Alors comme ça tu étais un rat de bibliothèque? Et pourquoi tu as dit que tu avais... tu n'as plus de frère? Si tu ne veux pas en parler t’as le droit hein, je respecte ça...je sais que le passé est douloureux. Il avait un air doux sur le visage du style de quelqu'un qui comprend la perte d'un être cher...

L'entrée arriva finalement, Jale regarda un peu sceptique son assiette d'escargots.

- Faut les manger avec quel ustensile? Celui avec deux, trois ou quatre pattes ? Et aussi faut tu les couper...ou je les avale tout rond? Bordel ça pas l'air ragoûtant...

- Il est mort. Il avait 10 ans. Frappé par une voiture qui reculait et qui ne l’a pas vu. Il avait tombé de son vélo et ma mère ne l’a pas vu. Elle l'a écrasé. Il est mort à l'hôpital.

Elle regarda le fleuve. Le passé n’est pas douloureux, tant qu'il n'existe pas... On peut oublier son passé et se forger une nouvelle vie, non?

- Non, je n'étais pas un rat de bibliothèque, mais j'adore la recherche, je faisais beaucoup de terrain. Mais je dois avouer que j'ai passé beaucoup de temps à la bibliothèque, à faire de la recherche. J'aime beaucoup les livres et j'adore l'odeur des vieux bouquins qui ont du vécu. Ça doit être pour ça que j'adore Shakespeare!

Elle éclata de rire en voyant la face de Jale devant les escargots.

- AHAHAH! Tu dois les manger avec la petite fourchette, celle juste assez grosse pour entrer dans les petits trous. Tu ne les coupes pas, c'est déjà tout petit! Une seule bouchée, comme cela. Elle en avala une. Je t'assure que c'est excellent! Ne pense pas à la bibitte, ça va déjà t'aider! Prends du fromage avec. Je t'assure, tu ne mourras pas! C'est surprenant!

Elle le regarda, lui offrant son plus beau sourire moqueur.

-Tu regrettes de m'avoir emmené ici? Tu t'ennuies de ton steak? Elle rigola.

- Non je m’ennuie pas de mon steak, mais je ne croyais pas que je mangerais de quoi qui se promène le ventre à terre en laissant une coulée baveuse et je m’attendais encore moins à manger de quoi qui est hermaphrodite...Eurkkk. Ils les vident avant? Je ne veux pas avoir du sperme de ça dans l'estomac. Quand il vit le sourire radieux d'Amael, il prit sa petite fourchette qui paraissait minuscule dans ses mains et attrapa un escargot avec beaucoup de fromage. Il la regarda dans les yeux avec l'air de dire...'' attends plus tard ça sera à mon tour'' Et enfourna l'escargot. Sa moue était un peu nauséeuse au début, il mastiqua quelques secondes avant que son visage change pour terminer par un sourire.

- Ouais...c'est mangeable...c'est caoutchouteux, ça me fait penser à une strap d'alternateur, j'en ai jamais mangé mais ça doit être pareil. Il en enfourna une autre avec moins d'hésitation.

- Je suis désolé pour ton frère, moi j'aurais eu un frère ou une sœur mais mon père a tellement battu ma mère quand elle était enceinte qu'elle a perdu le bébé... Il baissa la tête un peu honteux.

Il releva la tête avec un sourire recomposé mais qui sonnait quand même vrai, la nostalgie passait bien après quand il était avec une belle fille est c'était le cas présentement.

- Je ne lis pas beaucoup, quoique ces dernières années je me suis amélioré, avec tous ces travaux de recherches qu'ils nous ont fait faire sur la base d'Alert Bay. Tu m’apprendras à aimer la lecture chérie. Il lui lança un clin d'œil d'invite.

- Alors après ce repas tu veux faire quoi?

Amael était heureuse de voir qu'il appréciait les escargots. Elle avait éclaté de rire tellement fort lorsqu'il avait mentionné le sperme des escargots qu'elle s'était plaquée les mains sur la bouche, de peur de déranger tous les clients. Elle riait encore lorsqu'il parla du bébé mort. Elle cessa subitement, repoussant l'assiette vide.

- Je suis désolée.

Elle gratta le fromage collé à l'assiette avec sa fourchette, mal à l'aise.

- Déjà, tu ne veux pas aller danser, alors je te propose soit d'aller chez-moi où je t'enseignerai la littérature, elle ricana, ou on va à l'endroit de ton choix. Elle pencha la tête, le regardant en coin, un sourire aux lèvres. Je pourrais te faire la lecture, ahahah!

Le serveur arriva avec une assiette emplie de buccins. Mael haussa les sourcils du plaisir anticipé de voir Jale grimacer. Elle était pratiquement certaine qu'il n'aimerait pas. Les homards suivraient pas longtemps après.

- Il est toujours temps de reculer. Ça tu les manges avec ta fourchette normale et c'est très vinaigré!

- Bordel Mael, tu veux vraiment que je rende tout. Déjà les escargots et maintenant ses trucs qui ressemblent, je n’ai même pas de mots pour les décrire...Mais bon je suppose que je dois les goûter. Il prit une inspiration en coupa un tout petit morceau, non mais pas niouf le gars si c'était abjecte le morceau à avaler par politesse serait moins gros. Il se le fourra dans la bouche... la grimace apparue instantanément. Il se dépêcha à avaler et à prendre une grande gorgé de vin rouge. Il repoussa son assiette et fit un sourire sarcastique à Mael.

- Si tu les veux ne te gênes pas, je crois que comme découverte les escargots me suffiront...au moins pour un moment je ne dis pas la prochaine fois mais là c'est trop de nouveaux goûts et ...eurkkkkkk...sérieux, ta petite bouche de déesse apprécie vraiment ces trucs bourchoses là ? Il la regardait avec un sourcil relevé très interrogatif.

- Vivement le homard, ça tu t'en mets partout mais au moins c'est bon!!! Et là je commence à avoir sérieusement faim... Il lui fit un sourire espiègle.

- Je n'ai pas dit que je ne voulais pas aller en boite ni même danser, seulement j'ai l'air d'une grande perche quand je danse...mais si c'est pour te faire plaisir je peux bien aller me faire bouger le cul sur du disco...te rends-tu compte à quel point tu es chanceuse? Et si jamais tu racontes à qui que ce soit que tu m'as vu danser tu vas le regretter Mael... Cette fois-ci son visage exprimait une vérité mais une vérité qui se paye d'une toute autre façon.

Mael écrasa de rire au visage de Jale. Elle se doutait qu'elle allait rire mais pas à ce point. Riant, elle n'arrivait pas à articuler correctement.

- E angerai pas out ça!

Elle se calma enfin, après avoir bu de l'eau. Ou Jale était vraiment marrant ou le vin commençait à faire effet.

- Le but, c'est de les manger entier et de mastiquer... Mais ça va, t'as fait l'effort et t'auras droit à la récompense de ton choix. Tu es certain de vouloir aller en boite? Et si d'autres filles voyaient ces si jolies fesses et en avaient envie? Je ne sais pas si c'est une si bonne idée... Elle sourit moqueusement. Elle attrapa un bourgot et le mangea. Tu le dis si vraiment ça t'écœure... je suppose que c'est une habitude à prendre. Ma bouche de déesse devra brosser ses dents à la suite de ce repas et toi aussi... beaucoup d'ail... Elle pinça ses lèvres à la façon d'un baiser pour s'amuser à montrer ses lèvres de déesses.

Le homard arriva.

- Miam! Bon appétit! Et il m'arrivera quoi si je raconte que je t'ai vu danser? Je suis curieuse? Ça se dit ou c'est trop violent? Elle ricana, arrachant la queue de son homard.

* Pas très sexy comme repas... un peu comme manger un spaghetti et se retrouver avec de la sauce au menton et jusque dans l'front!*

* Tu tiens vraiment à savoir ce qui t'arriveras si tu parles...tout dépend de ce que tu aimes au lit...Allons Jale pense un peu à autre chose...tu y réussissais bien y a cinq minutes, concentre-toi sur son visage...c'est ça bon toutou.* Une lueur sensuelle passa le temps de le dire dans les yeux de Jale mais il se reprit bien vite.

- Enfin un plat de résistance! Il s'empara bien vite de son homard, et s'en mis rapidement partout, exactement comme le ferait un gars...Il lui sourit un peu désolé du portrait qu'il devait lui offrir.

- Je suis désolé...je crois que l'on devra même se doucher avant de sortir...quoique cette perspective me réjouisse! Je réussirais à m'en mettre dans les boxers et demande moi pas comment je le fais...j'le sais pas! C'est inimaginable ça doit encore être notre gène en moins...On est mal barré tu sais, ce gène en moins il fait chier. À cause de lui on pense au sexe à toutes les six minutes environ, on mange comme des porcs, on n'a pas de classe et dès que l'on n'aime pas quelqu'un on veut le cogner...Pffffffffff. Il lui fit un clin d'œil moqueur question de lui montrer qu'il était plus ou moins sérieux...à vrai dire il n'était pas sérieux du tout!

- Si tu dis que tu m'as vu danser il faudra me donner un nanan...tu ne peux pas détruire mon image et ne pas en subir un tant sois peu les conséquences...et crois-moi j'adore les longggggggggggggggssssssssssssssssss nanans! Il lui offrit son sourire en coin.

Amael lui sourit. Elle avait la queue de son homard dans ses mains et se servit de l'ustensile pour l'ouvrir, sans en mettre partout. Elle changea ensuite de fourchette et retira la chair de l'animal, qu'elle brisa en morceau pour la manger. Elle trempait chaque bouchée dans un peu de beurre à l'ail, qu'elle savourait en fermant les yeux. Elle utilisa les pinces ainsi que les ciseaux à homard pour aller chercher la viande.

- T'en fais pas, je suis habituée de voir les gens se salir. Je ne devrais pas tarder à faire pareil d'ailleurs. Là, je fais attention mais habituellement, il y en a partout aussi. C'est tellement bon! J'adore le homard! Je serais prête à vendre n'importe quoi pour du homard!

Elle pencha sa tête de côté, jouant avec sa fourchette sur sa lèvre inférieure.

- Si tu vas prendre ta douche, je n'aurai peut-être plus envie de sortir après. Tu devras donc danser dans ton appartement pour avoir ton nanan...

Elle éclata de rire.

Jale arqua fortement son sourcil droit, un peu sarcastique mais tenté par ce que Mael venait de lui dire.

- Tu vendrais n'importe quoi pour du homard hein? Donc je peux réclamer ce que je veux pour celui-ci! dit le bel homme en pointant sa fourchette en direction du homard presque tout mangé de Mael.

* Bordel, comment on fait pour manger ce truc? C'est bon mais je sais pas comment faire... si je continue comme ça je vais finir par lancer mon couteau ou ma cisaille bah la chose qui coupe et tuer le serveur avec....*

Jale avait l'air concentré à essayer de découper son homard afin de le manger mais ça avait pas l'air facile son affaire. Il leva son visage vers Mael avec un petit air dépité et résigné.

* Je vais encore devoir piler sur mon orgueil... je dois avoir l'air d’une andouille *

- Tu m'expliques comment tu fais pour bouffer ce truc...j'ai faim et je ne suis pas capable de manger, bordel que je dois avoir l'air idiot! Excuse-moi, si on avait mangé des burgers je ne t’aurais pas fait honte...mais je voulais te faire plaisir alors...tu dois me montrer à manger maman! Il lui fit un clin d'œil moqueur...il se moquait de lui-même et de sa situation.

- Pour la douche c'est sûr que je vais aller en prendre une...si tu me retiens après bien ça sera tant mieux!

Mael lui sourit doucement. Elle se leva et tira sa chaise à côté de l'homme.

- Tu permets que je le prenne avec mes mains ou ça t'écœure? Elles sont propres je te le jure!

Elle prit le homard d'une main et elle planta le couteau immense dans le corps du homard, à la façon qu'un assassin l'aurait fait. Puis elle le fit descendre et d'un mouvement du poignet fit tourner le couteau à la base de la queue pour faire une ouverture. Lorsque la coquille fut cassée, elle prit le homard entre ses mains et le cassa en deux, faisant attention de ne pas envoyer le jus vers elle ou Jale. Elle prit la petite fourchette et tira la viande qu'il y avait à l'intérieur.

- Faut pas que t'ailles peur de le briser... il est mort! Mange ça, je te sors le reste.

Elle cassa les pattes et en tira la chair.

- J’n’aime pas vraiment le corps, ce qui est vert brun et mou et tu n'aimeras pas non plus, j'en suis sûre. Je vais retirer la viande c'est tout.

Elle arracha l'une des pinces et prit les grosses pinces de métal. Elle sépara les deux côtés de la pince du homard, arrachant le plus petit des deux et cassa le gros côté avec l'outil. Elle sortit la viande et, tout doucement, elle tira sur la viande du petit côté.

- Ferme les yeux, c'est la petite douceur cachée. J'adore cette partie du homard.

Quand Jale eut fermé les yeux, elle lui fit manger la petite douceur avec ses doigts.

- Alors, tu aimes? Peux-tu faire la dernière pince seul maintenant?

Jale regarda Mael dépecer son homard comme une experte, vint le temps où elle lui demanda de fermer les yeux. Jale s'exécuta mais scruta bien son visage voir si elle ne voulait pas lui jouer un tour... Après s'en être assuré il ferma les yeux et afficha un sourire d'anticipation. Lorsqu’elle lui fit manger la douceur du homard avec ses doigts, Jale en profita pour s'en approprier un et lui mordiller au passage.

- Hummmmmmm, c'est bon, dit-il les yeux fermés, savourant la chair du crustacé. Il rouvrit ses yeux pers et les agrafa à ceux de la belle jeune femme assise tout à côté de lui. Tranquillement, ne la quittant toujours pas des yeux, il se pencha vers elle, tout aussi doucement, comme s'il avait eu peur de la briser, il l'embrassa. Suite à ce baiser, il regarda son assiette un peu découragé...

- Je crois que j'aime mieux quand c'est toi qui me fait manger... Il lui fit un clin d'œil moqueur.

Mael le sentit mordre son doigt! Elle rigola.

- La chair dans la petite pince c'est la meilleure.

Il la regarda dans les yeux et Mael aurait pu prévoir ce qui allait se passer. Cependant, elle ne chercha pas à se défiler. Elle le laissa s'approcher et lorsqu'il l'embrassa elle ferma les yeux. Trop vite, le baiser fut terminé et Jale se recula. Elle pinça les lèvres.

- Je te défais donc la deuxième pince beauté. Ça va aussi plus vite que quand c'est toi qui tentes de défaire le homard. J'ai même eu peur un moment de mourir. Tu ne m'as pas fait honte tu sais, ne dit pas ça.

Elle prit la deuxième douceur et la lui donna à manger pour ensuite l'embrasser à son tour. Puis elle s'éloigna.

- Il ne te reste que la chair de cette pince-là à manger et tu auras tout mangé comme un grand. Si tu vides ton assiette, tu auras droit à un dessert!

Elle lui fit un clin d'œil. Elle n'avait pas eu de plaisir à ce point depuis longtemps avec un homme. Lui au moins, ses intentions étaient claires, pas comme les garçons de l'université qui l'avait cruisé auparavant.

- C'est toi qui me donneras le dessert aussi ? demanda-t-il espièglement.

- C'est très bon le homard mais c'est vrai que ça serait dangereux pour les personnes autour de moi si je devais le dépecer moi-même. Tu sais qu'avant de te demander ton aide j’étais sur le bord de sortir mon flingue et de montrer à ce crustacé fini qui était le vrai mâle des deux! Il lui fit un clin d'œil moqueur. Quand Mael l'embrassa à nouveau il lui prit son petit menton tout doucement entre ses pattes d'ours et prolongea le baiser.

- Tu sais Mael, tu me plais énormément, physiquement mais mentalement aussi, tu n'es pas une pimbêche sur cannes. Je ne voudrais pas qu'une fille bien comme toi ait une mauvaise opinion de moi. Il lui sourit vraiment pour une fois, sans artifice et sans moquerie.

- Bon j'ai terminé et toi? Je suis prêt à faire ce que tu veux déesse. Je ne me suis pas tout torché partout alors si tu veux te payer ma tête sur une piste de danse c'est le moment ou jamais. Il lui fit un clin d'œil provocateur, et fit signe au serveur, il paya l'addition se leva en entraînant Mael avec lui par la taille comme toujours et se rendit jusqu'à son véhicule où il ouvrit encore la portière à la jeune femme. Une fois lui aussi assis, il lui redemanda le sourire aux lèvres.

- Alors? Qu’est-ce qui ferait plaisir à madame ?

Une fois dans la voiture, Amael repensa à ce qu'il lui avait dit.

- Je n'ai pas une mauvaise opinion de toi du tout! Tu as essayé de la bouffe bizarre, tu es drôle et attachant, sympathique et beau. Tu es intelligent et de bonne compagnie. Cesse de t'en faire!

Elle prit sa main dans la sienne et la serra.

- Alors, voici le plan de match. On va danser un peu, histoire de faire descendre le homard, tu me promets un slow, ensuite on rentre chez toi ou chez moi à ta guise, tu prends ta douche, je prends la mienne et tu as ton dessert que je t'ai promis et ensuite, si tu as encore faim, tu pourras avoir du nanan. Ça te va comme plan? Si tu as des suggestions n’hésite pas. Je te laisse choisir le bar, mes connaissances en bar étant assez mince. Et je sais déjà quelle danse je veux avec toi beauté! J'espère que tu n'oseras pas refuser! Et, interdiction de danser avec d'autres filles...As-tu de la gomme? Parce que sérieux, on doit dégager! Pas que ça me dérange mais ça dérangera peut-être les autres... et tu ne pourras parler qu'à moi et n'embrasser que moi avec cette haleine.

Elle lui tira la langue, moqueusement.

- Tu n'as pas l'intention de me souler quand même? Parce que soule, je dors partout! Elle rigola.

Jale la regarda avec un sourire en coin, il releva le sourcil quand elle lui parla de danser un slow et aussi de danser avec d’autres filles.

* Elle croit vraiment que je suis aussi stupide? *

Il parti l'auto et la colla contre lui avant de lui répondre. Il huma l'air de l'habitacle.

- Bah c'est tant mieux si on pue l'ail, comme ça je suis certain qu'aucun autre gars ne va t'approcher. Je vais t'avoir pour moi toute la soirée. Pour les autres filles ne pense pas te débarrasser de moi comme ça si facilement, j'ai une belle femme dans mes bras et la possibilité de passer la nuit avec cette beauté, crois-tu sincèrement que je vais aller me dandiner avec d'autres femmes insipides. Sérieux tu es extra Mael. Je ne vois pas quelle autre femme pourrait attirer mon regard alors que tu es là! Il lui fit un clin d'œil goguenard.

- Je n'ai pas l'intention de te saouler, s'il devait arriver quelque chose entre nous cette nuit, je veux que tu aies toute ta tête, je ne couche jamais avec une femme qui a trop bu...je les respecte trop. Il lui déposa un bec retentissant sur le coco et s'engagea sur la route qui menait vers le centre-ville.

- Je crois que je vais t'emmener à un pub sympa, sur un étage il est possible de jouer au pool et au baby foot...activités que j'adore et où j'excelle et sur l'autre, c'est une piste de danse. Qu'est-ce que tu en dis? Il y aura aussi le match de hockey de présenter sur des écrans géants. Il descendit sa main le long du bras de Mael le lui caressant au passage, descendit jusqu'à sa taille et alla toucher une de ses fesses.

- D'accord, va pour le pool et le baby-foot, où tu te feras écraser!

Lorsqu'il l'embrassa sur la tête, elle ricana.

- Attention, cette tête a été fracassée deux fois. Et pour le match de hockey, tout dépendant quelle équipe joue tu perdras ou non mon attention. Et pour la piste de danse, je veux au moins voir ces fesses se secouer au moins une fois.

Elle le laissa descendre son bras et toucher sa fesse. Elle frissonna à la caresse des doigts de Jale sur son bras. Aucune chance qu'elle ne parte avec un autre homme.

- Ton pub il est où? Un jour, faudra que je t'emmène dans le pub irlandais où je vais souvent. Tu pourras comprendre mes racines. Tu sais, je t'avais mal jugé au départ. Je croyais que tu me sauterais dessus dès que je serais dans ta voiture, mais non, tu es vraiment un chic type. Je passe une excellente soirée. Et t'en fait pas, je ne me saoulerai pas et je ne partirai pas avec un autre homme.

Elle lui fit un clin d'œil, laissant sa main glisser sur la cuisse de l'homme. Elle lui jeta un regard, mordant sa lèvre inférieure, anticipant la nuit. Elle gratta le jeans sur la cuisse avec ses ongles.

Jale frissonna d'anticipation.

- Ouhhhh...Mael arrête ça! Tu réussis à me donner de ces frissons. Ça sera quoi tout à l'heure sur ma peau hein? Du moins si tu n'es pas trop frustrée de t'être fait ramasser au baby-foot! Il lui chatouilla les côtes.

Il conduisit durant une bonne vingtaine de minutes, caressant tendrement le bras de l'agente, quelques fois ses cheveux, sa nuque. Arrivés à destination, il lui releva le menton et l'embrassa délicatement sur le nez, les joues, les yeux pour terminer avec sa bouche.

- Alors? Tu es prête à te faire clancher au pool et au baby-foot? J'aimerais bien que tu me montres ce pub Irlandais un jour, s'ils y servent de la bonne bière...je suis partant et je serais encore plus content si tu es à mes côtés! Il lui fit un clin d'œil moqueur.

- Tu croyais vraiment que je te sauterais dessus? J'ai plus de classe surtout quand j'ai une belle femme comme toi dans mes bras. Que je voie simplement un autre homme venir t'aborder...je sais défendre mes intérêts tu sais! Il lui sourit et l'embrassa à nouveau.

Mael descendit de la voiture et attendit que Jale la rejoigne devant la voiture. Elle se colla contre lui, avant même qu'il ne puisse la ramener contre lui puisqu'elle savait que c'est ce qu'il ferait.

- Attention, tu risques de frapper une adversaire au baby-foot... moins au pool, je suis nulle à mort! Tu auras le temps de rentrer toutes tes boules et les miennes avant que j'en rentre une! Je jouais au baby-foot quand j'étais au secondaire et je n’étais pas mauvaise. Mais le pool a toujours été une activité que je trouvais ennuyante.

Juste avant de rentrer dans le bar, elle tira sur le chandail de l'homme, lui quémandant un baiser. Elle en déposa un dans son cou avant de le laisser se relever.

- Au pub, il ne serve que la meilleure bière irlandaise! En fait, tout ce qui se fait en Irlande est exceptionnel! Tu as la preuve sous les yeux et côté alcool, la bière y est excellente! Pas du jus de moufette en bouteille!

Elle glissa sa main sous le chandail et caressa les pectoraux.

- On rentre?

- Est-ce que tu sais qu'en me caressant ainsi on risque de ne jamais rentrer dans ce pub? Tu fais monter mon taux de testostérone en flèche. Tu es une vilaine fille, je vais devoir te punir tout à l'heure! Il la ramena à nouveau vers lui et l'embrassa fougueusement lui mordillant la lèvre au passage. Une de ses mains descendit jusque sur ses fesses et la lui poigna solidement. Lentement il interrompit le baiser, lui faisant un sourire moqueur.

- Si j'avais eu un doute quant à la possibilité qu'un autre homme t'approche je viens de me rassurer...tu empestes l'ail! Et moi aussi...tout va donc bien dans le meilleur des mondes! Il recommença à marcher, insérant sa grande main dans la poche gauche du jeans de Mael.

- Aurais-je trouvé une adversaire à ma hauteur pour le baby-foot? Enfin...il n'y a que des incompétents habituellement. Il lui fit un clin d'œil sarcastique.

- Pour le pool, il me fera plaisir de te montrer convenablement comment jouer...pour ça je dois te coller...Rien ne pourrait me faire plus plaisir. Il affichait un grand sourire un peu niais du style ''ouais...y’a juste moi qui va te toucher ce soir et personne d'autre na na na na nè re...'' Bref un véritable sourire gamin.

- Comme je te l'ai déjà dit, j'ai hâte que tu m'emmènes à ce pub...j'aime la bonne bière et je te concède entièrement le fait que l'Irlande ne fait que de belles choses...j'en tiens un magnifique spécimen dans mes bras.

Ils entrèrent au moment où il déposait un baiser dans son cou pour appuyer ses dires au sujet de l'Irlande. Il l'emmena directement au bar pour prendre des consommations.

- Je t'offre quoi beauté céleste?

_________________


Ceux qui vivent dans la crainte, meurent victimes de leurs propres terreurs. -R.M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amael
Administratrice-Fondatrice-Agent
avatar

Nombre de messages : 284
Age : 36
Localisation : Dans mon nouvel appart! :D
Date d'inscription : 12/10/2008

Feuille de personnage
Âge:: 25 ans
Conjoint: :'( :'(
Profession: Conservatrice au musée

MessageSujet: Re: Rencontre, Dans la Chevrolet Impala 1968, L’appartement de Jale (PV. Mael et Jale)   Lun 2 Mai 2011 - 2:40

- Je prendrai une Guinness noire. On commence par quoi? Le pool ou le baby-foot?

Lorsque les consommations arrivèrent, ils se dirigèrent vers la table de baby-foot. Mael déposa son verre sur la table voisine, s'installant du côté de la table. Elle attendit que son partenaire fasse pareil et lui jeta un regard moqueur par en dessous.

- Prêt à te faire battre?

La partie débuta et Mael tint tête à Jale. Elle perdit malgré tout, le score étant serré. Elle le regarda de travers, vidant le restant de son verre.

- Je ne gagnerai rien ce soir, je suis une poche au pool et tu m'as battu au baby-foot. Je devrai donc te battre ailleurs.

Elle se planta devant lui, collant son petit corps contre celui de l'homme, allant chercher un baiser et glissant ses mains sur les fesses de l'homme.

- Tu sais que tu es mignon?

Jale avait eu toute la misère du monde à conserver son sang froid lors de la partie de baby-foot, Mael était bonne mais ça il n'allait certainement pas lui dire! Il avait son orgueil quand même.

- Je savais bien que je te battrais, tu n'as pas voulu m'écouter! Il lui fit un clin d'œil moqueur. Mael vint ensuite quémander un baiser qu'il ne lui refusa pas, il s'amusa même à descendre le long de sa mâchoire pour se diriger ensuite dans son cou. Elle lui poigna les fesses le faisant tressaillir. Il releva la tête le regard un peu plus sombre, cachant certaines pensées trop vilaines pour être écrites.

- Oui ma belle, je sais que je suis mignon, mais ce soir je suis ton mignon à toi! Tu veux que je te montre à jouer au pool? Aller dit oui, comme ça je pourrai me coller contre ton corps devant tout le monde sans passer pour un pervers. Il lui sourit comme un gamin de quinze ans voulant vraiment pouvoir la toucher ET lui montrer à jouer au pool...la deuxième excuse étant secondaire bien évidemment.

- C'est trop tard, tout le monde pense déjà que tu es un pervers! Je veux bien que tu me montres à jouer au pool mais je vais me chercher une autre bière avant mon mignon.

Elle se dirigea vers le comptoir et se commanda une bière. Elle régla lorsqu'elle la reçut et retourna trouver Jale.

- Alors? Je sais les bases de ce jeu stupide, mais je joue comme une débutante. Je ne call aucune boule, j'essaie de les rentrer et je me ramasse avec plus de bleu dans le front que sur ma baguette.

Elle se dirigea vers le rack et se choisit une baguette, pas trop grande pour elle. Elle commença à mettre du bleu attendant que Jale s'en choisisse une. Elle tournait et tournait le petit cube sur le bout de la baguette.

- Je préfère que tu casses, d'habitude moi, y'a seulement une boule qui part quand je le fais. Dieu que je déteste ce jeu! On avait une table au cégep et quand on faisait des partys de programmes, on jouait. Je m'assoyais dans le coin et j'attendais qu'il se passe de quoi! Je ne sais même pas comment placer mes mains pour frapper, je ne sais pas viser, en fait, je n'ai aucune qualité à ce jeu. J'espère que tu es un bon prof... Je dois sortir d'ici professionnelle!

Alors que Jale se penchait pour casser, elle fit glisser la baguette le long de sa cuisse en remontant jusqu'à son entrejambe. Lorsqu'il se tourna pour la regarder, elle prit un air innocent, son éternel sourire moqueur en coin sur son visage et regarda au plafond.

- T'as vu comment le plafond est sale?

- HAHA ! Je comprends ta tactique maintenant. On déconcentre le beau gosse en le tripotant avec une baguette de pool. Il lui sourit sarcastiquement. Il se concentra laissant paraître ainsi un visage plus juvénile qu'il ne le paraissait en vérité, il cassa comme un pro! Il décocha un clin d'œil à Mael.

- Allez viens, je vais te montrer comment placer tes mains sur la baguette pour que tu aies une certaine puissance. J'espère que je n'aurai pas à te montrer cela tantôt, lui dit-il avec un sourire goguenard.

S’en suivit ensuite tout un enseignement sur les pools. Jale était subtile, il se frôlait sur le corps de la jeune femme lui faisant sentir sa musculature sculpturale, il lui touchait les hanches, le ventre, les seins quelques fois, les fesses allègrement. Sans oublier les nombreux baisers qu'il lui fila. Au bout d'une heure intensive, il fut enfin satisfait des progrès de sa beauté céleste. Il lui retira la baguette des mains et la souleva du sol pour la porter à ses lèvres. Il la tint collée ainsi contre lui.

- Tu n'as pas trop de bleu dans la face...tout a bien été...tu mérites une récompense...et je te laisse la choisir! Il lui redonna un baiser passionné.

Jale montra à Amael à jouer au pool. La noiraude n'était pas folle et elle savait très bien qu'il se servait de ce prétexte pour la coller et la tripoter un peu. Elle se laissa faire, recherchant le contact physique elle aussi. Toujours dans les bras de Jale, elle passa ses bras autour de son cou.

- Tu me dois une danse beauté! Et pas de discussion!

Elle alla voir le DJ, demandant sa chanson préférée. Puis, elle traîna Jale sur la piste de danse et passa ses bras autour du cou de l'homme. Le rythme était plus rapide qu'un slow mais Amael s'en foutait royalement. Elle se colla à Jale, décidant de danser un slow malgré le rythme plus rapide. Ce n'était pas du dance, c'était un genre de danse de couple dont Mael ignorait tout des pas donc, elle la dansa à sa manière, se foutant des autres qui auraient voulu la place.

- Tu sais, le slow est la seule danse que j'accepte de danser à jeun...la plupart du temps sauf quand j'ai envie de me défouler. Et cette chanson, c'est Mondo Bongo de Joe Strummer. Ensuite, on ira où bon te semblera...

Elle déposa ses lèvres sur celles de Jale, les bras toujours autour de son cou, le faisant suivre son rythme.

Le jeune homme leva les yeux au ciel...Jurant tout bas.

- Mael ma beauté, ce n'était pas une joke que je te faisais tout à l'heure...je suis nul en danse. Je réussis à me tromper en dansant un slow. Tu veux m'humilier hein? C'est ça? Il la regardait avec des yeux supplicateurs. Quand il la regarda aller demander une chanson au DJ il se rendit compte qu'il ne lui servait plus à rien d'opposer de résistances...elle en avait décidé ainsi soit-il.

- Si c'est pour te faire plaisir...grogna-t-il un peu bougon. Il déposa ses mains sur les hanches de la jeune femme, l'attirant à lui. Avec une il lui caressa le dos, de l'autre la hanche et le début d'une fesse. Il essayait de ne pas porter attention à ce qui les entourait, il fixait simplement Mael se concentrant sur elle et sur ses grands pieds gauches quand il dansait. Il ne voulait pas la rendre unijambiste en lui pilant sur le pied.

- Comme tu le fais remarquer, une chance que tu es à jeun...j'ai de la difficulté à danser, je ne voudrais pas imaginer le fiasco que ça donnerait avec une femme saoule. On ne va pas un peu trop vite là pour un slow. Par pitié ma chérie, ne va pas compter ça à personne ok? Je vais être la risée de la base sinon. Il continua à danser...mais simplement pour faire plaisir à sa partenaire. Quand le slow s'acheva enfin il réafficha son sourire moqueur et poussa un soupir de joie. Il la tenait toujours par la taille, l'amena près de leur manteau et les récupéra, d'un bras les manteaux, de l'autre Mael. Il l'embrassa dans le cou suavement en sortant de l'endroit.

- Chez toi ou chez moi? Chuchota-t-il dans les cheveux noirs de la jeune femme. Il l'accota contre sa voiture l'embrassant avec un peu plus de vigueur.

- Ce n'était pas si mal, répondit Amael en souriant. Y'a pas de pas dans les slows, suffit de suivre la musique. T'as bien fait ça.

Elle lui prit son manteau des bras et l'enfila avant de sortir. Lorsqu'il l'appuya à la voiture, et lui chuchota sa question, Mael sourit.

- On peut aller chez moi, mais c'est un vrai capharnaüm... Mes livres traînent partout et je ne suis pas certaine que mon linge sale ne soit pas quelque part aussi. Mais ça me fera plaisir de te faire visiter. À moins que tu ne préfères vraiment ta maison.

Elle fit glisser ses mains sur les fesses de Jale, le rapprochant d'elle un peu plus.

- Si tu décides d'aller chez toi, je préfèrerais passer chez moi avant, histoire de pouvoir me brosser les dents avant de partir. J'ai l'impression que je pourrais repousser un vampire tellement il y a de l'ail dans mon haleine. Alors beauté, on y va?

Elle déposa un baiser rapide sur les lèvres de l'homme et monta dans la voiture.

Lorsque Mael lui prit les fesses, Jale ne put s'empêcher de fermer les yeux. Déjà dans sa tête de mâle défilaient des milliers d'images les plus osées les unes que les autres. Toute la soirée il avait attendu ce moment. Toute la soirée il avait touché pour ne pas dire frôlé ce corps, si bien que son imagination divaguait à présent. C'est la voix un peu plus rauque qu'il lui répondit une fois dans la voiture.

- Je comprends que tu veuilles aller chez toi pour ton haleine, nous passerons donc chez toi avant d'aller chez moi. J'aimerais bien que tu puisses voir qu'en fin de compte je suis un bon jack. Il lui fit un clin d'œil moqueur.

- Je te jure aucune photo de cul, pas de poster où une fille laisse des traces de gras de fesses sur un hood de char...rien nothing! Tu ne trouveras aucun sous-vêtement appartenant à une autre fille non plus... Avoue que c'est plus que ce à quoi tu t'attendais non? Il lui fit un sourire en coin mignon.

Il fit démarrer la voiture et vrombir le moteur, se tourna vers elle pour la coller possessivement contre lui et sortit du stationnement. Il pesa sur le lecteur cd et une tune de Metallica s'éleva des haut-parleurs. Il passa plusieurs minutes perdu un peu dans ses pensées.

- Tu sais beauté, si jamais tu changes d'idée et que tu n'as plus le goût de coucher avec moi sache que je ne serai pas vexé... Ne va pas te faire d'idées saugrenues, j'ai toujours envie de toi et même à un stade que je ne croyais plus possible. Je me sens comme un adolescent boutonneux qui à des palpitations. Seulement cette soirée partagée avec toi a vraiment été super, en tout cas pour moi, et je ne voudrais pas brusquer les choses, tu es vraiment une personne que j'aimerais mieux connaître...tu es fascinante Mael. Bref sens-toi à l’aise. Je ne suis pas du type à sauter tout de suite aux conclusions, ajouta-t-il en posant un baiser dans son cou à une intersection.

Mael, bien calée contre Jale, lui sourit.

- Tu crois vraiment que je te prends pour un crotté? Voyons Jale, si c'était le cas, je serais partie il y a plusieurs heures déjà. Je me suis bien amusée. Ne t'inquiète pas pour moi, je suis une grande fille, je sais me défendre si je me sens menacée.

Elle ramena ses genoux près d'elle. Il était drôle ce gars, tantôt il était cruiseur et tout ce qu'il voulait c'était la baiser et maintenant, il jouait la carte du respect. Les quelques autres garçons que Mael avait rencontré pour un soir, quoique peu nombreux, ne jouait pas de cette manière. Ils étaient gentils et quand ils avaient eu ce qu'ils voulaient, c'était merci bonsoir, ce qui arrangeait la jeune femme qui ne cherchait pas vraiment à s'attacher. Elle s'aperçut qu'elle était silencieuse depuis un moment.

- J'aime beaucoup Metallica.

*Et le prix de la réplique la plus pertinente va à Mael!* Elle soupira.

- Tu sais, je ne veux pas que tu croies que je ne veux pas coucher avec toi, j'en meurs d'envie mais j'espère que tu es conscient qu'il n'y aura peut-être pas de lendemain... Je serai peut-être envoyé en mission à l'autre bout du monde et toi aussi et un des deux mourra... Bordel que je suis négative! Mais bon, tu comprends ce que je veux dire. Je ne veux pas qu'il y ait de malentendus entre nous. Je t'apprécie vraiment beaucoup, j'ai une envie folle de coucher avec toi, et je ne voudrais pas que l'un des deux se fasse de fausses idées.

Elle venait sans doute de se tirer dans le pied, il allait la déposer chez elle avec un à bientôt et ne la rappellerait jamais mais elle préférait être franche. Il était honnête avec elle, alors elle aussi. Cette soirée avait commencé en s'annonçant n'être qu'un simple one-night stand mais elle avait peur que ça vire autrement et ne voulait pour rien au monde lui faire de la peine. Elle déposa sa main sur la cuisse de l'homme, la caressant. Elle ne savait plus du tout ce qu'elle voulait. Il l'intéressait, c'était certain mais... La vie est drôlement faite, vous passez des années seule et tout d'un coup, tout le monde frappe à votre porte. Elle déposa un baiser au coin de ses lèvres, lui prouvant qu'elle était toujours intéressée à finir la nuit avec lui.

Jale sourit à la voir essayer de se dépêtrer. Il la colla plus fort contre lui et accepta avec une joie évidente son baiser.

- Ne t’en fait pas Mael, je voulais simplement que tu saches que je ne suis pas profiteur et que si tu changeais d'avis je ne me fâcherais pas. Tu es une fille super mais je ne suis pas du style à m'attacher. Quoique je suis certain que tenace comme tu l'es tu réussirais sûrement là où des dizaines de femmes se sont essayées. Bref tout ça pour te dire que je suis un célibataire endurci, je veux coucher avec toi, juste pour te posséder une nuit. Je ne te cloîtrais pas le matin venu et tu seras toujours la bienvenue dans mon lit. Sache que si par contre quelqu'un te fait du mal je serai là pour lui régler son compte. J'espère qu'après cette nuit, nous pourrons demeurer des amis, je sais qu'habituellement les one night ne se terminent pas ainsi.

* Bon je dois avoir l'air bien cruche d'essayer de m'expliquer comme ça...*

- Finalement je veux partager cette nuit avec toi mais j'aimerais avoir ton amitié par la suite. Est-ce possible? Ne t’en fait pas je ne serai pas le genre racoleur qui te suivra partout. Mais puisque nous sommes collègues de travail mieux vaut bien s'entendre, je suis content que l'on puisse mettre les points sur les ''i''. Plusieurs filles seraient effondrées en ce moment, merci de ne pas être comme elle, beauté. Il termina son plaidoyer en lui caressant la taille et s'aventurant sous un sein. Il continua à rouler vers les immeubles des agents, tout en la caressant langoureusement.

- Dit-le moi quand on sera arrivé devant ton bloc hein ?

Elle le laissa aller jusqu'au bloc et l'arrêta. Elle lui demanda d'attendre, courut à son appart, nourrit son chat, brossa ses dents, faillit se noyer dans le rince-bouche et jeta un coup d'œil à son image dans le miroir.

*D'accord, ça va aller. Est-ce que je dois prendre quelque chose? Non.*

Elle jeta un coup d'œil à son répondeur qui flashait. Elle détestait quand ça faisait ça. Elle appuya sur le bouton play.

- Mael, c'est maman...

Elle ferma le message. Comment sa mère avait-elle bien pu la retrouver. Et le message commençait de la même manière que celui concernant la mort de Killian. Elle tira sur le fil de l'appareil et le débrancha, le jetant de l'autre côté de la pièce.

- Foutu appareil à la con!

Elle redescendit au pas de course rejoindre Jale et s'engouffra dans la voiture.

- On y va! Et t'en fait pas beauté, c'est réciproque. On verra qui possédera l'autre. Et demain matin, je serai ton amie, tout sourire. Un one-night n'empêche rien... j'appelle ça des amis avec avantages. Rien de mal tant que y'a pas de sentiments là-dedans!

Elle avait dit le tout tellement rapidement que Jale avait du avoir de la misère à comprendre. Elle voulait mettre le plus de distance possible physiquement et mentalement entre elle et le message de sa mère. N'importe quoi mais oublier que cette personne l'avait appelée. Elle enfouit son visage dans le cou de Jale, mordillant doucement la rencontre entre l'épaule et le cou, allant même jusqu'à lécher la ligne de mâchoire de l'homme.

Jale secoua à tête... Mael venait de parler si vite qu'il n'avait rien compris. Elle lui mordilla le cou et lui lécha la mâchoire. Il se crispa, serrant fortement son bras de vitesse, ses jointures blanchirent sous la pression qu'il y exerçait.

- Hum, Mael j'adore ce que tu viens de faire mais tu vas devoir me répéter ce que tu viens de dire, je n'ai rien compris. On aurait dit une enregistreuse sur fast foward. Ça va ? demanda le jeune homme avec les sourcils froncés...

- Tu es...bien entreprenante tout à coup. Ça ne me déplait vraiment pas en passant. Il prit littéralement la jeune femme et la déposa à califourchon sur ses cuisses. Là, il attira sa tête pour un baiser des plus explicites. Ses mains descendant dans les dos de la jeune femme et se posant sur sa croupe bien roulée qu’il caressa. Quand ils manquèrent de souffle tous les deux, il mit fin au baiser, son regard était foncé et son souffle plus court.

- J'en avais besoin excuse-moi... Il la garda tout collée contre lui continuant à lui jouer dans le dos avec ses grandes mains agiles.

- S'il te plait explique-moi ce que tu as ? Je ne sais pas c'est quoi mais tu sembles bouleversée, dérangée....

- Ça va! Elle plaqua ses lèvres à celles de l'homme. Je te le jure. Autre baiser. Je disais simplement que y'avait pas de problèmes, que demain, tout serait ok et qu'on pouvait rester amis. J'appelle ça des amis avec avantages. Pas de sentiments, pas de problèmes. Et y'a pas de problèmes.

Elle glissa ses mains sous le chandail de l'homme et caressa les pectoraux.

- On y va? Ou t'attends que je te bouffe tout cru ici?

Elle retourna s'asseoir sur son siège, les mains dans ses poches.

- Et d'ici à chez vous, plus rien. Elle sourit, carnassier. Je ne voulais pas te faire peur, tantôt, ce n'est rien. Ma mère a laissé un message sur le répondeur c'est tout. Je n’ai pas pris le temps de l'écouter. Ça commençait pareil à un autre message, il y a longtemps...

Elle ne se rappelait plus si elle lui avait parlé de sa famille. Elle lui lança un regard en coin, tentant d'oublier cette histoire.

- Alors Roméo?

Il lui fit un sourire en coin qui pourrait faire fondre un iceberg. Il démarra la voiture et partit tout doucement sur la route, il ne devait pas demeurer très loin.

- Super alors pas de problème. Merci d'avoir tout répété parce que sérieusement je n'avais rien compris mais là que dalle! Et je vais te dire que je suis assez content que tu ne me touches plus d'ici à chez moi, je sais que ce n'est pas très loin mais tu fais augmenter mon rythme cardiaque comme ce n’est pas possible. En ce moment mon imagination déraille... Il essayait vraiment de se concentrer sur la route mais Mael pouvait remarquer que c'était une vraie torture.

Ils arrivèrent finalement devant un immeuble tout à fait semblable à celui qu'occupait la jeune femme. Il se gara et coupa le moteur. Il tourna son regard pers devenu plus foncé vers l'agente.

- Tu sais je ne dédaigne pas baiser dans mon char...il en a connu plus d'une mais j'aimerais t'offrir le confort de mon lit, de ma douche et de tous les autres endroits pas possibles qui pourraient nous passer par la tête... Lui aussi arborait maintenant un sourire carnassier, un regard des plus affamés.

_________________


Ceux qui vivent dans la crainte, meurent victimes de leurs propres terreurs. -R.M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amael
Administratrice-Fondatrice-Agent
avatar

Nombre de messages : 284
Age : 36
Localisation : Dans mon nouvel appart! :D
Date d'inscription : 12/10/2008

Feuille de personnage
Âge:: 25 ans
Conjoint: :'( :'(
Profession: Conservatrice au musée

MessageSujet: Re: Rencontre, Dans la Chevrolet Impala 1968, L’appartement de Jale (PV. Mael et Jale)   Lun 2 Mai 2011 - 2:42

L’appartement de Jale (PV Mael)

Jale était descendu rapidement de sa voiture et était allé extirper Mael de l'autre côté. Ils avaient passé une agréable soirée ensemble et il était impatient de connaître la suite. Il la prit possessivement par la taille, l'entraînant vers la porte d'entrée de l'immeuble. Celui-ci ressemblait à tous les autres complexes qui peuplaient la rue. Il ouvrit la porte d'entrée et fit passer Mael devant lui, lui offrant un sourire affamé et moqueur. Ils montèrent trois paliers avant que le dieu grec ne s'arrête devant une porte indiquant le chiffre 38. Il sortit son trousseau de clés et déverrouilla la porte. Il laissa encore une fois entrer Mael avant lui. L'appartement ressemblait en tout point à celui de la jeune femme, seulement, il n'était pas meublé comme le sien. La lumière du poêle était ouverte diffusant une lumière dans la pièce plongée dans le noir. Les électroménagers étaient tous neufs, tout était propre et bien rangé mis à part les chaussures à l'entrée. Il retira sa veste de cuir et la jeta sur une chaise sans se déchausser il s'avança vers le frigo l'ouvrit et se prit une bouteille d'eau.

- T'en veux une beauté céleste? Je me dois de bien m'hydrater si je veux te combler correctement. Il lui offrit un air baveux.

- Je vais aller me doucher, je pue le homard de partout. Je crois que j'en ai dans les cheveux...Si tu veux écouter la télé ou la musique installe-toi. Il s'en alla avec sa bouteille d'eau vers sa salle de bain laissant la jeune femme faire connaissance avec son appart.

Amael ôta ses chaussures à l'entrée. Elle portait ses bottes brûlées...pas très charmant. Elle n'en avait rien à faire de la télé. Elle fit un tour rapide du salon. Tout était bien rangé et classé. Elle regarda ce qui meublait le salon, à la recherche d'indice qui aurait pu la faire connaître Jale un peu plus. Elle entendit l'eau couler dans la chambre de bain et prit la direction de la pièce d'où venait le bruit. Elle tourna la poignée et la porte s'ouvrit d'elle-même. Elle glissa la tête pour jeter un coup d'œil mais la douche de Jale ne permettait pas de voir quoique ce soit. Elle entra dans la pièce, sans bruit, et s'assit sur le comptoir de la chambre de bain. De la vapeur montait de la douche mais elle ne pouvait apercevoir Jale. Elle se demandait ce qu'il dirait si elle le rejoignait dans la douche. La buée se ramassait sur le miroir et elle dessina un dragon chinois. En se tournant, elle fit tomber la brosse à cheveux et le tube de gel, trahissant ainsi sa présence. Elle rigola attendant de voir la réaction de Jale.

Jale, venait d'entrer dans la douche, il l'avait mise bouillante d'abord mais se rendit bien vite compte qu'il devait la prendre bien froide pour se calmer les ardeurs un tant soit peu. De la façon dont la douche était installée, il vit la porte s’ouvrir et vit les cheveux de Mael.

* Ah la petite...Elle veut regarder hein! *

Il réajusta l'eau de la douche à une température acceptable, il sursauta quand il entendit un impact sur le sol.

*Calme-toi mon vieux...tu deviens parano!!!*

Il s'avança et ouvrit la porte de douche, il ruisselait d'eau, complètement nu devant Mael, un sourire en coin estampé sur le visage. Aucune honte de se trouver dans le plus simple appareil devant elle.

- Tu es venu me mater? C'est vrai qu'avec mon super corps on ne peut faire autrement... Tu veux venir avec moi? Je suis certain que tu n'as pas eu le temps de bien te laver le dos tantôt...Je me ferais un plaisir de t'aider...ajouta-t-il avec une voix mi-moqueuse et mi-suave.

Mael grimaça quand il ouvrit la porte pour lui parler mais apprécia la vue.

- Faut checker la marchandise avant d'acheter! répondit-elle, haussant un sourcil, un sourire moqueur aux lèvres. J'voulais être certaine. Tsé, insatisfaite, ma maison n’est pas loin...

Elle sauta en bas du comptoir, laissant sa trace de doigt dragon sur le miroir. Elle s'approcha de Jale, le sourire moqueur toujours accroché à ses lèvres. Elle s'appuya sur le bord de la douche et le regarda par en haut, affichant le même air baveux que lui.

- Je suis propre. Si tu veux me frotter le dos, faudra me déshabiller d'abord.

Léger mouvement baveux de la tête, avec haussement des sourcils moqueurs. Sa veste de cuir toujours sur le dos, elle recula pour rejoindre le comptoir. Elle l'admira sans gêne de haut en bas et mordit sa lèvre du bas, le regardant dans les yeux. Elle ne savait pas pourquoi, mais cet homme l'attirait comme un aimant. Elle le connaissait à peine et pourtant, elle aurait donné n'importe quoi pour être dans ses bras.

- Alors chéri, plan de match?

*Checker la marchandise hein? *

- Pis t'aimes-tu ce que tu vois? Il débarqua de la douche sans arrêter le jet. Elle lui avait dit que pour qu'elle prenne sa douche avec lui il fallait qu'il la déshabille...Il jouerait son jeu. Lentement, dégouttant d'eau il s’approcha d'elle. Il affichait un minois espiègle du genre mauvais coup pendable à jouer.

- Donc si je t'enlève tes vêtements tu viens avec moi? Arrivé en face d'elle, il lui retira doucement son manteau de cuir qu'il jeta sur le bol de toilette tout en l'embrassant dans le cou pour la distraire.

- Est-ce que tu crois que je te laisserais repartir sans que tu ne sois satisfaite ma belle? Lui murmura-t-il au creux de l'oreille.

- Mael, je ne sais pas ce que tu m'as fait mais tu m’as envoûté... Il plissa les yeux l'attrapa par la taille solidement, lui mit l'autre main derrière les genoux et fonça dans la douche en vitesse grand v. Mael n'eut pas le temps de rien faire, elle se retrouva habillée et dans les bras de son cavalier nu sous le jet d'eau de la douche...

- Tu es belle toute mouillé le savais-tu? Je vais avoir bien du plaisir à te déshabiller maintenant beauté céleste. Il lui envoya un clin d'œil charmeur. Et entreprit de lui enlever son chandail qui était complètement imbibé d'eau.

Elle lui sourit.

- Ouais, la vue est bien.

Elle entoura ses bras autour de son cou lorsqu'il l'embrassa. Elle se laissa faire. Sa veste la quitta pour atterrir sur la toilette et lorsqu'il lui parla dans l'oreille, elle frissonna.

*Il doit dire ça à toutes les filles!*

Mael sursauta lorsqu'elle se retrouva, toute habillée, dans la douche. Elle ouvrit la bouche mais aucun son n'en sortit. Tout ce qu'elle trouva à faire fut d'avaler de l'eau. Elle baissa les yeux pour voir son chandail blanc, déjà collé sur elle avant, qui détrempait. On voyait le soutien-gorge au travers. Ses jeans commençaient à peser une tonne et aussi, quand Jale entreprit de lui enlever son chandail, elle le laissa faire. Elle se colla à lui, cherchant ses lèvres les yeux fermés pour se protéger de l'eau qui tombait.

- Je suis toujours belle, mais merci du compliment.

Une fois en dessous elle fit glisser ses mains jusqu'aux fesses de Jale. Elle déposa des baisers papillons sur son torse et leva le visage.

- Alors, tu ne voulais pas laver mon dos? demanda-t-elle, se tournant et appuyant ses mains sur la vitre de la douche, ses jeans d’une tonne tombant plus bas sur ses hanches.

Jale avait les mains baladeuses ainsi que les yeux. Il crispa les fesses quand il sentit la noiraude les lui empoigner à pleines mains. Cependant, il ne la quitta pas des yeux. Son regard s'assombrit lorsqu’elle lui fit dos l'invitant à le lui laver. Un sourire en coin apparut sur le visage du jeune homme. Il s'approcha d'elle et lui entoura la taille de son bras gauche, il lui donna quelques caresses avant de descendre sur le ventre plat de la jeune femme et de finalement trouver le chemin vers le bouton et la fermeture éclair de ses pantalons. De sa main droite, il lui caressa la nuque avant de descendre vers l'attache de son soutien-gorge qu'il défit comme un pro. Il se pencha sur elle baladant ses mains sur son corps ferme et lui mordilla la nuque.

Il n'avait ouvert que les pantalons, sans les lui enlever...Il était trop occupé à lui caresser la taille, la poitrine, les épaules et à parsemer son cou et ses épaules de baisers, de petites morsures légères et de coups de langue bien placés. Il prit une houppette qui traînait sur le bord du bain d'une main et laissa l'autre à sa première occupation soit: caresser Mael. Il y mit du gel douche à la senteur marine et commença à laver doucement le dos de sa flamme du moment.

- Alors tu aimes ça te faire laver le dos? Lui demanda-t-il moqueusement car il avait bien vu tout l'effet qu'il lui avait fait par ces simples caresses.

Amael profitait de toutes les caresses que Jale lui prodiguait. Lorsqu'il détacha son pantalon, ce dernier, plein d'eau, tomba au pied d'Amael. Elle le repoussa plus loin. Jale lui frottait le dos, l'embrassant et la caressant. Elle n'était maintenant qu'en petite culotte. Elle les regarda. Des garçonnières noires... *tout ce qu'il y a de plus sexy quoi * pensa Mael avec sarcasme. Elle se tourna finalement vers Jale.

- Merci, je crois qu'il est propre maintenant!

Elle mit ses mains sur son torse et appuya pour qu'il recule vers le mur. Elle l'accota contre et l'embrassa, tentant de le maintenir là. Peine perdue s’il décidait de se dégager, il était plus fort que la jeune femme. Elle fit glisser ses mains vers les épaules et la nuque pour le forcer à se baisser pour l'embrasser, puis elle descendit les mains sur son torse, avant de les faire descendre toujours plus bas, de chaque côté des hanches (tsé, le côté des fesses) de Jale. Elle griffa légèrement les hanches et remonta ses mains vers le dos, évitant la zone où Jale aurait probablement voulu qu'elle aille. Elle appuya ses mains contre la vitre, entourant Jale.

- Tu es propre? demanda-t-elle, l'eau lui coulant le long du visage. Ou je dois te laver?

Elle enfouit son visage dans le cou de l'homme, mordillant la rencontre entre l'épaule et le cou. Son corps était couvert de chair de poule, mais elle avait du fun et n'osait dire qu'elle était gelée. Elle tenta de retourner sous le jet, traînant Jale avec elle sous l'eau. Elle laissa ses mains redescendre sur les fesses de l'homme.

- Ma belle Mael...j'aimerais bien que tu me laves... Lui dit-il avec un air fendant et baveux. Il lui tendit la houppette emplie de mousse de gel douche avec un sourire digne d'un petit garçon qui entre dans une chocolaterie! Il laissa Mael le caresser avec la houppette, ne faisant rien pour lui cacher le désir montant qu'il avait d'elle. Il frissonna de tout son corps quand elle le griffa.

- Mael dit donc... J'avais raison dans la salle d'entraînement...tu dois être une vrai teigne au lit. Encore une fois son air baveux pris le dessus. Il lui tint la taille se laissa complètement subjuguer par les mains de la noiraude. Mais au bout d'un certain temps il n'y tint plus…il en voulait plus! Sans lui demander son reste il se rinça et lui enleva la houppette des mains. Avec un sourire des plus craquant, il se pencha vers elle, l'embrassa doucement pour camoufler le coup pendable qu'il voulait lui jouer. Soudainement, il la prit par la taille la souleva dans les airs et la ficha sur son épaule. Ensuite il stoppa l'eau, ne faisant pas attention aux protestations de la belle jeune femme et sortit avec elle comme si elle était une poche de patates. Il l'amena jusque dans sa chambre, la jeta sur le lit avant de se jeter sur elle fougueusement.

Mael le frotta avec la houppette puis, lorsqu'il l'embrassa, elle se laissa faire. Elle n'avait pas prévu qu'il la soulèverait pour la transporter comme une poche de patates! Elle se mit à gigoter et à taper les fesses de l'homme, qu'il baladait sans honte dans l'appartement. Elle dégouttait, ses cheveux se collaient à son front et elle ne pouvait s'empêcher de rigoler, au travers ses protestations.

- Lâche-moi Roméo! Je peux marcher seule! Tu vas m'échapper!!!!

Ils entrèrent dans la chambre.

- Tu vas m'assommer sur le cadre de porte!!! Attention à ma tête!

Mael rigola en tombant sur le lit et reçut Jale entre ses bras. Elle l'embrassa, le faisant prisonnier entre ses bras et ses cuisses.

- Mon linge détrempe! Si tu ne le mets pas dans la sécheuse, je ne pourrai pas partir demain matin.

Elle l'embrassa à nouveau, profitant du corps nu au-dessus d'elle. Elle glissa une main sur une fesse, le gardant possessivement contre elle. Elle mordilla la rencontre du cou et de l'épaule, déposant ensuite un baiser et remonta la mâchoire jusqu'à l'oreille, et s'empara du lobe. Elle laissa son pied glisser le long de la cuisse de l'homme.

- Je ne suis pas une teigne, murmura-t-elle entre deux soupirs.

Pendant qu'il la transportait, Mael lui donna des claques sur les fesses...il rit de bon cœur mais les contracta un peu. Des claques sur les fesses mouillées ça sonne un peu.

- T’en fais pas Mael chérie...Je ferai bien attention à ta tête. Elle est si belle faudrait pas la déformer à cause d'un cadre de porte. Ils se rendirent tous les deux sur le lit, une plus expressément que l’autre. Mael reçut chaleureusement Jale entre ses bras. L'homme eut un sourire gourmand. Il rigola bien à sa demande de linge sec pour le lendemain.

- Nannnnnnnn...Trop occupé présentement, veuillez laisser un message après la tonalité nous vous rappellerons dans les plus brefs délais... Sérieux Mael...rien à foutre des vêtements secs pour l'instant puis au pire, je te garderai plus longtemps auprès de moi. Ou encore je te prêterai un t-shirt, des shorts avec une ceinture...Alors maintenant ne t’en fais plus...Pense à moi simplement... Lui dit-il avec un regard sombre de désir. Il poursuivit ses caresses, ses baisers...Jale se surpassa cette fois-là...Voulant donner quelque chose à Mael. Pour qu'elle se souvienne de lui. Pour une raison qu'il ignorait il était irrémédiablement attiré par elle, le poussant à se surpasser. Toute la nuit ils firent l'amour... Toute la nuit Jale se préoccupa du plaisir de Mael avant le sien. Finalement, avant de s'endormir, il lui caressa le bout du nez, enfouit son visage dans le cou et dans la chevelure de la jeune agente, passa un bras possessif autour de la taille de Mael et la colla sur lui. L'entourant de sa chaleur et de sa présence. C'est ainsi qu'il s'endormit un sourire béat sur les lèvres.

Après avoir fait l'amour toute la nuit, Mael fut contente de se réfugier dans les bras de Jale. Elle se cala contre lui et sombra dans le sommeil.

Lorsqu'elle se réveilla, elle n'ouvrit qu'un seul œil, se demandant où elle était. Elle tourna légèrement la tête, puis remarqua que Jale la tenait toujours contre lui. Elle n'osait bouger, ne voulant pas le réveiller. Elle se tourna face à lui, restant dans ses bras et déposa un baiser sur les lèvres de l'endormi. C'était toujours pareil, le lendemain matin d'une aventure, elle se demandait si elle devait partir ou rester. Jale avait été très clair la veille, il n'était pas du style à s'attacher et il était un célibataire endurci. Elle en était encore à se demander si elle devait partir ou pas quand il ouvrit les yeux. Elle lui sourit.

- Je...je ne peux pas partir... j'ai compris ce que tu m'as dit hier et que ce n'était que pour la nuit mais, mon linge est dans le fond de ta douche, à prendre un bain.

Elle grimaça après l'avoir bombardé. Elle avait eu quelques expériences où le gars s'était retourné après lui avoir souhaité une bonne journée et s'était rendormi et elle espérait que Jale ne la laisserait pas ainsi, son linge mouillé entre les mains.

- Bon matin en passant.

Jale s'était éveillé dès que la déesse entre ses bras avait bougé, faisait semblant de dormir encore pour pouvoir profiter encore un peu de sa douce présence à ses côtés. Quand elle l'embrassa, il resserra comme un étau ses bras autour de sa taille et la monta directement sur lui. Là il ouvrit les yeux et lui sourit. Quand il se concentra dans le magnifique regard de la jeune femme il constata que celle-ci semblait peu sûre d'elle. Avait-elle peur d'un rejet après tout ce qu'elle lui avait offert cette nuit? Pour la rassurer il répondit par son sourire en coin, celui à faire damner un saint. Il l'embrassa fougueusement.

- Allo petit ange!!! Hummmmmm...j'ai agréablement bien dormi et toi? Il l'embrassa encore, laissant aller ses mains dans la descente de reins de Mael...Il avait l'air de bien aimer cette partie de son corps. Il l'embrassa également sur le bout du nez...mais s'excusa d'un sourire un peu entendu.

- Excuse-moi, je ne dois pas avoir la meilleure haleine qui se trouve sur le marché le matin. Mais bon...À quoi tu pensais pour être gênée comme ça? J'espère que tu ne pensais pas que j’allais te laisser partir comme ça?? Parce que tu te goures beauté céleste. Tu sais... Ahhhhh... Mael...Hier j'ai été un imbécile de première. Je ne sais pas ce que tu me fais mais...j'ai le diable au corps quand tu es près de moi. Pas juste ça, tu es vraiment fantastique. Dans toute ma carrière de macho j'oserais pour la première fois te demander de m'accorder d’autres nuits comme celle-là. T'inquiète je ne deviens pas sentimental ni à l'eau de rose, seulement, je t'apprécie vraiment et cela augmente à chaque instant que je passe en ta présence. Bref je comprendrais si tu ne le désires pas... Je ne veux pas que tu penses que je me parjure. Mais bon... Après cet intermède très sérieux et sincère de la part de Jale il retrouva son air baveux de petit garçon.

- Je ne te laisserai pas quitter comme ça, je vais faire sécher ton linge, te prêter une de mes chemises parce que tu seras particulièrement sexy avec cela sur le dos sans rien en dessous. Il prit à pleines mains les fesses rondes de la noiraude. Et pendant que ton linge va sécher... Je vais te faire à déjeuner...ensuite je prévois encore abuser de toi. Et seulement ensuite de cela, je vais daigner te laisser franchir le seuil de ma demeure. Est-ce que ça te convient comme plan Mael? Il la regardait fixement espérant qu'elle voudrait bien de lui encore quelques heures...il se promettait de la laisser partir ensuite même s'il désirait la garder précieusement entre ses bras.

Mael était étendue sur Jale, le regardant dans les yeux. Elle sourit en coin.

- Ouais, une chemise devrait faire l'affaire.

Elle l'écouta ensuite parler et étira son bras pour caresser le beau visage du jeune homme. Elle suivit la courbe du visage avec ses doigts puis passa sur les lèvres avant de les embrasser.

- Bien sûr que je reviendrai te voir. Je comprends très bien ce que tu veux dire. J'essaierai de m'arranger pour te donner d'autres nuits, sans pour cela t'attacher. On l'a dit hier, amis avec avantages. Et j'apprécie aussi le temps passé en ta compagnie.

Bien sûr qu'elle l'appréciait, la tête lui tournait en sa compagnie. Elle savait très bien qu'elle ne pourrait lui résister et qu'à chaque fois qu'il le voudrait, elle lui tomberait dans les bras. Mais ça, pas question qu'il le sache à moins de pouvoir lire les pensées de la jeune femme. Elle croisa ses bras sur le torse de Jale, déposant son menton dessus et le regarda. Elle enfouit son visage dans ses bras et déposa un baiser sur le torse de l'homme. Puis elle releva la tête en souriant.

- J'aime bien ton plan de la journée. Mais j'ai seulement une seule chose à changer dedans. Tu me prêtes une chemise pour que je balade mes fesses dans ton appart, tu fais sécher mes vêtements et pendant ce temps-là on déjeune parce que je suis affamée et que j'ai besoin de refaire mes forces après la nuit que tu m'as fait passer, tu abuses de moi et moi de toi, tu t'attendais toujours ben pas à ce que je me laisse faire!, ensuite on prend une douche parce que j'ai une journée devant moi, et à la fin de tout ça, je pars. Avant d'avoir fait tout ça, tu ne me verras pas quitter cet endroit.

Elle se releva, faisant bien attention de ne rien abîmer avec ses genoux et sortit du lit. Elle s'étira et attendit que Jale lui donne une chemise, qu'elle enfila. Elle était trop grande pour elle et lui laissait une épaule déshabillée. Elle lui descendait en bas des fesses et Mael devait sans cesse remonter les manches pour voir ses mains. Elle passa ses doigts dans ses cheveux et attendit que Jale se lève.

- Allez marmotte, j'ai faim!

Jale se leva à contrecœur du lit, il aurait aimé rester avec elle toute la journée cachés et à plaisanter de tout et de rien. Techniquement ce n'était pas le genre de Jale mais il devait bien avouer qu'avec cette femme dans les parages il n'agissait pas du tout normalement. Il lui avait même demandé d'autres nuits. Il ouvrit sa garde-robe pour en sortir une chemise et la tendit à la jeune femme qui l'enfila. Un immense sourire carnassier et un regard obscurci par le désir s’affichèrent sur le visage habituellement moqueur de l'adonis. Il s’approcha doucement de Mael, il prit la taille et l'attira à lui en la regardant dans les yeux. Jale se pencha ensuite sur son cou pour y déposer une myriade de baisers papillons brûlants de passion. Il lui mordilla le lobe de l'oreille pour lui murmurer ensuite.

- As-tu vraiment une journée chargée? Sa voix était rauque et caressante.

- Si ce n'était que de moi je ferais l'égoïste et je te cloîtrais ici... Mais je crois que nous devrions passer au déjeuner avant que tu ne me tombes littéralement dans les bras. Et moi aussi j'ai faim je mangerais un bœuf en entier. Merci Mael pour cette si belle nuit. En lui disant cela, il enfouit sa tête dans le creux de l'épaule de sa belle, question qu'elle ne puisse voir l'expression de son visage. Il se recomposa une mine baveuse et se dirigea vers la salle de bain. Il y prit les vêtements de la jeune femme et revint la voir avec un regard interrogateur.

- O.K, tu dois m'expliquer, y a-t-il quelque chose qui doit se laver genre au cycle délicat ou ben je sais pas moi pas de séchage? Bordel que vous êtes compliquées avec votre linge parfois...Il avait un air dépassé en train d'essayer de se remémorer toutes les choses à ne pas faire avec la lessive mais c'était peine perdue. Son visage exprimait un ''Help me'' assez clair. D'ailleurs il la prit par la main et l'entraîna dans le corridor, là il ouvrit la porte double qui laissa place à un ensemble laveuse sécheuse, du savon en poudre, de l'assouplisseur ainsi que des feuilles de Bounce. Il se grattait la tête un peu désolé.

- Encore une fois si ce n'était que de moi, je bousillerais tes vêtements et je ne te prêterais rien d'autre que ma chemise...OUAISSSS...BON PLAN. Il se tapa le front comme si c'était une évidence mais partit à rire, signifiant ainsi qu'il plaisantait mais simplement sur la partie bousillage de vêtements. Alors il laissa Mael faire ce qu'elle avait à faire avec les appareils électroménagers. Et lui passa à la cuisine. Encore une fois sa voix résonna un peu désolée, un peu abattue devant le petit étendue de ses connaissances dans le domaine ménager et culinaire.

- Excuse-moi ma belle, lui dit-il de la cuisine. Mais c'est que moi je fous tout mon linge ensemble dans la laveuse et je le fous de même ensuite dans la sécheuse, fuck le triage pis le cycle délicat...mais ma mère m’a déjà pété de ses coches parce que je lui avais abîmé des chandails. J'aurais pas voulu que tu me pètes une coche style ma mère. Elle était vraiment effrayante quand elle s'y mettait. Mais bon...Ce matin au menu pour vous déesse céleste, omelette avec fromage suisse, saucisse, oignon ainsi que des petites patates...ça te chante? Il commença à s'activer dans la cuisine sortant poêles, etc.

- En tout cas j'espère que ça fera ton bonheur parce que c'est à peu près tout ce que je sais faire comme bouffe, je suis également nul là-dedans...ce n’est pas surprenant que toutes mes conquêtes m'aient quitté...dit le jeune homme avec un sourire moqueur dans la voix.

Mael était devant la laveuse et réfléchissait. Dans le fond, ses vêtements n'avaient besoin que d'un séchage et même si ils étaient encore humides elle pouvait très bien faire les quelques pâtés de maisons à pied. Mais, elle calcula que si elle les lavait, elle en aurait pour une demi-heure de lavage et une heure de séchage. Tout son linge allait ensemble au cycle régulier mais si elle séparait les sous-vêtements de ses vêtements et les mettait au cycle délicat, elle gagnait une autre demi-heure, plus une heure et demie pour attendre de les faire sécher au cycle délicat. Ce qui lui laissait donc trois heures de lavage. Et ça c'était si elle se dépêchait de mettre les vêtements dans l'autre appareil sitôt le cycle fini... Elle pouvait oublier... Elle sourit en coin, se trouvant drôle de chercher des prétextes pour rester en compagnie de l'Adonis. Elle starta le tout et rejoint Jale à la cuisine. Elle le regarda un instant, cuisinant dans ses boxers. Elle passa d'un pied à l'autre, mordant sa lèvre inférieure. Elle s'avança vers lui, l'entourant de ses bras et s'appuyant sur son dos pendant qu'il cuisinait.

- Ça sera parfait. Je comprends qu'un dur comme toi ne sache pas cuisiner. Elle sourit dans son dos. Tout célibataire qui se respecte ne sait faire que le strict minimum... même moi, je suis la reine du spaghetti, c'est pas mal tout!

Elle déposa un baiser au creux du dos de l'homme, caressa les pectoraux de Jale. Elle s'appuya sur les fesses de l’homme, le regardant cuisiner. Après un dernier baiser sur une omoplate, elle se dirigea vers un tabouret au comptoir et s'y installa, face à Jale. Elle prit un morceau de fromage et croqua dedans.

- Ça te plairait qu'on écoute un film en mangeant notre omelette, collés dans ton lit? Je ressens comme un petit manque d'attention et d'affection tout d'un coup.

Elle le regarda moqueuse. Lorsqu'il eut terminé l'omelette, elle saisit l'assiette qu'il lui tendait et dandina ses fesses jusqu'au lit où elle monta et s'installa pour manger. Lorsqu'elle eut fini, elle déposa l'assiette près du lit et se lova contre Jale, entourant sa taille de ses bras et déposant sa tête sur son torse. Elle remonta une jambe sur celles de Jale et se concentra sur la télé. Elle avait très bien entendu la laveuse s'arrêter mais décida de faire de l'ignorance volontaire.

_________________


Ceux qui vivent dans la crainte, meurent victimes de leurs propres terreurs. -R.M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amael
Administratrice-Fondatrice-Agent
avatar

Nombre de messages : 284
Age : 36
Localisation : Dans mon nouvel appart! :D
Date d'inscription : 12/10/2008

Feuille de personnage
Âge:: 25 ans
Conjoint: :'( :'(
Profession: Conservatrice au musée

MessageSujet: Re: Rencontre, Dans la Chevrolet Impala 1968, L’appartement de Jale (PV. Mael et Jale)   Lun 2 Mai 2011 - 2:55

Quand la jeune femme entra dans la cuisine, Jale lui envoya un sourire fracassant... Effectivement il s'activait près du poêle en boxer moulant noir. Ses muscles roulaient sous sa peau basanée, une légère barbe assombrissait son menton le rendant encore plus sex qu'il ne pouvait l'être.

- Alors ça prit du temps... J'avais raison, mieux valait que ce soit toi qui s’occupes de ton linge je l'aurais scrappé et j'aurais été obligé de te garder avec moi. Quoique est-il trop tard pour que j'aille y verser de l'eau de javel? Demanda t-il avec un sourire en coin un peu sadique.

La jeune femme l'entoura ensuite de ses bras et lui embrassa le dos. Jale ne pu retenir les frissons qu'elle lui procurait ainsi. Il ferma les yeux et pencha sa tête vers l'arrière... laissant sortir un gémissement.

- Hum, Mael tu es une petite succube...J'aime bien ton idée de film et de bouffe au lit, je pourrais te garder encore plus longtemps contre moi. Je vais appliquer une bonne couche de colle contact sur mon torse tu pourras plus jamais t'enfuir. Il continua sa préparation d'omelette...Souriant béatement.

- Je ne peux pas croire que j'ai une fille superbe et fantastique qui est avec moi et qui partagera mon déjeuner ce matin. Je dois rêver...Pas besoin de me pincer...dit-il avec un regard torve.

Ils allèrent ensuite dans la chambre du bel adonis. Mael pouvait apercevoir ses fesses moulées dans le boxer juste devant elle. Il s'installa dans le lit à côté de sa compagne ressemblant à un petit garçon qui écoute les comics le samedi matin.

- Tu sais Mael...dit-il la bouche presque vide. J'ai bien hâte de goûter à tes spag...les miens sont à la sauce catelli...ce n’est pas fameux faut le dire. Je déroge pas à la tradition, je suis un célibataire nul en bouffe. Il termina au plus vite son omelette pour pouvoir la prendre dans ses bras. Il n'écouta pas une seconde le film, trop concentré sur la jeune femme, lui caressant doucement le bras, le dos, les fesses.

Mael était bien installée contre Jale quand elle releva la tête.

- Mon linge doit être mis à la sécheuse.

Elle pinça les lèvres et lui fit des yeux de chiens battus. Elle battit des paupières pour accentuer l'effet.

- Et mes sous-vêtements sont toujours en attente sur la laveuse. Ça te dérange si j'y vais tantôt?

Elle fit glisser ses doigts sur le torse de l'homme, suivant des chemins invisibles. Le film continuait de jouer mais elle trouvait son nouveau jouet plus intéressant. Elle leva sur Jale des yeux emplis d'envie. Elle se décolla de lui et passa sa jambe par-dessus son copain. Elle plaqua ses lèvres contre les siennes et l'embrassa. Elle mordit la lèvre de l'homme avant de décider de lui enlever ses boxers. Elle ne le laissa faire aucun mouvement sauf l'embrasser.

- Tu veux?

Elle l'embrassa à nouveau avant de refaire l'amour à nouveau avec l'homme. Ce coup-là, elle essaya de le contenir malgré sa force et de dominer. Ce n'était pas évident, avec un homme tel que Jale qui était habitué à être un macho. Elle s'étendit près de lui après leurs ébats. Elle leva son visage moqueur vers l'homme.

- Alors beauté, c'est quoi la suite? Déjà, faudrait faire sécher mon linge et mettre mes sous-vêtements à laver... Y'a pas quelque chose de plus intéressant à faire?

Elle mordit l'épaule et l'embrassa par la suite.

Quand la jeune femme lui parla de la sécheuse qu'il avait très bien entendue lui aussi il bougonna, resserrant son étreinte. Il ne voulait pas la laisser partir bon!

- Oh non beauté, tu te décolles pas aussi vite. J'ai changé les plans et tu ne me quittes pas aujourd'hui. Il lui fit un sourire en coin, se voulant charmeur.

Il ferma les paupières quand la jeune femme se mit à l'embrasser et sa respiration s'accéléra quand elle s'assied à califourchon sur lui. Sans qu'il ne puisse s'y opposer ses mains trouvèrent la taille fine de la jeune femme et la frotta doucement contre son désir grandissant. Il se mordit la lèvre inférieure...s'il ne se retenait pas il la prendrait violement tant elle l'excitait. Mais il voyait bien que Mael voulait dominer cette fois alors il lui fit ce plaisir, même si à plusieurs reprises il faillit perdre les pédales et accélérer le tout comme il l'entendait. Il réussit à se tenir jusqu'à la fin. Il prit par la suite possessivement la noiraude dans ses bras, la gardant collée contre lui comme s'il avait peur qu'elle s'en aille, continuant à la parsemer de baisers tout doux. Dans ses yeux pers brillait une flamme...destinée seulement à son amante. Elle lui parla ensuite de la suite.

- Ah ! Mael...sérieux fuck la suite...je veux profiter de toi...tu me rends dingue. Je ne te fais pas cet effet? Demanda-t-il un sourire narquois sur les lèvres. Elle lui mordit l'épaule et son sang ne fit qu'un tour. Cette fois c'est lui qui sauta littéralement sur la jeune femme, la faisant sienne encore, doucement avec toute la tendresse dont il était capable.

Pendant que Jale lui sautait dessus à nouveau, Mael lui parla, le regardant dans les yeux.

- Je ne sais pas ce que tu me fais! Je ne sais pas comment appeler ça! Je crois que mon apprentissage du français est imparfait. Je ne sais pas comment le dire... Je vais dire comme toi!

Elle ferma les yeux et profita de Jale. Elle s'était aperçue qu'il avait eu de la difficulté à se contrôler lorsqu'elle avait décidé de tout contrôler, alors là, elle le laissait agir à sa guise. Elle ne savait comment lui dire qu'il la rendait folle. Elle s'agrippa aux fesses de Jale et enfouit son visage dans le cou de l'homme. Elle ne savait rien de lui et pourtant, elle voulait plus que tout rester dans son lit, dans ses bras. Lorsque tout fut terminé, elle resta dans les bras de l'homme, ne disant plus rien. Elle qui d'habitude était si volubile, elle voulait juste rester là. Elle se colla contre lui, collant son nez contre le torse de l'homme, se foutant de la sueur.

- Tu me garderais toute la journée? Je suis bien ici.

Elle lui fit des yeux de Bambi.

- Je peux même faire à souper! Du spag hihi! Alors, tu me gardes avec toi?

Elle était fatiguée tout d'un coup. Elle chercha une couverture de la main et la ramena sur leur corps.

- On reste ici, ordonna-t-elle.

Jale avait les yeux entrouverts. Après les émotions qu'il venait d'avoir avec sa belle noiraude, il essayait de reprendre une respiration normale. Il accota le menton sur le haut de la tête de la jeune femme et respira son odeur qui lui faisait perdre tant les moyens. Il ne put s'empêcher de lui sourire malicieusement quand elle lui fit des yeux de Bambi.

- Tu sais que si tu continues à être une tentatrice tu me tueras à l'ouvrage? Moqueur il était...Il l'appréciait tant...Se prenant même à penser qu'elle avait été faite que pour lui.

- Je t'aurais gardé ici de toute manière...quitte à aller tacher tes vêtements moi-même. Il lui caressa une fesse lentement.

- Hummmmm du spag version Mael. Oui je veux bien que tu me prépares à souper!!! Il affichait un sourire enfantin. Il ne put retenir l'air satisfait qui se forma sur son visage quand elle rabattit les couvertures sur eux. Il ne put que lui donner raison et se soumettre à ses désirs.

- À vos ordres déesse...Nous resterons ici tout le temps que vous voudrez. Je suis à votre entière disposition! C'est ainsi qu'il s'endormit...la tête appuyée dans les cheveux de sa petite noiraude.

Mael s'endormit, le nez contre Jale, son visage à lui dans les cheveux. Elle ne comprenait pas du tout ce qui lui arrivait. Oui, il y avait une attirance physique mais côté caractère, ils ne se connaissaient pas énormément. Côté sexe ils se rejoignaient mais qu'arriverait-il quand ils compareraient le côté intellectuel. Elle avait peur d'avoir peu de points en commun avec Jale. Elle s'endormit en pensant à tout cela.

Elle entendit un boum assourdissant et sentit la chaleur lui lécher le visage et elle s'assit en panique dans le lit. Le bras de Jale était toujours autour d'elle, ayant descendu sur ses cuisses lorsqu'elle s'était levée. Elle le regarda, espérant ne pas l'avoir réveillé. Elle essuya son front et sa nuque. Elle avait réellement eu chaud et les petits cheveux derrière sa tête bouclaient légèrement. Elle repoussa le bras délicatement et se leva pour aller boire un verre d'eau. Elle tenta de sortir ses mains de la chemise pour les mouiller et s'asperger le visage. Elle s'accota un instant au comptoir de la cuisine, calmant son cœur. Il y avait maintenant longtemps que l'explosion avait eu lieu, pourquoi faisait-elle encore ces cauchemars?

Elle fit craquer son cou, geste qu'elle détestait mais qui lui faisait du bien. Le sommeil s'était enfui et elle devait faire quelque chose pour chasser les pensées de l'explosion de sa tête. Elle fit couler l'eau dans l'évier et décida de laver la vaisselle que Jale avait utilisée pour faire à déjeuner. Elle n'entendait aucun mouvement venant de la chambre. Elle décida de se lever et d'aller chercher la vaisselle sale ou peut-être se recoucher avec Jale, une fois qu'elle aurait chassé les cauchemars de sa tête.

Jale ne s'aperçut pas que Mael s'était assise. Il avait un sourire de bien-être d’estamper dans la figure. Il grogna un peu car il n'avait plus la même prise sur le joli corps de sa noiraude. Il se retourna toujours endormi essayant de la coller à nouveau contre lui. C'est à ce moment que Mael décida de se lever. Il grogna encore un peu, remontant la jambe sous le drap. Il fronça les sourcils dans son sommeil mais ne se réveilla pas...du moins pas tout de suite. La jeune femme put aller dans la cuisine. Mais durant ce temps, la chaleur qu'elle avait communiquée à son corps s'estompait. Il se retourna encore, palpant la place où aurait du se trouver Mael et se releva d’un coup... Il jura tout bas.

- Merde Mael...t’as pas fait ça? Tu ne m’as pas faussé compagnie comme ça. Il se leva très vite, n'enfilant rien et partit voir si elle pouvait encore être dans son appart. Quand il déboucha dans la cuisine il la vit, le visage baissé vers l'évier à faire la vaisselle. Il eut un pincement au cœur. Il s'approcha doucement d'elle et la serra par derrière, appuyant sa tête contre son épaule. Il l'interrompit dans sa tâche, la tourna vers lui, déposa un baiser tendre sur ses lèvres, la souleva et l'appuya sur le comptoir. Finalement il plongea son regard dans celui de la magnifique jeune femme qu'il avait devant lui.

- Mael? Ça ne va pas? Pourquoi tu t'es levée comme ça? C'était toi en plus qui était fatiguée tantôt. Est-ce qu'il y a quelque chose? Dans son regard brillait de l'inquiétude. Tu sais que tu peux tout me dire chérie. Je suis là si tu as besoin... Ne t'en prive jamais, ça me vexerait. Il lui donna un léger baiser sur le bout du nez attendant qu'elle parle.

Mael sourit lorsqu'il s'appuya contre elle et déposa sa tête sur son épaule. Elle appuya la sienne tout contre. Puis, lorsqu'il la monta sur le comptoir, elle s'aperçut qu'il était vraiment inquiet.

- Ça va, promis. J'ai seulement rêvé et lorsque je me suis réveillée, le sommeil était parti. J'avais besoin d'eau et tant qu'à boire, j'ai décidé de laver la vaisselle. Tu avais l'air bien, tu avais même un sourire, alors je n'ai pas voulu te réveiller. Je te raconterai mon rêve une fois...

Elle devint moqueuse. Elle le regarda, sourire en coin.

- Avoue que tu as eu peur que j'aie foutu le camp! Pour que tu te lèves en courant, nu comme un ver, tu devais sûrement paniquer un peu.

Elle l'embrassa.

- Mes vêtements sont dans la laveuse, je suis en chemise et je t'ai dit que je te ferais du spag pour manger. Tu crois que je peux partir?

Elle passa ses bras autour de son cou, histoire de le rassurer un peu.

- Tu sais, dit-elle à voix basse, t'as pas à t'inquiéter pour moi, tout va bien. J'ai survécu à deux explosions et à un toit qui me tombe sur la tête avant, je devrais survivre à des cauchemars. Mais t'es gentil de t'inquiéter.

Elle caressa sa joue.

- Maintenant que tu es réveillé Belle au Bois-Dormant, on fait quoi?

_________________


Ceux qui vivent dans la crainte, meurent victimes de leurs propres terreurs. -R.M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amael
Administratrice-Fondatrice-Agent
avatar

Nombre de messages : 284
Age : 36
Localisation : Dans mon nouvel appart! :D
Date d'inscription : 12/10/2008

Feuille de personnage
Âge:: 25 ans
Conjoint: :'( :'(
Profession: Conservatrice au musée

MessageSujet: Re: Rencontre, Dans la Chevrolet Impala 1968, L’appartement de Jale (PV. Mael et Jale)   Lun 2 Mai 2011 - 3:16

Jale lui tenait les hanches en la regardant toujours dans les yeux. Il vit bien qu'il s'était passé quelque chose mais il respectait son silence sur ce fait. Ce n'était pas le style de garçon à vouloir obtenir des aveux coûte que coûte. Quoique quand ces aveux concernaient sa beauté de dieu grec il allait les chercher. Mais présentement tout ce qu'il fit ce fut d'afficher un minois baveux...Tu sais lequel? Le genre irrésistible!! Il lui lança un regard torve quand elle le taquina sur sa sortie précipitée du lit. Il s'approcha de son cou comme l'aurait fait un prédateur. Simplement pour lui murmurer...

- Si j'ai paniqué? Tu es bien la seule femme qui a provoqué cette réaction chez moi. Mais ne va pas te faire des idées face de ragoût...C'était simplement pour goûter ton spaghetti...puis peut-être aussi pour prolonger la chance de t'avoir à mes côtés. Il l'embrassa dans le cou, lui enserrant la taille de ses bras pour finalement la prendre comme un chevalier servant. Il avait une lueur malicieuse dans les yeux.

- C'est vrai que ton linge est encore tout sale et mouillé...Tu es vachement belle comme ça juste en chemise mais si tu permets je veux garder ce spectacle que pour mes beaux yeux. Je ne veux pas partager...Et au diable la vaisselle...on la fera plus tard chérie. Il la transporta dans sa chambre, la pitcha sur le lit...Se retourna vers sa commode et en sortit deux paires de shorts...une qu'il tira à Mael et l'autre dont il drapa sa superbe nudité. Ensuite il sortit une camisole qu'il jeta aussi à son amante.

- Enfile tout...Y'a une piscine dans le sous-sol de l'immeuble. On va aller barboter un peu, question de ne pas prendre racines ici. Parce que si tu continues comme ça, simplement le sexe et la bouffe d'ici deux mois j'ai pris 15 livres. Il l'embrassa et attendit de voir si cela lui plaisait comme idée ou non.

Mael ouvrit la bouche, feignant d'être insultée.

- Moi? Une face de ragoût? Merci! Tu te le feras tout seul ton spag. Si moi j'ai une face de ragoût, toi tu ressembles à ce qu'on a mangé hier soir!

Elle croisa les bras sur sa poitrine, levant son nez en l'air. Lorsqu'il lui embrassa le cou elle gigota et lorsqu'il la prit dans ses bras, elle décida de lui faire du mal. Elle passa ses mains dans les cheveux de l'homme, les plaquant tous du même sens pour lui donner un look de nerd. Elle rigola et lui pinça le nez. Quand ils arrivèrent à la chambre, il la jeta sur le lit et elle rit lorsqu'elle atterrit.

- Ça devient une habitude de me jeter sur le lit.

Elle prit les shorts et les enfila. Elle dut resserrer l'élastique autour de sa taille, étant beaucoup plus petite que Jale. Elle se leva et elles lui arrivaient en bas des genoux... Elle ôta la chemise et passa la camisole par-dessus sa tête. Elle flottait littéralement dans la camisole et lui fit un nœud dans le dos. Elle croisa aussi les bretelles à l'arrière pour être plus serrée. Puis elle baissa la tête et se regarda.

- Dans le genre sexy, y'a ça. J'ai l'air d'une poche de patates!

Elle était d'accord pour l'idée de la piscine et laissa Jale l'embrasser. Elle le suivit ensuite au sous-sol, où une piscine entourée de carrelage bleu pâle était. Elle tira sa serviette sur le côté et toucha l'eau de son pied. Elle semblait correcte et Mael marcha vers Jale.

- T'inquiète, tu ne prendrais pas racine dans ton lit! Je ne suis pas du genre à poireauter dans un lit des heures! Je ne sais juste pas qu'est-ce qui s'est passé aujourd'hui. On dit souvent que tout nouveau tout beau! S’il y a une deuxième fois, ce ne sera peut-être pas aussi bien.

Elle s'avança pour l'embrasser mais le poussa plutôt à l'eau. Le jeune homme tomba de dos, dans un PLOUF! assez spectaculaire. Mael sourit moqueusement.

- C'est pour la face de ragoût! Puis, elle éclata de rire.

Jale sourit moqueusement à sa noiraude. Mais quand elle lui dit qu'elle ne lui ferait pas de spag...Il changea très vite de comportement. Il alla lui embrasser le cou, la mâchoire jusqu'à prendre en otage ses lèvres. Ensuite il se recula un peu et afficha des grands yeux de Bambi. Il ne se formalisa pas du surnom de homard ambulant qu'elle venait de lui donner. Il ne voulait juste pas qu'elle lui en veuille. Par contre quand elle lui plaqua les cheveux de façon nerd il prit un air lui aussi faussement vexé.

- Non mais j'ai un look à respecter, que crois-tu que mes voisines penseront de moi si elles me voient sortir avec cette tronche? Il lui envoya un clin d'œil lui faisant signe qu'il plaisantait. Ensuite il lui prit la main et l'entraîna à la piscine. Chemin faisant, il ne la lâcha pas une seule fois, la tenant possessivement par la taille. Il se foutait bien de qui pourrait les voir ou même penser d'eux. Il était sur sa planète qui portait le nom de Mael.

- Tu sais que tu es affreusement sex habillée comme ça avec mes vêtements trop grands? Il lui murmura cela à l'oreille avant de l'accoter contre un mur et de s'emparer fougueusement de ses lèvres, remontant ses mains, la caressant. Il n'y avait personne dans le corridor. Après quelques minutes à la titiller comme cela il la traîna à nouveau vers la piscine les yeux assombris par le désir.

- Si je ne me retenais pas je t'amènerais à la conciergerie... Il lui fit un sourire en coin.

Ils finirent par se rendre jusqu'à la piscine. Comme il se penchait pour vérifier l'eau la diablesse le poussa à l'eau...Il but une tasse car il ne s'y attendait pas.

- Amael Archer! Ma face de baveux te réclame. Il lui souriait franchement amusé.

- Allez...vient ma diablesse. Il lui ouvrit les bras et attendit qu'elle vienne le rejoindre. Quand ce fut fait il referma ses bras sur elle.

- Tu sais ma belle, j'adore me retrouver au lit avec toi...tu es merveilleuse et je ne doute vraiment pas que cette nuit sera aussi bonne sinon meilleure que la nuit dernière. Et j'aimerais bien que tu prennes racine dans mon lit...ce n’était pas pour te vexer. Loin de là... Il l'embrassa doucement sur les lèvres.

- Alors? Tu vas me le faire quand même ton fameux spag????

Amael aurait bien aimé aller à la conciergerie mais elle se reprit et se fouetta mentalement. Qu'est-ce qui lui prenait tout d'un coup? Jamais elle n'avait agi comme ça ou pensé comme ça. L'inquiétude la gagnait. *Et si j'étais folle? Pourquoi je m'attache comme ça à un gars que j'ai connu hier?*

Après avoir poussé Jale dans la piscine et éclaté de rire, elle commença par s'asseoir sur le bord, trempant ses jambes. Puis, elle se laissa glisser sous l'eau. Toujours sous l'eau, elle ouvrit les yeux et vit les contours flous des jambes de Jale. Elle se poussa contre le bord et le rejoignit en deux coups de brasse. Elle remonta face à lui et se colla contre lui, souriant de l’avoir tiré à l’eau.

- Ce que je voulais dire c’est que ce n’est pas dans mes habitudes… alors peut-être qu’elles reprendront le dessus si on se voit trop souvent. Ou peut-être bien que non aussi.

Elle ne voulait pas lui dire qu’elle était complètement folle de lui et préférait jouer la carte de l’indépendance…un peu. Elle l’embrassa, flottant dans les bras de son amant. Flottant aussi dans les vêtements mais bon…faut ce qui faut!

- Je vérifierai si tu as tout ce dont j’ai besoin dans ton frigo et ton garde-manger et sinon nous devrons aller à l’épicerie. On aura juste à dire que tu es mon grand frère, comme ça, la jolie caissière de ton épicerie pourra continuer à espérer t’avoir entre ses cuisses un jour… se moqua Amael, un large sourire aux lèvres. Faudrait pas briser les illusions des jolies demoiselles qui te font de l’œil…

Elle se trouva drôle et nagea sur le dos près de lui, lui tirant de l’eau un peu avec ses pieds qu’elle laissa près du torse de Jale. Elle tourna en rond, toujours sur le dos, puis se laissa couler. Elle retourna auprès de Jale et sortit face à lui, l’embrassant. Elle entoura sa taille de ses jambes et mit ses bras autour de son cou.

- Je t’ai déjà dit que tu étais beau ou j’ai oublié? Tu travailles quand?

* Enfin elle vient me rejoindre.* Pensa le beau gosse. Il la laissa entrer dans l'eau à son rythme ne voulant pas l'échauder encore une fois. Il l'accueillit les bras ouverts un sourire baveux sur le visage. Il releva un sourcil sarcastique quand elle lui parla d'habitudes au lit.

- Mon lit t’est ouvert quand tu veux ma belle...même si tu le désires pour l'instant je peux y mettre un veto juste pour toi. Et puis lâche-moi la caissière de 16 ans, j'en ai rien à battre surtout quand je tiens une femme comme toi dans mes bras. Les seules cuisses où j'ai le goût de me retrouver entre c'est les tiennes Amael Archer... Il la regardait à nouveau avec un regard qui en disait long, presque lubrique.

- Au diable toutes celles qui me font de l'œil...pour l'instant moi je n'ai d'yeux que pour toi mon Irlandaise. Je suis certain que mon frigo ne contient presque rien de ce dont tu as besoin pour faire ta recette...Miam Miammmmmmmm....Je vais me faire cuisiner un bon repas par une telle beauté...Woww. Je ne sais pas ce que j'ai fait de si héroïque pour mériter ça. Il l'embrassa fougueusement, passant ses grandes mains souples en dessous de la camisole de la jeune femme mais n'alla pas plus loin. Il la laissa s'éloigner un peu et nager. Elle se mit à l'arroser et il ne put s'empêcher d'afficher la moue d'un petit garçon qui va faire un mauvais coup. Il entra dans l'eau et remplit sa bouche d'eau qu’il souffla sur la jeune femme. Ensuite il l'emprisonna dans ses bras et entra soudainement dans l'eau sans lui laisser le temps de prendre de l'air. Là, en dessous de l'eau, il se mit à l'embrasser passionnément tout en lui donnant un peu de son air à lui. Il remonta à la surface avec elle la laissant enrouler ses jambes autour de lui. Ne pouvant plus s'en empêcher il alla la coller sur le bord de ciment de la piscine pour se coller tout contre elle, lui faisant sentir l'envie grandissante qu'il avait pour elle. Il l'embrassa dans le cou espérant faire passer son envie un peu mais il se trompa cela ne fit que l'attiser. C'est les yeux sombres de désir qu'il la regarda.

- Je crois que tu me l'as déjà dit mais j'adore quand TOI tu me complimentes. Je suis en congé pour quelques jours. J'ai travaillé plusieurs semaines sans avoir de congés donc je les reprends. Et toi tu travailles quand?

Amael pencha la tête de côté et sourit.

- J'aime bien l'idée du veto... mais si ça prend des mois avant que je ne revienne dans ton lit, tu resteras sage à attendre?

Elle sourit moqueusement, se collant à lui. Elle le laissa la couler et l'embrasser sous l'eau, combattant contre la gravité qui la faisait remonter. Ses bras toujours autour de son cou, elle le laissa l'approcher du bord et l'appuyer contre. Elle sentait qu'il était excité mais le laissa ainsi. Elle profita des baisers, lui retournant des caresses en retour et l'embrassant aussi.

- On fera sécher mes vêtements et on ira à l'épicerie à moins que tu me prêtes des vêtements.

Elle éclata de rire à cette pensée. Elle ne voulait pas décourager Jale mais faire l'amour dans la piscine ne l'attirait pas tellement. Trop de gens pouvaient entrer et les voir. Elle se fit une image mentale d'elle dans les habits de Jale et pouffa de rire. Elle s'approcha de l'oreille de l'homme et murmura.

- Tu es beau et trop sexy pour ton propre bien.

Elle mordilla le lobe d'oreille de Jale et descendit sa bouche dans le cou de l'homme, mordillant son endroit préféré, la rencontre du cou et des épaules.

- Je suis en congé jusqu'à demain matin. J'avais prévu faire le ménage de mon appartement, faire du lavage, et reprendre ma lecture où je l'avais abandonné...avec mes lunettes. Donc, ça signifie que demain, bon gré, mal gré, tu devras me laisser partir. Jusque là, je suis ta prisonnière.

Elle lui sourit à nouveau. Elle appuya ses mains sur le rebord de la piscine et se hissa sur le bord pour s'asseoir. Ses doigts étaient tout fripés et elle commençait à avoir le frisson. Malgré les chaleurs que lui procurait Jale, ses membres étaient recouverts de chair de poule.

- Je crois que j'ai froid.

Il était toujours accoté contre elle, la caressant, se contrôlant de moins en moins. Elle avait le don, même sans rien faire de particulier, de lui donner envie.

- Dans tes bras je me sens à nouveau un adolescent Mael. Je veux dire habituellement je suis capable de me contrôler mais là je sais pas pourquoi...dès que tu m'effleures j'ai plein de pensées lubriques qui me viennent en tête. Il continua de l'embrasser mais s'esclaffa quand elle lui parla des vêtements.

- Tu es vraiment sexy avec mes fringues mais je veux garder cette vision que pour moi. Je suis possessif quand j'ai une perle rare entre les mains. Il lui fit un sourire ravageur.

Il frissonna lui aussi mais de désir quand elle alla lui mordiller le point sensible qu'elle lui avait découvert.

- Petite succube...tu as déjà découvert de mes points sensibles. Il la perdit car elle se hissa sur le rebord de la piscine avec la chair de poule. Il grogna de déception...Il sortit lui aussi de l'eau et se dirigea d'une démarche assurée vers la porte qu'il barra. Plus personne ne pourrait entrer dans la pièce. Il se retourna et se dirigea vers Mael le regard coquin, un sourire en coin aux lèvres. Toute sa personne montrait bien ce qu'il avait en tête... Lentement il s'agenouilla tout près de Mael et se mit à l'embrasser, très vite les choses dégénérèrent et il lui fit l'amour sur le rebord de la piscine. Après le moment de passion il se rhabilla avec un sourire satisfait aux lèvres.

- Je crois que je vais être capable de tenir jusqu'à l'épicerie...mais rendu là-bas je vais peut-être te coincer dans un rayon...lui dit-il avec des yeux craquants.

Elle pensa pour elle qu'il résumait assez bien ses pensées. Elle aussi se sentait comme une adolescente pleine d'hormones, et incapable de les contrôler. Elle le laissa l'embrasser et lui dire qu'elle était une perle rare. Lorsqu'il se leva et alla fermer la porte, Mael savait à quoi s'attendre. Elle mordit sa lèvre inférieure, d'attente. Encore une fois, ils firent l'amour et Mael fut encore comblée. Quelle sorte d'homme venait-elle de dénicher? À ce rythme elle l'aurait fait plus souvent en 24 heures que dans toute sa vie. Et elle tomberait enceinte dans le temps de le dire...elle espérait presque que Jale soit infertile.

Lorsqu'il parla de l'épicerie, Amael sourit.

- Nous irons dans le comptoir des surgelés. Entre les lasagnes congelées et les petits pois gelés.

Elle regarda les shorts et la camisole plus loin par terre et sourit à Jale. Elle se laissa glisser dans l'eau et lui fit signe de la suivre. Elle nagea seulement vêtue de son habit de naissance et attendit que Jale la rejoigne.

- On sort ou on profite encore un peu de la piscine?

_________________


Ceux qui vivent dans la crainte, meurent victimes de leurs propres terreurs. -R.M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amael
Administratrice-Fondatrice-Agent
avatar

Nombre de messages : 284
Age : 36
Localisation : Dans mon nouvel appart! :D
Date d'inscription : 12/10/2008

Feuille de personnage
Âge:: 25 ans
Conjoint: :'( :'(
Profession: Conservatrice au musée

MessageSujet: Re: Rencontre, Dans la Chevrolet Impala 1968, L’appartement de Jale (PV. Mael et Jale)   Lun 2 Mai 2011 - 3:17

Il lui fit l'amour avec tout l'art qu'il possédait...c'est-à-dire que ça a du être rudement bon. Pas une fois il ne la quitta du regard essayant de lui faire comprendre qu'elle avait réussit à se créer une place importante dans sa vie. Mais Jale n'était pas le style d'homme à le crier sur tous les toits...et de toute façon c'était trop tôt encore pour qu'il puisse identifier la nature de ses sentiments exacts vis-à-vis la beauté céleste qu'il tenait entre ses bras. Il se redressa soucieux de ne pas l'incommoder avec son poids. Il lui passa tendrement une main sur la joue.

- Ça va beauté? Je ne t'ai pas fait trop mal? Mael regardait ses vêtements et se glissa dans l'eau en l'invitant. Jale ne put s'empêcher de réafficher un sourire gourmand. Il sauta à l'eau et la leva dans ses puissants bras. Il enfouit sa tête au creux de l'épaule de la belle jeune femme.

- Je ne me suis pas senti aussi bien depuis tant de temps. Tu me donnes constamment faim mais bon... Elle lui parla de petit pois congelés et de lasagnes surgelées. Le bel adonis se crispa un peu juste à penser au froid de ces aliments.

- Non mais tu veux me la faire toute ratatiner? Tu sais que le froid ce n’est pas un bon aphrodisiaque. Il la regardait avec un regard torve.

- Tu veux vraiment me torturer jusqu'au bout toi. Dans le rayon des surgelés... Il se mit à rire franchement. Il l'embrassa une dernière fois et la relâcha dans un endroit où elle pourrait prendre pied et se mit à faire des longueurs question de se délier les muscles. Mael pouvait apercevoir toute la musculature du corps de son amant. Après une quinzaine de minutes, il retourna la voir frais et dispo. Il sortit de la piscine et lui claqua doucement une fesse après avoir enfilé son maillot.

- J'ai une faim de tigre moi...C'est toi qui me donne aussi faim. Dis? Tu sais faire des croûtons à l'ail? J'adore ça avec du spag...dit il en se léchant les lèvres. Quand il parlait comme cela il revêtait une bouille toute innocente et enfantine. Un sourire moqueur fiché au milieu du tout.

- Allez...tu viens ma déesse? On va aller à l'épicerie. Et on pourrait peut-être aller se louer des films???

Il ne lui avait pas fait mal, loin de là. Elle était bien, oubliant tous les problèmes extérieurs. Lorsqu'il la rejoignit dans l'eau, elle se laissa soulever et déposa une myriade de baisers sur les lèvres de Jale.

- D'accord, pas les surgelés. Je ne voudrais pas que le créateur disparaisse à tout jamais.

Lorsqu'il commença à faire des longueurs Mael leva les yeux au ciel. Elle aussi était une bonne nageuse mais n'avait pas envie de s'épuiser à nager. Elle se laissa donc flotter jusqu'à ce que sa tête touche le bord et sortit de l'eau. Elle remit les shorts et la camisole et attendit que Roméo ait fini de nager. Lorsqu'il sortit et lui frappa la fesse, elle le regarda de travers, plissant les yeux.

- Ça fait macho pas mal ça...et malgré ce que tu veux me faire croire, tu n'es pas un macho!

Elle l'embrassa avant de lui répondre.

- Oui je sais faire les pains à l'ail. Faudra seulement acheter du beurre à l'ail et des pains.

Ils sortirent de la piscine et remontèrent à l'appartement. Ils croisèrent une jeune femme qui descendait. Mael lui fit un sourire auquel la jeune femme ne répondit pas. L'agente haussa les épaules et continua de monter. Une fois dans l'appartement, Mael soupira.

- L'affaire c'est que mes vêtements ne sont toujours pas secs. Ça prendra...près d'une heure les faire sécher. On ira à l'épicerie dans une heure chéri.

La jeune femme décida d'arrêter de faire tout un plat pour ses vêtements et les mit tous ensemble dans la sécheuse et partit le cycle. Au bout d'une heure, elle enfila ses jeans et son t-shirt. Puis, elle alla récupérer sa veste de cuir sur la toilette. Elle attendit Jale qui devait coiffer ses cheveux et ils partirent pour l'épicerie.

- Alors, quels films te plairaient? demanda-t-elle. Si tu me dis un film cucu, tu finiras la soirée tout seul! Ou, TU écouteras le film pendant que moi je ferai autre chose. Alors?

Il se laissa embrasser avec joie, il y participa aussi de bon cœur. Il la relâcha pour ses longueurs à contrecœur, elle avait véritablement le don de lui mettre des idées dans la tête. Et des idées pas très catholiques. Mais avant il répliqua à sa phrase de créateur.

- Avoue que tu serais la plus malheureuse si je devais perdre ce créateur? Finalement il fit ses longueurs et Mael, elle, sortit de la piscine remettre ses vêtements tout mouillés. Jale regagna le bord et se hissa hors de l'eau et s'avança vers sa noiraude avec un regard dévorant.

- C'est que tu es vraiment sexy habillée de linges mouillés. Mais je dois me contenir un peu, je vais t'épuiser à la tâche... Il lui servit son magnifique sourire en coin. Il rit à la remarque qu'elle lui fit concernant sa claque sur une fesse.

- Que veux-tu ma beauté, avec toi c'est plus fort que moi. Sérieusement je pourrais me comporter comme le plus idiot des adolescents en phase prépubert à tes côtés...faut pas trop m'en vouloir. Et pitié ne révèle à personne que j'ai un côté tendre...Sinon ma réputation et mon image sont fichus. Il lui dit cela dans le creux de l'oreille en se rendant jusqu'à son appart. En chemin ils croisèrent une fille mais Jale était si obnubilé par sa noiraude qu'il n'y porta même pas attention...Un exploit en soi. Il avait vraiment Mael dans la peau il faut croire.

La jeune femme lui dit ensuite qu'ils avaient une heure avant de pouvoir aller à l'épicerie. Jale lui fit des yeux de chien saucisse.

- Je sais à quoi on pourrait passer notre temps ma belle...lui dit-il en l'embrassant dans le cou. Mais il se ressaisit et se fit violence. À ce rythme elle le prendrait pour un obsédé...Et ce n’était pas ce qu'il voulait. Il la laissa faire sécher son linge et pendant ce temps il prit une douche, s'habilla et se coiffa mais ce ne fut pas si long que cela bon. Ils partirent finalement vers l'épicerie et vers le club vidéo.

-Je sais pas beauté, mais moi tant que c'est pas un film quétaine...un films d'action ou d'horreur pour que tu viennes te blottir dans mes bras me conviendrais et toi? Lui demanda-t-il avec une moue craquante à souhait.

Lorsque Jale lui dit qu'il savait ce qu'il pourrait faire durant l'heure où ils attendaient, Mael leva les yeux sur lui.

- On vient de faire l'amour Jale! Il n’y a même pas 30 minutes de cela!!! Gardes-en un peu pour le dessert! Je ne me savais pas si attirante, lança-t-elle, prenant une pose de mannequin. On va faire l'épicerie et ensuite, on soupe, on écoute le film et on refait l'amour aussi souvent que tu le veux mais là, tu vas devoir refroidir tes ardeurs! Va prendre une douche froide!!

Elle le poussa vers la porte de la chambre de bain et l'embrassa avant qu'il ne s'enferme dedans. Puis, elle alla s'étendre sur le sofa. Elle ouvrit la télé, chose qu'elle ne faisait jamais à la maison et pitonna le temps que ses vêtements sèchent et que Jale sorte de la douche. Lorsque la sécheuse bipa, elle alla enfiler ses vêtements et ils sortirent à l'extérieur.

Dehors, il ventait mais l'épicerie étant près de chez Jale, ils y allèrent à pied. Les cheveux de Mael, bien que courts, lui retombaient devant les yeux et elle secouait la tête pour les chasser. Elle se rapprocha de l'homme, passant son bras autour de sa taille. Ils marchèrent jusqu'à l'épicerie et Mael secoua la tête une fois à l'intérieur. Elle prit un petit panier et le tendit à Jale. Puis elle partit.

- On a besoin de piments, d'oignons, du steak, champignons, crème de tomates...

Elle le tirait dans les allées, lui demandant ce qu'il avait et ce qu'il n'avait pas. De temps en temps, elle se soulevait sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur les lèvres de Jale. Elle sautillait dans les allées, tirant plein de choses dans le panier.

*De, sort de ce corps!*

Puis ils passèrent à la caisse.

- Je paye! Tu as payé le souper hier, c'est à mon tour!

Lorsqu'ils ressortirent, Jale la traîna en direction du club vidéo.

- Que dirais-tu d'un film d'horreur, avec plein de sang, des têtes qui tombent et des créatures affreuses? Je hais les créatures affreuses! Tu sais, le genre du film Le Cercle! Ce sera un film pour toi et moi, je me cacherai dans les couvertures, me collant sur toi... C'est bien ce que tu veux?

Elle fit glisser sa main sur les fesses de Jale lui faisant un clin d'œil plein de promesses pour la soirée.

Bien évidemment Jale porta le panier. Il marcha derrière elle portant le tout. Arrivé à la caisse il ne la laissa pas payer, c'était contre ses valeurs bon, un point c'est tout!!! Il paya donc, lui lançant un regard torve. Il prit les sacs réutilisables (écolo en plus) et marchèrent ainsi jusqu’au club vidéo. Rendus là ils se prirent comme prévu trois bons films d'horreur de sorte que Mael ait tellement peur qu'elle resterait stickée, comme une mouche sur un papier tue-mouche, dans ses bras. Ils retournèrent chez lui. Rendus sur place il laissa la noiraude s'activer à la confection de son fameux spag. Il l'aurait plus dérangée qu'autre chose et cela même s'il avait voulu l'aider. Alors il s'en abstint, mais plaça table et couverts. Ils mangèrent et Jale se délecta. Il la taquina sur le fait que s'ils continuaient comme cela il prendrait du poids. Il espérait qu'elle ne le gâterait pas trop. Mais bon... Par la suite ils écoutèrent les films. Bien entendu Mael de réfugia dans ses bras pour son plus grand bonheur. Suite au divertissement cinématographique, Jale lui refit l'amour et ils s’endormirent dans les bras l'un de l'autre. Lui l'entourant possessivement... Le lendemain matin il se leva avec elle et l'embrassa une dernière fois. Tous les deux avaient à faire cette journée-là. C'est avec regret qu'il la vit quitter son appartement...non sans lui avoir répété qu'elle pouvait revenir quand elle le voulait.

_________________


Ceux qui vivent dans la crainte, meurent victimes de leurs propres terreurs. -R.M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre, Dans la Chevrolet Impala 1968, L’appartement de Jale (PV. Mael et Jale)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre, Dans la Chevrolet Impala 1968, L’appartement de Jale (PV. Mael et Jale)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Question ouverte: Dans quelle ville se situe l'appartement de Daniel Jackson?
» Mieux qu'une fontaine d'appartement (19.12.10 à 15h32)
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A.N.G.E :: Topics Amael et Jale-
Sauter vers: