Forum RPG basé sur la série des livres de Anne Robillard
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Alouettes et raclée au fouf (Pv Mael et De)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amael
Administratrice-Fondatrice-Agent
avatar

Nombre de messages : 284
Age : 36
Localisation : Dans mon nouvel appart! :D
Date d'inscription : 12/10/2008

Feuille de personnage
Âge:: 25 ans
Conjoint: :'( :'(
Profession: Conservatrice au musée

MessageSujet: Les Alouettes et raclée au fouf (Pv Mael et De)   Sam 23 Avr 2011 - 23:04

Les Alouettes

Amael attendait De au point de rencontre qu'elle s'était fixé pour le match. La jeune femme avait décidé d'apporter son amie au football et s'était procuré des billets des Alouettes. Elle était comme toujours vêtue de sa veste de cuir, et avait relevé le capuchon de son chandail sur sa tête. Elle avait ses écouteurs sur les oreilles et écoutait sa musique, scrutant les environs à la vue d'une tête rousse. Elle avait encore aux pieds ses vieux Doc Marten et De allait sûrement en faire une maladie, ces derniers étant usés à la corde, merci aux explosions et aux autres accidents de parcours.
Les Alouettes jouaient contre les Roughriders de la Saskatchewan et Amael avait pensé que ce pourrait être intéressant d'assister à une partie. Ce qu'il y avait de plaisant aussi c'était que elle pourrait s'empiffrer de hot dog, nachos et bières, sans avoir peur de passer pour une gourmande devant les autres.
Elle regardait les gens passer et s'engouffrer dans le bâtiment olympique, se demandant ce que foutait sa copine.

- Elle sait pas c'est où ou quoi? Marmonna-t-elle.

Le farfadet avait trouvé l'endroit assez facilement...à vrai dire elle s'était pas cassé la tête et avais prit un taxi ! Vive la facilité...Par contre, arrivée sur place, elle piqua un fard.

* Y'a donc ben du monde !!!!! Mais je fais comment moi pour trouver une tête noire parmi toutes ces têtes noires? Je vais lui demander de se teindre en blonde....et c'est pas tout le cadeau que je lui fais, il est lourd...j'espère qu'elle les aimera ...* La rouquine sautillait avec son sac à dos, bousculant quelques fois des gens dans la foule sans le faire exprès. Cela faisait environ 1 heure quelle cherchait. La petite chose rousse se décida à tenter une autre action...elle se faufila au travers des gens pour se rendre à kiosque d'information. Là, elle fit son sourire le plus charmeur au gars derrière le comptoir.

- Allo, j'ai perdu ma soeur dans la foule....et je ne sais vraiment pas comment la retrouver...ça serait possible de l'appeler? Elle papillonna des yeux pour le convaincre...et il fut convaincu! Il prit son micro regarda De avec un sourire séducteur évident et appela dans son micro.

- Mademoiselle Amael Archer est attendu au kiosque d'information, Amael Archer. Merci, votre soeur vous attend.

- Elle n’a pas osé! Grogna Amael. Elle n’a pas réellement osé m'appeler au micro?

Mael marcha vers le kiosque d'information où elle trouva la tête rousse qu'elle attendait depuis si longtemps. Elle se pointa devant son amie, croisant les bras.

- Le stand à souvenirs était si dur à trouver que ça? T'as vu un micro et t'as pas pu t'en empêcher avoue poil de carotte. "Votre soeur vous attend..." Y'a fallu que je me questionne à savoir combien de chance il y avait qu'une autre Amael Archer débarque au stade avant de venir!

Elle avait envie de rire mais laissa croire à De qu'elle était vexée.

- Et oublie ça, on ne passera jamais pour des soeurs!

Elle éclata de rire. Elle se tourna vers le jeune homme au micro et lui jeta un regard noir.

- C'est pas touche! C'est ma De et elle est déjà prise. Et elle est un peu cinglée, faut pas toujours la croire...elle vous a promis quelque chose? demanda Mael le plus sérieusement du monde.

Après avoir vu le visage du jeune homme, elle éclata de rire et prit De par un bras, l'entraînant plus loin. Le match allait débuter peu de temps après.

Quand De vit arriver Mael au pas de charge, elle ne put s'empêcher de retenir son fou rire tellement la tête de la noiraude était hilarante!

- Pwouahahaha...Mais tu savais bien ma Mael d'amour que je ne résisterais pas à l'appel du micro, sans compter que le gars derrière était foutrement beau, je voulais simplement voir si je faisais encore de l'effet ! Dit la petite rouquine entrecoupée de fou rire. Elles étaient à présent en chemin pour leurs sièges, se faufilant à travers la foule. Le lutin sautillant toujours, elle se faisait regarder parfois comme si elle était dingue mais se foutant complètement de ce qu'ils pouvaient bien penser d'elle. De était intouchable, ou presque, dans sa bulle de bonheur.

- J’n’en reviens pas que tu m'aies traitée de cinglée devant un si beau gars !!!! Devant un laideron ça peut passer mais là il était si chou...il avait même accepter de t'appeler juste pour moi! Je sais que je suis avec Loghan mais je peux faire fondre encore non...j'ai commandé mais je peux regarder le menu...je pense pas qu'il s'en empêche ! La fougueuse rouquine tira la langue à sa meilleure amie.

- Et puis en plus comment as-tu pu penser que je lui avais proposé quoi que ce soit ? De releva la tête jouant à la vexée!

- J'avais un cadeau pour toi mais je ne sais pas si tu le mérites... De détailla son amie de la tête au pied et s'arrêta sur ses vieux doc Marten... La lutine plissa le nez de dégoût... Tout compte fait, je vais te le donner...je suis plus capable de te voir avec ses atrocités. Dit-elle moqueusement.

- Je t'ai acheté d'autres souliers avant que les microbes de ceux-ci te grugent les pieds, te donnent la gangrène, que tu sois obligé de te faire amputer...non mais tu t'imagines? Après ça je devrai te supporter 24h/24h... je veille à mes intérêts ma chère! Lui chantonna l'irrésistible jeune femme qui affichait un sourire angélique. Dans la boite se trouvait d'autre doc Marten...noir...la même pointure que celles que chaussaient Mael. La seule chose qui changeait c'était que la rouquine lui avait écrit un mot au feutre à l'intérieur.... '' À ma Mael juste à moi, je t'offre ces bottes afin que tu puisses avoir plus de punch quand tu botteras des culs. Tu commençais vraiment à faire pitié ! '' Signé, De

- Alors tu es contente poivron noir?

Amael sourit en voyant les Doc Marten que lui offrait De.

- Merci beaucoup poulette. C'est un super cadeau. Je vais finir d'user les miens et je passerai ensuite aux tiens. Mais tu as dépensé une fortune! Ce n’est pas donné des doc!

Elle plaqua un bec sonore sur le front de son amie.

- Si un jour tu as besoin de quelque chose ou que tu as un cul à botter, dit-le moi, je me ferai un grand plaisir de les botter avec mes nouvelles chaussures neuves.

Elles s'installèrent à leur siège.

- Tu sais mes bottes... elles me portent chance c'est pour ça j'veux pas m'en séparer. Je les avais lors des deux explosions et j'ai survécu, j'ai survécu au démon aussi, je t'ai rencontré je les avais, Adalric aussi... Je le sais qu'elles sont finies mais elles ont une valeur sentimentale.

Elle fit signe au vendeur de bières et en prit deux, une pour elle et l'autre pour De.

- Habituellement les Alouettes jouent au stade Percival-Molson mais ce soir c'est un match spécial donc ils jouent ici. Et je te préviens, au deuxième quart, je vais me chercher des nachos! À la mi-temps, on bouffera des hot-dogs! Je viens ici pour manger... et pour voir du football. Quand je viens avec des gars je suis gênée de manger... avec toi, pas de trouble!

Le match avait à peine commencé que les deux agentes trônaient au milieu de bouffe et de cartons de bouffe. Il faut le dire elles mangeaient comme personne. De les joues pleine se levait souvent de son siège pour crier des encouragements qui devaient faire enrager les spectateurs de la rangée d'en avant...ils étaient directement sous une pluie de postillons lancés par une furie rousse. Côté bouffe, Mael n'avait vraiment pas à s'en faire...comme elle l'avait déjà dit à la rouquine, elle était une vraie poubelle ambulante !

- OUAISSSSSSSSSSSS......GO ! GO ! GO ! La rouquine se retourna les joues en feu vers sa best.

- Tu sais pour les doc faut pas t'en faire.....Je tiens à toi et je veux pas que des bactéries mangeuses de chair te bouffent tout cru....une noiraude crue...eurkkkkkkkkkk...Cuit ça peut toujours passer. Le lutin lui tira la langue. Et pour les culs à botter t’en fait pas aussi, tu en auras beaucoup...surtout ce printemps, je sais pas ce que les hommes ont mais bordel ! Ils n’arrêtent pas de tourner autour de moi, je crois que Keni va faire une syncope à la longue... Les yeux pétillants de malice, De éclata de rire.

- YOUHOUUUUUUUUUUUUUUUUUU LÂCHEZ PASSSSSSSSSSS...FOUTEZ-LEURRRRR UNE VOLÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉ. Le farfadet s'était levé et criait des encouragements comme une défoncée. Quand elle se rassied, elle se retourna vers Mael.

- Pour tes vieux trucs à la semelle toute fondue, tu crois vraiment qu'ils peuvent te porter chance encore....je sais pas c'est pas à cause d'eux que tu as une tête aussi dure....Tu as survécue aux explosions parce que ton crâne est plus solide que la moyenne des gens! Mais je comprends que tu puisses ressentir un pincement au coeur à l'idée de t'en séparer.... Ça serait la même chose pour mon triskèle. Je le garde dans la douche et au lit ! Sifflota la rouquine.

- Promets-moi juste de pas te taper une infection pour des bottes ok ? Elle joignit ses paroles avec une bousculade, tel que dépeigner les cheveux de Mael... Quand le gars de la bière passa, De en commanda quatre... mieux valait prévenir que guérir…donc dans notre cas courir le foutu gars de la bière. Elle en tendit deux à sa chum avec un grand sourire.

- Tu sais ma poule, on devrait faire ça plus souvent. Entre deux explosions faut apprendre à se relaxer ! Qu'est-ce que tu dirais d'aller au fouf après le match ?

Amael était moins démonstrative que sa copine, encourageant quand même son équipe mais tentant de garder sa nourriture pour elle et de ne pas la lancer sur les rangées plus bas.

- Je te jure de ne pas laisser les horribles bactéries me manger les pieds! Quand on verra mes bas au travers la semelle, je le jetterai. Et oui, elles me portent chance, bon! Quand je ne pourrai plus botter de fesses, je frapperai des gueules! Je n’ai jamais vraiment fait le test mais mes poings sont aussi solides que ma tête!

Elle prit les deux bières que lui tendait De.

- Je suis d'accord pour sortir aux fouf après...si on arrête de prendre de l'alcool pour pouvoir être capable de se rendre... Si on continue à ce rythme, on sera trop paquetée pour sortir. Et je me suis fait avertir que ça ne marcherait pas tout le temps d'appeler à l'aide.

Elle rigola. Elle laissa ses cheveux décoiffés par De comme ils étaient. À la mi-temps elle se leva, s'escoua et annonça à haute voix:

- Je vais aller vider un peu de bière, histoire de pouvoir en remettre. Tu m'attends ici?

De se tassa sur son siège pour pouvoir laisser de la place à son amie, mais petite comme elle l'était il n'y avait pas grand place supplémentaire à faire.

- Oui vas-y beauté. Dit-elle à l'irlandaise avec un clin d'oeil moqueur. Moi je suis née avec l'option grosse vessie...je peux me retenir longtemps. Ajouta-t-elle avec un sourire.

- Bah pas des jours entiers mais disons que j'ai un bon réservoir. Elle retourna son attention vers le terrain, une animation y avait lieu. De resta fixée sur les animateurs, elle ne vit même pas Mael revenir. La rouquine porta sa main sur sa poitrine...en riant de sa réaction !

- Bordel Mael, tu m’as fais faire un de ces sauts...recommence plus ça ! Je vais mourir d'une crise du coeur. Comme si c'était possible de la part du farfadet...pffff...

- Regarde Mael, regarde le beau mec en bas...tu vois le roux...il est craquant! Je comprends pas que tu ne trouves pas les roux sexy...tu me trouves pas sexy moi ? Lui demanda le lutin malicieusement.

- T'as raison pour la bière....on va slaquer, c'est les deux dernières chaque, je veux encore être capable de me mover sur la piste de danse! Et surtout d'aller dans le slam s'il y en a un. Puis cette fois-là on demandera pas au deux samouraï de venir nous chercher...au pire on se call un taxi, la première qui réussit à donner son adresse correctement ben l'autre pieute chez elle...Qu'est-ce que tu en penses? On va pouvoir boire et rentrer chez nous.

Amael se rassit après son excursion à la toilette.

- Un roux sexy? Impossible! Mais les rousses sont souvent vues comme tentatrice ahah! Et je dois avouer que tu es pas mal dans ce rôle. La fille noire, c'est l'aventurière. Alors, toi tu tentes les gars et moi je pète des gueules. Et va pour les foufs et le taxi. Mais ne pense pas me voir slammer!

Elle regarda autour d'elle. Il n'y avait pas grand monde à son goût. Elle remarqua toutefois deux yeux bleus dans un visage et lui fit un sourire.

- Le gars, là-bas, il me sourit. Il doit me prendre pour une vedette... Quand il verra mes pieds, il changera d'idées ahah!

Elle pointa le gars à De. Il avait des yeux bleus très clairs, des cheveux longs, châtains blonds qui retombaient devant son visage et qu'il tentait de repousser.

- Tu en penses quoi? Il me cruise ou il a une graine dans l'oeil?

De regarda attentivement le gars qui fixait Mael, quand elle croisa son regard elle lui jeta un regard meurtrier et se saisit du cou de Mael pour lui donner un bec dans le cou. Les yeux de la rouquine semblait dire au joli garçon : '' Pas touche elle est juste à moi ''

- HAHAHA, je crois qu'il ne te regardera plus maintenant, il doit penser que l'on est lesbiennes. Et c'est tant mieux pour lui...Ada lui aurait donné une baffe juste à la façon dont il t'a regardée. La rouquine se mit à rire.

- Mais je dois t'avouer qu'il était mignon....hummmmm... de beaux yeux bleus. Mais c'est Keni qui a les plus beaux yeux !!! Dit-elle avec un regard niais et rêveur.

- Sérieux veux-tu que j'aille te le chercher ? On peut toujours l'inviter à venir aux fouf avec nous après... La partie recommença, mais le gars ne semblait pas revenir de ce qu'il avait vu, la rousse et la noire...ça semblait être trop beau pour être vrai, pour lui.

- Tu es certaine que tu aimes pas les slam...ça défoule tu sais !

Mael n'en revenait pas. De l'avait embrassé devant le garçon. Elle regardait sa copine avec les yeux de la grosseur d'un deux dollars. Puis ses yeux se déplacèrent vers le garçon qui n'en revenait pas plus que Mael. Elle revint à De.

- T'es cinglée ou quoi? Et en plus, Ada a rien à voir là-dedans, je n’ai pas cruisé le gars, je lui ai fait un sourire! Ce n’est pas parce que t'as une auto que tu ne peux pas regarder passer les pick up!!

Mael faillit s'étouffer avec sa gorgée de liqueur.

- Tu veux l'inviter? On le connaît même pas! C'est peut-être un maniaque! Il est mignon mais déjà qu'il croit que tu es mon amoureuse!

Elle reprit une gorgée de bière, jetant un regard au blondinet qui les regardait encore.

- Je crois vraiment qu'il voudra venir au bar. Et sais-tu qui est le roux le plus sexy du monde? C'est Obélix.

Elle éclata de rire.

- Si il vient au bar, pas Obélix, le blond crétine! Tu crois qu'il voudra qu'on danse toi et moi? Pis que lui va tripper? Je veux bien avoir du plaisir, mais t'es pas très dans mes cordes côté homme ma belle...pas assez masculine!

De éclata de rire à la réaction de Mael et du blondinet. Elle se tenait les côtes, elle avait de la difficulté à reprendre son air. Pliée en deux sur son siège.

- Tu devrais voir ta tête....bordel je donnerais importe quoi pour pouvoir en garder une image. T’en fait pas Mael, tu n'es pas dans mes cordes non plus...tu es trop noire. Je les aime roux moi ou rouge et avec de longs cheveux et un peu plus de muscles. Dit le farfadet en lançant un clin d'oeil à son amie.

- Bref tu ne corresponds pas, mais j'ai fait ça parce que je ne voulais juste te rendre la monnaie de ta pièce, tu te souviens avant la game ? Tu m'as traitée de dingue ou de folle devant le charmant jeune homme derrière son comptoir au kiosque d'information ? De plissait les yeux de malice, un sourire victorieux sur les lèvres.

- On est kit maintenant. Mais pense un peu à ce qu'il doit penser...il doit fantasmer ! C'est trop drôle.... La rouquine recommença à rire... Elle regarda son amie avec un sourire en coin qui n'augurait rien de bon. Elle se leva, sourit suavement au blondinet et alla lui parler. Elle demeura quelques minutes près de lui, penchée légèrement lui souriant de plein feux...Elle revient en sautillant s'asseoir aux côtés de Mael une moue triomphale sur le visage.

- Je suis très musclée!

Elle ouvrit la bouche à nouveau mais vit De partir vers le blondinet. Elle la regarda parler au gars, la bouche ouverte. Puis lorsqu'elle revint, elle mit ses mains autour du cou de sa copine.

- Parle ou je t'étouffe. Tu choisis, soit tu parles gentiment, soit tu parles sous la torture mais tu parleras. Il a dit quoi? C'est moi qu'il regardait poil de carotte, pour une fois que la rousse se fait moins remarquer! Contente-toi d'Obélix!

Elle lâcha sa copine et avala une gorgée de bière.

- Alors poil de carotte, tu te décides à parler? Que lui as-tu dit et que t'a-t-il répondu? Et c'est mon blondinet à moi et si tu me bousilles mes illusions, tu vas me le payer! T'inquiète, je ne lui ferai rien, j'ai un beau grand gars qui m'attend et qui est juste à moi!

Elle jeta un regard au jeune homme, incertaine si elle devait sourire ou se cacher.

De affichait un sourire malicieux sur son beau petit visage de diablesse. Elle se mit à siffloter laissant poiroter un peu son amie. La rouquine se retourna vers elle et lui tira la langue...

- Je préfère te le dire gentiment, surtout d'après ce que m’a dit David.... Elle lui fit un clin d'oeil moqueur mais reprit sa litanie.

- J'aime bien Obélix mais il est trop enrobé comme il le dit souvent dans les dessins animés, moi je préfère qu'ils soient bien fait un peu comme ce blondinet. Mais t'inquiète, ne me regarde pas comme ça... Il a dit que ça lui ferait plaisir d'accompagner deux charmantes jeunes femmes comme nous aux foufs. Oui, oui, je te laisse ton blondinet, même s'il n'a pas eu aucune gêne à reluquer mon décolleté. Moi je vais me contenter de faire damner quelques hommes aux foufs, je ne te péterais pas tes illusions. Rêver c'est pas être infidèle à ce que je sache...moi je suis trop prise par Loghan pour cela mais toi vas-y si tu le veux. Elle reprit son amie par le cou, approchant ses lèvres de son oreille et lui chuchota.

- Je pense que ce qui lui a le plus plu, c'est quand je t'ai embrassé dans le cou....foutus hommes ! Ils sont tous à fantasmer sur deux femmes... Elle se recula et partit à rire et à se tortiller sur son siège. Ne t’en fait pas poivron, je te laisse ta légumineuse toute pâle, je préfère mon sucre d'orge rouge. N'ai pas l'air si gênée...voyons, c'est juste une situation comique. Tu ne le reverras même plus après cette soirée. Mael je vais devoir te donner quelques cours...

- Pfff!

Mael se renfonça dans son siège et posa ses pieds de chaque côté de la tête plus bas. Elle croisa les bras.

- C'est ça, tu iras avec David, dit-elle plus aigu. Moi, je reste ici bon. Je n'en veux pas! Je vais aller rejoindre mon homme. C'est toujours la même chose, on regarde la rousse sexy qui a un décolleté et la noiraude elle, non. Et je ne suis pas coincée, je n'ai pas besoin de cours merci beaucoup. Tu iras demander à Jale!

Elle ouvrit les yeux, se rendant compte de ses paroles et mit sa main sur sa bouche.

- Je ne veux pas de ce flot. Si il te reluque, c'est qu'il n'est pas pour moi.

Elle prit une gorgée de bière.

- Aaaaaaah! Et je ne veux pas être prise avec lui aux foufs à faire semblant d'être ta blonde! Lui as-tu dit qu'on n'était pas un couple?

Elle sonnait légèrement comme un enfant mécontent.

De pouffa littéralement de rire face à la Mael en rogne....

- Mael !!!!! Si tu voyais ta tête....HAHAHA....tu es trop drôle ! Quelques secondes passèrent avant que la rouquine puisse reprendre un air convenable. Elle lança un regard des plus moqueurs à son amie.

- Je lui ai dit que nous n'étions pas un couple...sérieux Mael j'ai pas le goût de passer une soirée aux foufs et de pas pouvoir regarder des hommes....non mais pour qui te me prends ça serait plus drôle. Pis moi j'en veux pas de David, c'est toi qu'il matte depuis tout à l'heure... tu ne l'as pas remarqué ? Bordel il te dévore des yeux... De leva les yeux au ciel et lui tira la langue.

- Je t'ai fait marché et tu as poigné ! C'était trop marrant ta réaction boudeuse d'écolière... Mais attend un peu n'ait pas l'air soulagé ma grande tu ne t'en sortiras certainement pas !!!! C'est qui ce Jale ? Ça y était, l'interrogatoire venait de commencer et si Mael pensait y échapper ou faire diversion c'est qu'elle connaissait bien mal le lutin.

- T'inquiète ma belle noire, tu es sexy toi aussi ...quand tu t'y mets, seulement les rousses et bien...ce sont les rousses....on les compare souvent à des succubes...crois-moi c'est pas toujours agréable, sauf quand vient le temps de rendre son amie frue !!!! Alors maintenant je veux que tu me racontes c'est qui Jale .... La fougueuse petite rouquine pétillait de curiosité et de malice...

- Je ne suis pas une écolière. Ne perds pas ta salive, je ne suis pas sexy! Je suis tout sauf sexy, regarde mes bottes!

Elle étira sa jambe vers De pour lui montrer sa vieille semelle calcinée et lui mit sous le nez. Elle ricana. Elle se rassit convenablement et lança un regard vers David qui regardait toujours dans leur direction. Elle lui fit un sourire, par politesse. Ses cheveux lui retombaient devant le visage.

- Il a quel âge d'après toi? Il n’a pas l'air très vieux... Tu crois que je lui plais vraiment? Il a besoin de lunettes ou quoi? Oh, et puis je m'en fiche moi j'ai déjà un copain et c'est le plus meilleur bon.

Elle fit un sourire arrogant à De. Elle reporta son attention sur le match, tentant d'ignorer les questions de son amie sur Jale. Elle s'était échappé et n'avait pas envie de s'éterniser là-dessus. Quand les Alouettes marquèrent un touché, elle se leva et applaudit, se dandinant sur la musique qui jouait. Elle tenta d'ignorer De, qui, fidèle à son habitude était plutôt difficile à ignorer.

- T'as pas bientôt fini? Jale c'est un bon ami qui risque de te remplacer à la place de meilleur ami si t'arrêtes pas de poser des questions poil de carotte!

De ouvrit grand la bouche et fit des yeux ronds à Mael !!!!

- Quoi me remplacer au poste de meilleur ami ???? Tu ne pourras jamais faire cela. Je suis irremplaçable, puis en plus y’a personne qui peut assurer tes arrières comme moi. La rouquine tira la langue à Mael, se rassis, croisa les bras et bouda en tapant du pied.

- Pour ton information quand tu n'es pas chialeuse et vilaine, tu peux être très sexy. Je sais que tu as ton mec...j'ai le mien également, j'ai pas arrêté de le dire depuis que je suis arrivée! De boudait encore un peu.....non mais la remplacer pis en plus elle voulait même pas lui dire c'était qui ce Jale... foutu poivron noir.

- Je crois que tu lui as plu mais si tu n'arrêtes pas de faire ta vieille femme radoteuse et d'envoyer ta meilleure amie, il te trouvera sûrement moins charmante...Je blague, bien sûr que tu lui as plu tête de linotte !!!! Il n'arrête pas de te regarder, c'est évident...il regarde même plus le match. Puis arrête de te dénigrer comme ça, tu es très belle bon! Elle fit un sourire en coin à Mael et retourna au match qui avait repris.

Amael empoigna De par les épaules et la rapprocha.

- Ben non, tu sais ben que personne ne te remplacera!

Elle lui plaqua un baiser sonore dans le front et la repoussa en riant sur son siège.

- Jale c'est un ami qui travaille sur la base. Je l'ai rencontré à la salle d'entraînement. Il est très gentil mais je ne l'ai pas vu depuis un bon moment. Je ne sais pas, il est peut-être en mission. Il est mignon comme tout.

Elle ne trouva pas nécessaire d'en rajouter, les moments plus intimes pouvant rester à elle seule.
Le match se termina par une victoire des Alouettes. Les filles se relevèrent au milieu des déchets et des restants de nourriture.

- D'après toi, il m'a remarqué parce que on mangeait plus que des hommes?

Elle parlait de David évidemment.

- Ce n'était pas très sexy de voir la bouffe partir de ta bouche à toute vitesse et s'écraser sur la tête du voisin.

Elle éclata de rire.

Les yeux de De redevinrent rieurs. Un sourire illumina son petit visage de lutin.

- Je savais bien que tu ne pouvais pas me remplacer... La rouquine lui tira la langue.

- Il faudra que je le rencontre ce Jale si tu dis qu'il est gentil...pour le mignon je vais te dire que ces temps-ci, je suis obnubilée par Loghan....les autres me semblent si fades comparés à lui ! De partie dans ses pensées le regard un peu niais mais elle revint bien vite à la réalité avec la fin de la game!!! Elle sauta de joie, cria tous ses poumons avant de reprendre la conversation avec Mael. Elle sautilla en dehors de leur montagne de détritus, attrapa le bras de la noiraude et l'entraîna en vitesse vers la sortie.

- Il faut faire vite si on ne veut pas que notre ami le blond au regard de chien battu nous suive. C'est sûr que vu la manière dont tu engloutissais les hot dog, il doit s'être demandé à plusieurs reprises s'il n'allait pas être obliger de venir te faire le bouche à bouche du à un trop gros morceau resté coincé dans ton oesophage. Sérieusement ma belle je crois que tu te sous-estimes...tu es très jolie et c'est pas la première fois que je remarque le regard d'un gars posé sur toi...Pourquoi crois-tu que je lance tant d'oeillades noires hein ? Je dois tellement en faire fuir !

- Puis tu sauras que je n’ai presque pas postillonné...à part le demi nacho que je lui ai versé sur la casquette sans qu'il ne s’en rende compte...mais ça, c'était un accident... Elle bouscula amicalement son amie et poursuivit vers la sortie.

- Pour moi aussi tu es la seule! L'amour de ma vie. Bah, pas vraiment mais pas loin!

_________________


Ceux qui vivent dans la crainte, meurent victimes de leurs propres terreurs. -R.M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amael
Administratrice-Fondatrice-Agent
avatar

Nombre de messages : 284
Age : 36
Localisation : Dans mon nouvel appart! :D
Date d'inscription : 12/10/2008

Feuille de personnage
Âge:: 25 ans
Conjoint: :'( :'(
Profession: Conservatrice au musée

MessageSujet: Re: Les Alouettes et raclée au fouf (Pv Mael et De)   Sam 23 Avr 2011 - 23:05

Amael bouscula quelques personnes pour sortir.

- De toute façon poil de carotte, tu as dit à David qu'on irait au Fouf, donc si il est brillant et qu'il veut revoir la magnifique personne que je suis, il ira aux fouf. Et pas pour détruire ton image parfaite de ton copain, mais moi, je le trouve relativement ordinaire.

Elle tira la langue à De, moqueuse.

- Donc ma chère, allons déhancher ses deux merveilleux body sur une piste de danse et voir si y'a ben du poisson dans la mer!

Elle jeta le sac des bottes sur son épaule et de l'autre main, entraîna De vers le bar, se dandinant sur une musique qu'elle était la seule à entendre dans sa tête.

Les deux femmes prirent leur temps sur le chemin du stade jusqu'aux foufs. Elles étaient en pleine conversation ou plutôt en plein rappel des chansons de leur jeunesse. Elles chantaient des airs populaires de leur époque et se dandinaient en cadence. Bref le chemin fut court malgré la distance séparant leur point de départ de leur point d’arriver. La rouquine et la noiraude entrèrent au foufs le sourire aux lèvres.

- Ça va être génial ce soir... et en plus, nos hommes ne restent pas loin. Si jamais on a une envie subite de les voir après notre danse effrénée. Puis au pire si on veut pas les voir on fait comme on l'avait dit on se call un taxi ! La rouquine sautillait au son de la musique qui lui parvenait.

- Tu veux une bière avant de te lancer sur la piste ? J'ai hâte de te voir danser. Lui dit le lutin un sourire moqueur aux lèvres en lui lançant un clin d'oeil assorti.

Amael ne releva pas la réplique. Elle avait dit à De qu'elle ne savait pas danser mais tout le monde peut bouger dans un bar. Seulement voilà, ce que Mael détestait était les regards posés sur elle, les gens, surtout hommes, en sueur qui venaient se coller sur elle, et se faire toucher par des gens qu'elle ne connaissait pas.

- Allons-y pour une bière et suivons sur la piste de danse. Le premier gars qui me pogne une fesse, il tombe!

Elle ricana et alla au bar. Elle se commanda une bière puis entraîna De sur la piste. Tenant sa bière par le goulot, elle attrapa De de l'autre main et la fit tourner. Puis elle se dandina seule sur la piste, fermant les yeux à moitié, écoutant la musique, son éternel sourire aux lèvres.

De se commanda également une bière et en but une gorgée en rejoignant la piste de danse. Elle dansait déjà au rythme de la musique, faisant aller son petit corps.

- Tant fait pas Mael d'amour, y’a aucun gars qui te touchera ce soir... et bien à part Ada si tu le croises bien entendu ! Je suis un très bon chien de garde tu sais. Elle fit un clin d'oeil carnassier à son amie.

- Je pourrais être comparé à un Setter Irlandais, tu sais les chiens tout roux qui chasse....HAHA, Loghan lui m’a déjà comparée à une panthère rousse...va savoir où il à pêché ça! Rigola t-elle.

Elle était heureuse d'être là, sur cette piste de danse avec son amie. De n'employait aucun style de danse en particulier, se laissant juste emporter par ses émotions. Le regard des autres sur son corps ne la dérangeait pas mais gare à celui qui voudrait y poser les pattes. Ce soir, la rouquine ne dansait qu'avec Mael.

- Alors, est-ce que tu sais si Saphira donnera bientôt d’autres missions ? J'ai hâte de repartir moi... Dit le farfadet en sautant partout.

Amael prit une gorgée de bière.

- Nah, zéro idée. Mais j'ai hâte d'avoir un peu d'action dans ma vie... Et je ne sais pas si on sera ensemble. Ce serait poche d'être séparée. Il me semble qu'on travaille bien ensemble. Et qui te sauveras si je ne suis pas là?

Elle sourit à De. Elle se tortillait chantant en même temps que les paroles lorsqu'elle connaissait la chanson. Elle en aimait une particulièrement qui avait un rythme un peu indien. Elle fit bouger ses minces hanches de manière à les déhancher.

- Tu sais, j'aurais aimé apprendre le baladi. Je suis certaine que j'aurais été bonne.

Elle jeta un regard aux gens près d'elle. Plusieurs garçons aux alentours jetaient des regards à la rouquine. Elle ne remarqua pas ceux qui la regardait mais vit que De semblait très populaire.

- Ma belle, si tu n'avais pas Loghan, tu pourrais sans mal te trouver un copain ici ce soir!

- Tu es aveugle ma chère Mael... Tu ne vois pas tous ces clébards qui te pistent ? De lança un clin d'oeil entendu à son amie. Elle regarda Mael danser et se dit qu'elle ne dansait pas si mal que ça après tout.

- Oui tu as raison poivron, tu aurais été bonne pour le baladi, malgré ce que tu peux en penser tu peux être sexy et sensuelle quand tu le veux...j'ai bien dit quand tu le veux. Et tu ne le veux pas souvent. Tu as les hanches parfaites pour cela... tu as les hanches parfaites pour enfanter aussi. Cette fois-ci le lutin lui tira la langue allègrement.

- J'ai entendu dire que Saphira trouvait que l'on était ses meilleures agentes sur le terrain...alors ça m'étonnerait qu'elle nous sépare. Mais on verra, je ne veux juste pas être prise pour une mission avec ton mec...sérieux, je ne pourrais pas m'empêcher de le faire damner. Et puis je sais pas, c'est plus pareil depuis que je sais que tu es avec. S'imaginer sa meilleure amie...au lit avec...un autre collègue de travail et qui plus est quand tu prends ce collègue de travail un peu comme un grand frère... La rouquine secoua sa tête faisant voler ses cheveux de flamme tout autour d'elle. Une grimace de beurk s'inscrivit sur son visage mais disparu aussitôt.

- Je ne sais même pas si je serais capable de travailler à nouveau avec vous deux au Mont Royal... Je vais avoir l'impression de toujours être un chaperon. Et crois-moi je suis nulle dans ce rôle! Bref je verrais bien... Dit-elle en redoublant de déhanchement et d'énergie.

- Tous ces gars n'ont aucune chance, ils sont tous arrivés trop tard... Elle parlait des mouettes qui leurs tournaient autour comme si les deux filles étaient un restant de nourriture fraîche abandonné. Je suis heureuse et bien avec Loghan et toi l'es-tu avec Ada ? Tu sais que si tu veux lui foutre une baffe, tu me le dis hein ? Je le tiens et tu le tabasses...ça fait une superbe équipe non? De rigolait bien entendu sauf pour la superbe équipe.

Amael sourit à De, gardant ses yeux à demi fermés.

- Je me demande ce que tu as contre Adalric. Franchement, il n'est pas si pire! Je suis très heureuse avec lui, sans doute autant que toi avec Loghan! Et essaie pas de nous imaginer au lit sale perverse ahah! Ça ne changera rien au travail, le travail, c'est le travail, ma vie personnelle, c'est ma vie personnelle... Je ne mélange pas les deux.

Elle cessa de danser quand De lui dit qu'elle avait des hanches pour enfanter et baissa les yeux vers son bassin. Elle regarda ensuite celui de De.

- Je ne suis pas plus large que toi! Où, dans ce magnifique corps, veux-tu que j'installe un bébé? Il va grandir où? Et tu penses qu'un bébé accepterait de vivre avec moi? Au bout de dix minutes, il en aurait assez et partirait! Et de plus, j'aurais un bébé à demi reptilien... pas prête à vivre ça... Et Ad a déjà tellement d'enfants que Perfidia lui impose, je ne peux pas lui faire ça.

Elle regarda par terre puis prit une gorgée de bière. Lorsqu'elle releva le regard, le DJ mit une chanson qu'elle adorait.

- C'est Temptations!! Tu connais? Écoute le beat!! Parfait pour bouger ses hanches. Ne me prends pas pour une stupide, j'ignore les regards des gars! Je ne veux pas les voir! Qu'ils se contentent de me regarder et de baver, le premier qui me touche saura quel poids il a sans ses dents.

Elle sourit d'un air diabolique.

La rouquine aima bien cette pièce Temptation...elle y fit aller son basin sensuellement. Plusieurs autres tounes passèrent avant que les deux femmes décident d'aller se prendre une table question de pouvoir respirer et aussi de semer l'essaim de gars se regroupant autour d'elles.

- Non mais ils ne peuvent pas décoller un peu !!!! Arffffffffff.... La rouquine en avait assez des mecs collants et des oeillades subjectives. Mael aussi en récoltait de nombreuses...à elles seules, elles avaient un beau tableau de chasse... auquel elles ne portaient pas attention et ne voulaient rien savoir d'ailleurs.

- La prochaine fois j'amène mon garde du corps soit : Loghan... juste avec son regard il les fera fuir ! Pour le travail et bien je trouve juste ça bizarre d'être prise avec deux amoureux c'est tout! Tu sais je suis vraiment contente que tu sois bien avec Ada... Mais par contre, je vais devenir jalouse d'Adalric si ça continue... maintenant c'est lui qui passe plus de temps avec toi... avant c'était moi! Le lutin lui tira la langue un peu boudeuse mais retrouva son sourire en coin habituel. Je crois que l'on serait du pour partir en mission juste toi et moi question de se faire tabasser dessus...Je manque d'action! D'ailleurs la rouquine sautillait sur sa chaise.

- Savais-tu qu'ils m'ont collé une deuxième recrue ??? À croire que j'ai une tête à ça...je suis certaine que Saphira leur fait passer un test, s'ils sont capables de m'endurer un certain temps, ils sont O.K. pour le reste! De fut prise d'un fou rire à la supposé tactique de Saphira.

- J'ai Christounet et j'ai maintenant le gummy's Chad. Je vais devoir organiser une rencontre entre ses deux-là... De avait la tête au travail...elle se secoua et revint sur la planète amusement.

- Pour les bébés, je n’y avais pas pensé....eurkkkkkk des demis reptiliens ! Tu serais une excellente mère Amael Archer ne te donne pas de fausses excuses. Pour ce qui est de Perfidia c'est pas ton problème si elle aime ça être une poule pondeuse...C'est ni le problème d'Ada...quoi que à sa place je me serais fait faire une vasectomie... On verrait bien qui qui rirait ...De pouvait avoir de ces idées parfois.

- Oui j'ai trouvé...je crois que je vais proposer à Ada de se faire couper le canal bonheur!!! Qu'est-ce que tu en penses Mael ? Ça ferait chier Perfidia... La rouquine avait les yeux brillant de malice.

Amael éclata de rire, éclaboussant la table de bière. Elle s'essuya la bouche, jetant un regard désolé à De.

- Scuse-moi. Mais imaginer que Ada se fasse couper le canal du bonheur comme tu dis, ça m’étonnerait beaucoup!

Elle regarda les gens autour.

- J'vais faire pipi, histoire de vérifier si je suis encore une petite fille et je reviens. Ne bouge pas!

Elle quitta la rouquine et alla aux toilettes. Elle fit la file et finalement pu revenir. Elle arrivait où De et lui lança une phrase quand elle se fit accostée. Elle était près de De.

- Alors Poil de carotte, on...

Un homme, un peu plus vieux qu'elles s'approcha de Mael et la prit par le bras.

- Hey! Ta copine et toi, ça vous dirait de venir chez moi finir cette soirée en beauté?

Mael tenta de dégager son bras en tirant mais l'homme la maintenait solidement. Elle eut comme seul réflexe de le frapper au nez avec le dedans de sa main. Ce geste eut l'effet escompté et cassa le nez de l'homme qui la lâcha.

- Non mais hein! T'es chanceux que ce soit moi, ma copine est plus maligne que moi.

Elle alla rejoindre De.

-Tu crois qu'il a des amis?

De avait le regard moqueur et joignit son rire à celui de son amie.

- Bah quoi ? Demanda innocemment la rouquine.

- Comme ça il serait sûr de ne plus avoir d'enfants et encore moins avec cette rapace de vipère de Perfidia. En plus on dit que ça touche nullement la libido du gars ...ben après quelques mois bien évidemment mais bon!!! C'est un moyen comme un autre. La rouquine regarda ensuite Mael se lever pour aller vérifier si tous les éléments de son anatomie soient tous féminin. Durant ce temps, De regarda autour d'elle les gens qui dansaient et qui buvaient. L'atmosphère était festive ce soir.

De eu juste le temps d'entendre Mael l'appeler poil de carotte et de se retourner vers celle-ci qu'elle vit un homme l'agripper solidement par le bras. Très vite voyant qu'il ne la lâcherait pas Mael lui péta le nez... De furieuse s'était levée et s'était approchée de l'homme. Celui-ci saignait abondamment, tachant indubitablement sa chemise blanche sans aucune possibilité d'y faire partir les taches un jour. Le lutin vengeur s'élança et lui balança un coup de pied assez puissant merci directement dans les bourses. Ce qui fit encore plus pencher l'homme.

- Espèce d'enfoiré...on ne t’a jamais appris à aborder une femme!!!! Veux-tu que je te montre moi ce que c'est que de ce faire foutre une bonne raclée par une femme ? Hein ???? Les yeux de De étaient noirs et jetaient des éclairs…surprenante ce petit bout de femme. Elle se retourna tout aussi inquiète vers Mael.

- Ça va ma puce ? Il ne t'a pas fait trop de mal ? Si tu veux je peux continuer à le tabasser... Lui dit-elle avec un clin d'oeil moqueur.

- Tu as un sacré crochet du droit dit-moi...Faudra que tu me donnes des trucs! La rouquine regarda autour d'elles...elle vit malheureusement cinq autres hommes s'avancer rapidement dans leur direction.

* Putain de merde *

- Mael ma chérie...tu vas devoir ressortir ton crochet...Y'a cinq autres enfoirés, sûrement des copain de cet imbécile, qui s'amènent...Allons dehors on aura plus d'espace pour s'amuser. Ajouta De avec un sourire un peu mauvais.

Amael attrapa le poignet de De et la traîna dehors, suivies par les cinq hommes. L'autre, toujours en boule, se roulait par terre, saignant du nez. Elle sortit dehors, attendant.

- Ce n’est pas compliqué, ferme tes doigts et frappe avec le bas de ta main, où c'est dur à côté du poignet. La simplicité même.

Les hommes sortirent.

- Vous en voulez aussi? Votre ami pleure à l'intérieur, je vous conseillerais d'aller le consoler. Je ne crois pas tant qu'il a mal, c'est plutôt son orgueil qui a été durement frappé. Hey, mis K.O. par deux femmes. Et je vous préviens, ce n'est pas cinq gars qui me feront peur. Alors?

Lorsque le premier homme s'avança vers elle, elle se baissa au premier coup de poing, se relevant rapidement pour lui en mettre un entre les deux yeux. Il recula, légèrement sonné. Elle réattaqua, lui donnant un coup de pied à l'abdomen, le faisant reculer encore.

- T'en veux encore?

Elle jeta un regard à De, qui semblait bien se débrouiller. Une foule commençait à les entourer. Reportant son attention sur l'homme, elle reçut un coup de poing sur un oeil qui la fit vaciller.

- Bon, toi, je t'ai assez vu.

Elle le chargea, lui donnant un coup de poing à la mâchoire suivit d'un coup de pied dans l'entrejambe. Lorsqu'il plia en deux, elle remonta son genou et lui cassa le nez. Elle le repoussa, il était hors d'état. Elle en regarda un autre et lui fit signe de s'approcher, lui faisant un sourire baveux.

- De, ça va?

- Si ça va ? Ça ne peut mieux aller ma grande...je peux enfin me défouler sur des cibles mouvantes !!!

Deux hommes avaient décidé de régler le compte de la rouquine. Celle-ci avait toujours un sourire mauvais sur le visage. Contrairement à Mael De ne connaissait rien en boxe, elle c'était les arts martiaux et la ruse du moment. Elle évita adroitement un coup de pied qui l'aurait atteint au visage. Comme l'homme lui offrait une belle opportunité, De se laissa tomber par terre agenouillée laissant partir son pied qui envoya l'homme, avec la jambe en l'air, valser deux pied plus loin. Il s'écrasa lourdement au sol. La rouquine se releva félinement. Elle approcha de l'homme par terre et lui foutu un bon coup de pied dans les côtes et un dans la figure, s'assurant ainsi qu'il ne reprendrait pas conscience de sitôt. Comme elle se retournait pour faire face à un autre adversaire, elle reçut un coup de poing en pleine gueule qui lui ouvrit la lèvre inférieure, laissant une belle traînée de sang. C'est la bouche un peu engourdie qu'elle s'exprima par la suite....

- Non mais tu pouvais pas faire mieux... Je t'avise bonhomme. Si jamais tu as la chance de me toucher à nouveau, ne me manque pas, parce que moi…je ne vais pas te manquer.

Elle lui cracha au visage et prit au passage la première chose qui lui tomba sous la main....soit une planche de bois.

- Home runnnnnnnnnnnnnnnnn... S'écria le lutin en frappant la tête de l'homme comme si c'était une balle de baseball. Il tomba à la renverse et ne bougea plus.

- HAHA ! Mael je viens de faire un coup de circuit comme durant le match!!! C'est tout ce qu'elle put dire car l'autre agresseur qui s'en vient se positionna en position martial....C'est un regard sauvage qu'elle posa sur lui.

- Enfin! Un peu de défi c'était pas trop tôt, j'espère simplement que tu ne te révèleras pas aussi faible que les autres caves. Dit-elle sarcastiquement avec hargne.

L'homme bougea vite, mais De l'était aussi et la l'adrénaline commençait sérieusement à monter. Elle bloqua le coup tenta de lui en donner un qu'il bloqua aussi. Le petit duel dura environ cinq minutes les deux adversaires étant coriaces et d'un bon calibre. De reçut un coup de pied dans l'estomac qui la fit reculer de plusieurs pieds. C'est avec un cri de rage qu'elle fonça dessus. Le farfadet était rusé...ce cri était une diversion...arrivée près de l'homme, elle se saisit de son entrejambe et le fit plier...en y exerçant une pression. Il savait bien que s'il tentait quoi que ce soit il ne pourrait plus jamais se reproduire...de ce fait, il se tint tranquille. De était sadique en cet instant.

- Non mais pour qui vous vous preniez ? Ne répond pas je veux pas entendre ta voix charognard... Mael...tu le mets K.O. ? À toi l'honneur poivron!

Mael attendait que le dernier homme s'approche d'elle.

- Ce n'était pas du baseball, mais du football ma belle, pas de homerun! Lâche l'alcool.

Comme le dernier homme ne venait pas, elle se releva de sa position de combat et marcha sur lui. Les gens qui les observaient se tassaient. Elle arriva près de l'homme qui la regardait.

- Alors? Tu te dépêches? J'aimerais bien pouvoir faire autre chose de ma soirée.

Il s'avança et Mael eut l'honneur de recevoir le premier coup de poing de l'homme. Elle cracha par terre, histoire de se débarrasser du sang et répondit. Elle lui mit deux ou trois jabs en plein visage pour finir par un uppercut qui fit reculer son adversaire.

- Encore?

Elle s'avança et le poussa pour qu'il tombe puis lui donna un dernier coup de pied à l'estomac. Elle le jugea hors d'état de nuire. Elle retourna vers De.

- Alors poulette, on part? On va aller laver ces taches de sang et je crois que je me suis cassée une ou deux jointures.

Elle montra ses jointures enflées à De et prit un de ses doigts pour le remettre en place. Elle hurla au choc, vacillant sur ses pieds. Elle cligna des yeux plusieurs fois et se reprit.

- Ça fait plus mal que la bataille elle-même. On y va?

Ils étaient tous hors d'état de nuire. De, la lèvre enflée à souhait sourit joyeusement à son amie mais porta bien vite sa main à sa bouche.

- Outchhhh, le salaud. C'est certain qu'avec ma tronche je ne rentre pas dormir chez Loghan ce soir. Je ne veux pas trop qu'il me voie comme ça...Quoi que j'aurais bien aimé qu'il nous voie péter la gueule à ses connards! De cracha elle aussi une belle gerbe de sang.

- Je crois qu'il m'a déplacé une dent... Je vais devoir prendre mon coagulant si je ne veux pas me vider de mon sang. De ce fait la lèvre et la gencive de De ne cessaient de saigner. Elle fouilla dans sa poche arrière et en retira une petite fiole de poudre verte qu'elle s'envoya dans le gosier.

- Ça devrait aller mieux... En tout cas j'espère...C'est Johanna... elle m’a donné plein de ces fioles... j'en laisse traîner partout, comme ça si je me coupe je me vide pas partout. Fait-moi pensé de t'en laisser quelques-unes. Elle fit un clin d'oeil moqueur à la noiraude... Et s'approcha de celle-ci.

- Montre-moi ça ces jointures-là... De se pencha sur la main de son amie.

- Outch! Tu n'y a pas été de main morte... tu as sûrement quelque chose de fêlé. Elle prit Mael par la taille et appuya sa tête contre l'épaule de celle-ci.

- Oui on y va on doit faire peur à voir mais bordel que je recommencerais...ça fait du bien et c'est agréable surtout quand j'ai une aussi bonne partner. Je me retiens pour ne pas te plaquer un gros bec plein de sang sur la joue... Lui dit le lutin en sautillant et en éclatant de rire.

- On va à la base ? Ou bien on passe chacune chez soit ?

- Je crois que j'ai besoin d'aller à l'infirmerie, pour avoir quelques soins pour mes jointures. Ça ne devrait pas être long, tu crois que quelqu'un va y être? Ou je suis mieux à l'hôpital?

Elles descendirent vers la base.

- Imagine la tête de ces gars quand ils devront raconter qu'ils se sont fait tabasser par deux filles.

Elle éclata de rire. Puis, elle recracha le sang. Il avait arrêté de couler dans sa bouche.

- J'ai beaucoup aimé le coup de planche.

Elle continuait de rire, prise d'un fou rire qui ne voulait plus partir.

- Je ne pense pas que le premier va reparler à une fille comme il m'a parlé, lança-t-elle en riant. Imagine sa face en ce moment. Mael arrêta de marcher, rigolant toujours plus fort. Elle se laissa tomber assise sur le trottoir.

Elle rigolait, sa tête tournant. La douleur à ses jointures lui faisait mal et le coup de poing qu'elle avait mangé sur l'oeil lui avait foutu un mal de tête. Elle rigolait toujours.

-Tasse-toi! Ordonna-t-elle à De avant de vomir.

Après l'adrénaline du combat, vient l'euphorie. Les deux filles marchaient vers la base avec un immense fou rire. Elles commentaient chacune les performances de l'autre durant le combat. De avait la lèvre fendue enflée, du sang de séché sur le menton et dans le cou, une grosse ecchymose sur la mâchoire... mais l'oeil de Mael lui était rendu de la couleur d'une prune bien mûre.

- Je dois avouer que sur le moment j'ai même pas pensé à ce que j'avais sous la main... j'ai juste ramassé la planche et la lui ai balancé. Je crois qu'il doit encore voir des oiseaux à l'heure actuelle. Et en plus ça faisais un bout que je voulais essayer de frapper quelqu'un avec une planche je trouve l'effet vraiment bien! Elle partit à rire encore plus fort ayant de la misère à rester debout tellement elle était pliée en deux.

- Ah! Mael, on doit vraiment recommencer cela plus souvent. J'imagine trop bien comme tu l'as dit la tête de ces gars...imagine demain à leur boulot. Qu'est-ce que tu crois qu'ils vont dire? Certainement pas la vérité... tu imagines...quoi 5 ou 6 gars se faire tabasser par deux filles menues comme nous? Ah ! Bordel j'aurais aimé prendre des photos...on ne sort pas sans une mini caméra la prochaine fois!!! Sérieux ça va prendre des preuves de nos actes héroïques. La sauterelle rousse arrêta de parler...et se tassa vite le temps que Mael vomit. Elle revint cependant vers elle et l'aida à se relever, toute attentionnée envers son amie.

- Ça va mon poivron ? Veux-tu quelque chose à boire y’a un dépanneur pas loin ? Pauvre chérie...tu as encore mangé un coup sur la tête... Grrrrrrrrrrr... Je vais vraiment t'acheter un casque de protection style casque de gars de chantier de la construction. Vas-tu me faire une commotion ? Elle releva l'agente et la supporta afin que la noiraude s'appuie entièrement sur elle...l'agence n'était plus très loin. Elle décida que le mieux c'était de s'y rendre en vitesse.

- Aller ne lâche pas ma belle, on est presque arrivé ! Tu pourras vomir tout plein rendu sur la base... Pis parle-moi, sérieux je veux que tu restes avec moi alors parle-moi de comment avance notre élevage de farfadet...sans oublié que je voudrais que l'on se parte un élevage de mini-viking aussi…avec eux on pourrait conquérir le monde...t'en pense quoi ?

Amael marchait, se portant sur De. La tête lui tournait mais ça allait aller. C'était le trop plein de bouffe du stade, la bière, l'adrénaline de la bataille et le coup à la tête, encore.

- Je ne veux pas de casque. Après, on va m'appeler Tête de fraise, pas envie. T'as pas de la gomme ou de l'eau? J'ai un goût horrible dans la bouche. Ça goûte métallique même, c'est dégueu. On est loin de la base?

Elle inspira.

- C'est l'alcool et la douleur c'est tout. Mon souper est revenu. Et mon oeil? Il est de quelle couleur?

Elle avait encore une fois le coeur au bord des lèvres mais prenait de grandes inspirations.

- Je pense que conquérir le monde demande de l'organisation. Il faudra donner des techniques militaires à nos mini-vikings. Tu sais, les Romains étaient des pros là-dedans, faudrait étudier leurs tactiques. À son apogée, elle faisait le tour de la Méditerranée et avait près de 6 millions d'habitants? C'est fou! C'est sous Trajan, qui a fait les dernières grandes batailles. Ensuite, sous le règne d'Hadrien, il avait été adopté par Trajan, mais lui, il ne se préoccupait pas full des batailles. C'était plus un homme de lettres... Tu savais qu'il avait été amoureux d'un jeune grec, Antinous mais que ce dernier s'est noyé et que Hadrien a fait de nombreuses statues et a même fait la ville d'Antinoupolis en Égypte? Il l'a même divinisé... Quand je vais mourir, je ne pense pas qu'on me fera ces honneurs là...

Elle continua de parler histoire et stratégie militaires jusqu'à la base.

De avait réussi malgré tout à transporter Mael jusqu'à la base. Cela lui avait pris un peu plus de temps que prévu. Son médicament coagulant avait fait effet à moitié et elle continuait de saigner de sa lèvre maintenant bleutée. Elles entrèrent dans l'ascenseur de la base et purent entrer un coup décontaminées. Tout de suite, ne perdant pas de temps mais laissant une traînée de sang derrière elles comme toujours. Le lutin entraîna le poivron noir tout écrapou jusqu'à l'infirmerie.

- J'espère que c'est Johanna qui nous traitera. Elle connaît nos dossiers par coeur depuis le temps! De ne put s'empêcher de pouffer de rire. Elles avaient le don de se prendre des coups ces deux-là!

- Ton oeil est enflé et de la couleur d'une prune bien mûre!!! Mais ne t’en fait pas, il s'harmonise parfaitement bien avec ton teint blafard de fille qui vient de vomir! De ce fait, Mal gerba encore et cette fois directement sur la rouquine et sur le plancher.

- Bah Mael...tu voulais te venger pour les B-C c'est ça ? Tu aurais pu le faire d'une autre façon tout de même! Elle tira la langue à sa copine. Sérieusement De ne s'en formalisait pas vraiment…du linge ça se lave! Mais une soeur comme Mael ça ne se remplace pas...et là, elle commençait sérieusement à l'inquiéter!

- Courage ma grande...bien grande...ouin tu comprends... alors courage ma moyenne...ouin ça fait pas beau comme surnom...Alors courage ma lilliputienne! Ouais!!! Ça ça sonne mieux... De plaisantait pour changer les idées de son amie.

- C’est sûr que côté invasion de mini-viking, ça prend un entraînement et on ne peut que se baser sur les grands empires...Mais je crois que je vais te laisser ce volet. Moi je vais les enseigner à être intraitable et faire des croisements pour qu'ils soient super forts et surtout qu'ils soient roux! T'en penses quoi, oeil de pirate ? Mais sérieux ? Hadrien était gai !!!! Demanda la rouquine en éclatant de rire. Au rythme et au ton de leur discussion, les deux agentes ne devaient vraiment pas passer inaperçues dans la base.

- Je ne suis pas une lilliputienne Poucette, je suis plus grande que toi. Désolé pour tes vêtements. Faudrait nettoyer le plancher, ils seront pas contents envers moi.

Elle se coucha de côté sur la civière, traînant une poubelle avec elle. Elle vomit à nouveau dedans. Finalement, elle n'eut plus rien dans l'estomac. Elle finit par respirer.

- Il me semble que je n’ai pas bu tant que ça!

Elle déposa la poubelle doucement par terre pour ne pas la renverser. Puis elle ferma les yeux.

- Hadrien avait une femme, Sabine. Mais il n'a pas eut d'enfants avec elle. Antinous était un jeune grec et parait qu'il était très beau et Hadrien en était amoureux. Y'a rien de mal là-dedans. Ils avaient la sexualité de leur époque et ça enlève rien à sa gloire. Mais les anciens Romains étaient traditionaliste et aimaient pas full ça. Quand j'étudiais Rome à l'université, j'adorais son histoire et celle d'Antinous. De toute façon, il est mort depuis près de 2000 ans, laissons-le là. Tu crois qu'un médecin passera bientôt? J'ai le temps de faire une sieste?

De alla chercher une débarbouillette d'eau froide pour la passer sur le visage d'Amael qui était effoirée sur la civière. Les deux agentes étaient encore une fois dans un piètre état. Elles se feraient sûrement sermonner par Johanna, Saphira et chacune par leur copain.

- Zut Mael....On va se faire tomber dessus par Johanna, Saphira ensuite et chacune par son copain. Ce n’est pas juste tout ça pour quelques petits coups de poings innocents! Pffffffffffffffffffff... De tapa du pied un peu boudeuse. Elle s'assied sur le rebord de la civière occupée par Mael, la tête commençait à lui tourner à elle aussi.

- On s'est foutu dans des beaux draps encore une fois! Mais c'était si plaisant de foutre une volée à ses gars-là! Je recommencerais bien n'importe quand moi et toi ? Elle retrouva un peu de sa vigueur et sautilla sur le lit mais s'arrêta bien vite quand elle se rendit compte que Mael avait des hauts le corps.

- Scuse moi poivron écrapou!!! Tu n'as pas tant bu mais je crois que depuis quelques temps et avec les méchant coups de malade que tu as reçu sur la tête, celle-ci est devenue fragile aux commotions. Alors tu en fais peut-être une petite. Et non Amael Archer...tu ne peux pas piquer une sieste, ça pourrait être dangereux. Compte sur moi pour te garder éveillée toute la nuit s'il le faut! Elle affichait un air déterminé.

- Pour le plancher ils doivent être habitués non à ramasser du vomi? Au pire je le ferai tantôt là j'ai pas trop le goût. Quand Mael reprit son discours sur Hadrien les yeux de De s'illuminèrent de moquerie.

- Pauvre femme, elle a du être bien délaissé par son mari, elle avait un drôle de nom, l'histoire de Rome à l'air passionnante faudra que tu me donnes des cours privés un de ces jours. Tous les hommes ont une excuse je crois pour tenir les femmes à l'écart, grrrrrrrrrrr...le sport, le travail, la guerre ...pfffffff tous pareils pour nous laisser de côté! Elle se rebellait contre le comportement masculin en piquant un fou rire!

- Johanna ne devrait pas tarder...avec tout le boucan qu'on fait crois-moi elle se ramènera très vite!

Amael garda ses yeux fermés. Elle était occupée à respirer et à expirer.

- Je me fous qu'Adalric, Loghan, Jo ou Saphira me gueulent dessus. Je cognais les autres avant de les connaître. J'ai du plaisir à le faire et ça va continuer ainsi. Au pire, je les cognerai aussi.

Mael éclata de rire. Elle fit une place sur le lit pour De.

- Dans le fond, tout ce que j'ai de besoin, c'est une débarbouillette, des soins pour mes jointures et, hum... de la glace pour mon oeil. Le pire c'est qu’on n’était même pas en train de travailler ni en mission et on se ramasse encore à l'infirmerie. C'est la seule raison pourquoi Saphira pourrait nous chicaner; utiliser l'infirmerie pour des blessures qui n’ont pas de rapport au boulot. Et si Loghan te chicane, envoie-le moi. Tsé, au pire on peut dormir ici et demain, il y aura certainement un médecin qui passera ou une infirmière.

Elle colla son amie.

- Alors ma petite De pleine de vomi, tu as aimé ta soirée? Tu sais quoi? On a oublié David au stade... il était quand même mignon, il avait quelque chose à la Kurt Cobain... mais tu vois, je crois pas qu'Adalric l'aurait aimé lui. Elle inspira. Attention!

Elle attrapa sa poubelle et vomit. Son corps se crispait, n'ayant plus rien à vomir.

- J'ai mal!

Quand Mael lui fit part de son plaisir à cogner les gens De l'appuya fortement.

- Tu as parfaitement raison ma belle noire. Moi aussi j'aime bien foutre une baffe ou deux une fois de temps en temps. Et je suis d'accord avec toi que si y'a quelqu'un qui nous gueule dessus on les tabasse eux aussi! Elle se coucha sur la civière aux côtés de Mael...sa tête lui tournait elle aussi et le goût métallique de sa lèvre fendue combiné aux sublimes effluves que dégageait son amie et elle-même, commençait à lui soulever le coeur.

- Mael laisse-moi un peu de place dans ta poubelle. Je crois que je vais participer moi aussi. La rouquine se releva lentement. Elle inspira pour calmer son estomac qui s'affolait. Elle se leva et partit chercher une bouteille d'eau. Sans plus attendre elle fouilla dans la pièce pour trouver de quoi faire passer le mal de coeur de Mael, son mal de tête et de la glace pour sa lèvre et l'oeil de prune de l'autre éclopée. En quelques minutes elle amassa son butin et vint s'asseoir sur le lit. Elle tendit une gravol et deux advils à Mael ainsi qu'une bouteille d'eau. Elle se claqua elle même un gravol contre le mal de coeur.

- Aller claque-toi tout ça mon poivron écrapou...Et en passant je t'interdis de m'appeler De pleine de vomi devant qui que ce soit d'accord???? Elle agita son index devant le visage de la jeune femme.

- J'ai adoré ma soirée ma petite Mael aux jointures défoncées. Elle se recoucha sur la civière se collant sur son amie.

- Je suis sérieuse tu sais, il faut recommencer ce genre de soirée au moins toutes les semaines...Combats compris!!!! C’est très divertissant. Ajouta la fougueuse rouquine en éclatant de rire.

- C'est vrai que l'on a oublié David au stade... mais je crois que c'est mieux ainsi non? Il ne nous a pas vu cogner ces six gars...On lui aurait foutu la trouille de sa vie!!!! Tu y penses un peu...Mais c'est vrai qu'il était mignon dans son style grunge... Allez fait pas cette tête demande à Ada de s'habiller comme ça juste une fois. Elle tira la langue à sa copine.

- Mais promet moi de prendre des photos d'accord... Sérieux je veux pouvoir me payer la tête d'Ada par la suite... De était en plein fou rire et essayait de s'imaginer les gens qu'elle connaissait avec le style grunge...wouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa.

Mael, épuisée de se vomir les trippes, se coucha sur le dos. Elle voulait dormir, point final.

- Bon, je ne fais pas de commotion cérébrale, tu sais très bien que j'ai la tête plus dure que du métal. On va partir et revenir demain pour mes jointures. J'en ai marre, on se bouge!

Elle décida de se lever, mais dès qu'elle eut mis les pieds par terre, elle s'écrasa, ou s'effoira serait le bon terme. Elle sacra, le plus long juron sûrement jamais entendu par De. Puis, elle se mit à injurier tout ce qui lui passait par la tête en irlandais, utilisant les jurons appris par son grand-père. Elle se laissa tomber par terre (pas dans le vomi) et appuya son front contre le plancher froid.

- Bon, si je reste étendue là, tu crois qu'on me trouvera avant que je meure d'inanition? J'ai pas envie de caller nos chums, c'était une soirée de filles. Je veux aller dormir moi! Allez, je me relève et on sacre notre camp.

Elle se releva assise, puis se leva, chancelante sur ses pieds.

- Let's go girl!

De n'eut d'autre choix que de se pousser quand Mael décida de se lever. Mais c'est à ce moment qu'elle s'écrapoutit par terre. La rouquine pas plus allumée ce soir-là, se laissa tomber sur les genoux pour voir comment allait sont poivron décidément tout fissuré.

- Merde Mael, fait attention. T’as ben beau avoir une tête de chou-fleur, tu peux quand même te l'être commotionnée. Puis en plus avec tout l'alcool et la bouffe du stade, dans ton toi ça doit ressembler à un punch...Tu imagines un peu l'espèce de punch pas beau là ? Ben tient imagine un peu la couleur d'Ada ...tu sais sa couleur de grenouille...C'est simple ton oeil est une prune et t’as le teint d'Ada...Tu es pas vraiment en forme pour quitter cet endroit. Puis t’en fait pas j'ai pas l'intention d'appeler nos hommes du tout... J'ai quand même ma fierté, je sais que tu en as une également, puis je veux pas qu'ils nous voient comme ça. Des plans pour qu'ils ne nous laissent plus jamais sortir après ça...Pas le goût moi je tiens trop à nos soirées exclusivement féminines!

Elle essaya de relever la têtue noiraude. Finalement au bout de longues tergiversations et manque d’équilibre... Elles réussirent ces deux amochées à se tenir...quasiment droite.

- Allez à la place on va aller squatter les dortoirs et demain à la première heure on vient te faire souffrir avec tes jointures, t'en pense quoi ? Elle eu juste le temps d'éviter une gerbe de vomi.

- Mael pas encore...Je...je vais vomir moi aussi et là c'est vrai que Jo va nous en vouloir...on salit tout son beau plancher... Cette fois-là la rouquine ne put s'empêcher...ça sentait la merde tout le tour d'elle, Mael lui avait vomit dessus à deux reprises et le goût métallique du sang trônait encore fortement dans son gosier. Sans plus se retenir elle souilla le plancher de l'infirmerie elle aussi. Après s'être essuyé la bouche avec sa débarbouillette humide, De décida que c'était assez. Elles avaient besoin de soins... Elle lancerait un code orange à Johanna.

- Ma Mael d'amour ? On n’est vraiment pas bien toutes les deux, tu as trop besoin de soins je te laisse pas partir d'ici et je vais même lancer un code orange à Johanna pour qu'elle vienne tout de suite. Sans plus attendre de commentaire de son amie, elle la recoucha sur la civière et essaya de se tenir debout sans s'écraser par terre, elle activa sa montre.

- Ici DO-13-13, Johanna, nous avons besoin de toi à l'infirmerie...Mael doit encore s'être fendue le crâne et moi ben...comme d'habitude je saigne et je crois que j'ai des dents de déplacées...On t'attend, fait ça vite Mael vomit partout.

Pendant que Mael et De attendaient, une infirmière se pointa pour venir les soigner.

- Enfin, soupira Mael, plus décidée que jamais à aller se coucher chez elle. Je croyais qu'on allait devoir dormir ici.

Elle regarda De.

- Je crois que vous devriez vous occuper d'elle d'abord. Elle manque d'anticoagulant et j'aimerais qu'elle arrête de saigner. Moi j'ai presque rien, que des jointures pétées!

L'infirmière s'occupa donc de donner à De les anticoagulants demandés et vérifia les jointures de Mael. Après quelques tests, qui durèrent trop longtemps au goût de l'Irlandaise, elles purent enfin rentrer chez elles.

- Je ne vomirai plus, promis Mael à De... Anyway, même si je voulais, j'ai pus rien... je crois même avoir échappé mon oesophage quelque part...

De ne put s'empêcher de rire à la remarque de Mael...son oesophage...et puis quoi encore...Elle recracha la moitié de la gorgée d'eau qu'elle buvait sur l'infirmière qui l'auscultait.

- Scuse...scusez...moi!!! Réussit-elle à articuler dans son fou rire...Finalement l'infirmière lui fit boire de force le médicament car elle était incapable de se calmer.

Elle se releva à moitié étouffée, les yeux pleins d'eau et attendit que Mael vienne la retrouver. Les deux jeunes femmes quittèrent l'infirmerie bras dessus bras dessous. En riant comme des folles et se remémorant la gueule défaite de gars qu'elles avaient tabassés.

- Mael ma chérie...faut qu'on s'organise un road trip !!! Sérieux, faut aller se décompresser...tu sais dans le genre on se loue un char pis on part pas de soucis? Dit la rouquine avec les yeux pleins d'espoir que son poivron accepte son projet !!!

- C'est clair ma poule! Faut qu'on parte!

Amael y alla de quelques pas de danse mais cessa bien vite.

- Tu connais le groupe The Calling? Je te réponds par: I'll go wherever you will go! J'ai envie de chanter. Tu connais Brassens? La chanson Fernande? Tu crois que ça dérangerait les voisins si j'hurlais cette chanson héhé!

Elle toussa comme pour dégager sa voix et hurla:

- QUAND JE PENSE À FERNANDE, JE BANDE, JE BANDE, QUAND J'PENSE À FÉLICIE, JE BANDE AUSSI, QUAND J'PENSE À ÉLÉONORE, MON DIEU JE BANDE ENCORE, MAIS QUAND J'PENSE À LULU, LÀ JE NE BANDE PLUS!

Elle rigola à la pensée qu'elle avait dérangé du monde. Ce que l'alcool et les médicaments peuvent faire. Elle regarda ses jointures dans des bandages...

- Cette chanson va très bien avec le moment, j'ai les mains bandées!

- C'est le cas de le dire tu as les mains bandées... HAHA. Se mit à rigoler la rouquine sans plus aucune inhibition... C'est vrai que l'alcool nous fait faire de drôles de choses. Elles marchèrent ainsi dans les rues qui les mèneraient jusque chez elles. Dansant et gueulant des paroles de chansons et dansant comme des défoncées.

- Je connais beaucoup de tounes mais pas nécessairement qui les chante ! Pour le road trip pour ne pas que personne ne se doute que l'on s'organise pas il faut se trouver des excuses et ne pas demander nos congés en même temps. Il ne faut pas que personne ne le sache... j'ai trop besoin de se trip-là pour décompresser un peu! Ajouta-elle un peu nostalgique en même temps. Mael dut le remarquer car c'était très rare pour le farfadet de parler ainsi avec ce sentiment.

- Bon aller ma beauté, on est arrivé, voici ton bloc, moi je suis à deux blocs plus loin... on se voit demain? Et on commence à planifier notre escapade ! De serra très fort Mael dans ses bras et lui administra une claque sur les fesses question de la taquiner solide pour finalement lui tirer la langue en la regardant se diriger vers la porte de son immeuble.

Mael sourit à De, face à son building.

- T'en fait pas, les problèmes finissent toujours par s'arranger...sinon, casse des gueules! Et pour le road trip t'en fait pas je me trouverai une excuse valable...genre, je vais faire une excursion en mer d'une semaine ahah!

Elle serra la rouquine aussi.

- On se voit demain... et si tu ne me vois pas, c'est que je serai décédée de faim dans mon lit... bordel, j'ai pus rien dans l'estomac! La mort me guette! À demain poulette!

Elle entra dans son bloc, après avoir vérifier que De rentrait au sien saine et sauve. Elle grimpa les escaliers 4 à 4 et entra dans son logement pour se laisser tomber sur son lit après avoir laisser tomber ses nouvelles bottes dans un coin, ses bottes au pied, sa veste sur le dos et sans défaire les couvertures.

_________________


Ceux qui vivent dans la crainte, meurent victimes de leurs propres terreurs. -R.M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Alouettes et raclée au fouf (Pv Mael et De)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Football = Alouettes de Montréal
» Chaleur de fin de journée, et une bonne raclée.
» 01. [St James's] Scrabble face
» Brock Lesnar en a marre
» Un avant gout du nouveau Coach des Alouettes de Montréal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A.N.G.E :: Topics Derhowen et Amael-
Sauter vers: